Magazine Le Mensuel

Nº 2996 du vendredi 10 avril 2015

  • Accueil
  • general
  • Les Libanais à Jacksonville, en Floride. Partie intégrante d’une ville en booming
general

Les Libanais à Jacksonville, en Floride. Partie intégrante d’une ville en booming

Destination paradisiaque pour des milliers de touristes chaque année. A Jacksonville, en Floride, la communauté libano-américaine s’est implantée et en est devenue une partie intégrante. Plusieurs personnalités politiques, des avocats ou des hommes d’affaires sont originaires du Liban et ont fait parler d’eux dans la «river city». Magazine vous y emmène faire un tour.

Qui n’a pas eu cette envie pressante, en regardant un film américain, de découvrir la Floride? Avec son grand soleil, ses belles plages, ses eaux bleues, «the sunshine state», comme on l’appelle, regroupe des millions d’habitants.
Jacksonville se trouve au nord de la Floride. Parfaitement installée tout au long de l’océan Atlantique, elle attire des milliers de visiteurs par son plurilinguisme culturel et pour multiples facteurs. D’abord, dans cette ville fascinante, on trouve le plus grand nombre de parcs. Ils sont tous bordés par la mer. Plusieurs activités y sont assurées, notamment la natation, le surf, la plongée, ainsi que la randonnée et le camping. Ce qui est captivant, c’est le tour en bateau qui permet aux visiteurs de voir les divers sites historiques de Timucuan. Cette réserve écologique, créée en 1988, est considérée l’une des plus belles régions du Sud. Avec ses 46 000 hectares de terres côtières et ses zones humides écologiquement sensibles, elle porte le nom du peuple autochtone qui vivait là où les Espagnols et les Français étaient des explorateurs.
Outre ses réserves et ses parcs, Jacksonville est classée parmi les 25 plus grandes villes américaines où se déroulent le plus grand nombre d’événements culturels. Une reconnaissance bien méritée vu la richesse de la scène artistique. Et surtout la variété des musées comme le Musée d’Art moderne Jmoma, situé au cœur du centre-ville sur Hemming Plaza. La ville est aussi connue pour le rôle primordial qu’occupe la musique dans la société, hier et aujourd’hui. Elle est le berceau du rock sudiste et abrite une forte tradition de jazz, de blues et de musique classique. D’ailleurs, plusieurs festivals y ont lieu mensuellement comme celui du jazz, de l’étincelle ou encore le Florida Country Superfest.

 

Les rois de la cuisine
Cette diversité musicale rappelle à quel point la population de la ville est mélangée. Un melting-pot qu’on perçoit dans la richesse gastronomique. Dans ce domaine, les Libanais, souvent originaires des quatre coins du Liban, se sont fait une belle place au soleil. Certains ont établi leurs restaurants depuis des années faisant de leur cuisine la préférée de la région. A part ce domaine, ils ont également réussi dans le commerce et l’entrepreneuriat au fil des générations. Ce qui leur permet cette réussite, c’est l’importance accordée à l’éducation et à la famille. A la troisième génération, la majorité des familles font partie de la classe moyenne. Quant à leur niveau d’études, il est plus élevé que la moyenne. Il suffit de voir les domaines dans lesquels ils excellent. Certains sont avocats travaillant surtout sur les questions d’émigration ou de droits de l’homme. D’autres ont atteint des postes politiques et universitaires. Le nombre des Libanais résidant à Jacksonville a considérablement augmenté depuis les années 2000. La communauté libanaise représente près d’un tiers de la population arabo-américaine de la Floride. Beaucoup fréquentent l’église maronite de Saint-Maron et ont œuvré pour financer sa création à la fin des années 90. Ils ont récolté des centaines de milliers de dollars lui permettant de devenir autonome et de subvenir à ses besoins. Et dans les prochaines années, cet engagement n’est pas près de s’arrêter.

Pauline Mouhanna, Etats-Unis
 

Une place privilégiée dans le secteur public
Rosemary Barkett est la première femme et le premier juge américain arabe à siéger à la Cour suprême de la Floride. Son expérience l’a conduite à plusieurs «premières» incroyables durant sa carrière. Elle fut la première femme à recevoir le prix commémoratif J. Hillis Miller. En 2013, le département d’Etat américain l’a invitée à se joindre au Tribunal des réclamations établi entre l’Iran et les Etats-Unis. Quant à Justin Sayfie, il a déjà servi comme conseiller principal en politique. Il a également été directeur de communication auprès de l’ancien gouverneur de Floride Jeb Bush. Sayfie est considéré l’un des dix Républicains à suivre dans cet Etat.

Related

Déchets. Le plan alternatif prévoit le tri à la source

Baalbeck souffle ses 60 bougies. De l’intensité, de la passion

Afel. Au chevet de l’enfant maltraité

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.