Magazine Le Mensuel

Nº 3001 du vendredi 15 mai 2015

  • Accueil
  • general
  • Sin City de David Abraham. La reconnaissance, enfin, d’un réel guerrier
general

Sin City de David Abraham. La reconnaissance, enfin, d’un réel guerrier

C’est un auteur qui fait parler de lui en ce moment en Floride. Sa pièce Sin City a suscité un grand intérêt chez le public. David Abraham, de descendance libanaise, n’a rien oublié de son héritage familial. Retour sur son travail et sur son parcours qui est celui d’un réel guerrier.
 

Sin City. C’est une pièce musicale qui aborde un sujet particulier bien familier, mais dont on ne se lasse pas: l’amour. On y découvre comment deux enquêteurs étatiques tombent amoureux de prostituées travaillant dans un bordel populaire.
 

Tourné vers la société
On est dans les années 1950 quand la ville d’Utica située à New York traversait une phase sombre. Durant cette époque, un bordel avait eu beaucoup d’interactions avec la loi à cause de crimes organisés dans cette ville. David Abraham a grandi avec le souvenir de cette phase. Il décide d’écrire un livre relatant cette histoire. Après sa lecture, un vétérinaire local lui propose de transformer ce texte pour qu’il soit adapté en pièce musicale. Depuis, le projet est un vrai succès et a fait le tour des Etats, notamment New York et Floride. C’est le début donc de la reconnaissance pour David Abraham. Cet homme qui a déjà publié beaucoup de livres tout en demeurant bien méconnu du public. Pour lui, tout débute à l’âge de 10 ans. Atteint de la maladie de polio, il est obligé de rester dans son lit durant un an, ensuite deux ans sans marcher. Cette situation l’a bien marqué. Il a appris à défier les conditions difficiles et, surtout, à se défier. Au fil des ans, il décide de se tourner vers autrui et de choisir les métiers qui vont avec. Il est alors un éducateur connu surtout pour être un médiateur ou la personne qui règle le plus de problèmes. Son travail ne l’empêche pas d’accomplir ce qu’il aime le plus. Ecrire encore et toujours en commençant avec le Liban et spécialement en se penchant sur sa descendance libanaise. Il écrit un premier livre, Les semences de ton père, suivi par dix autres ouvrages traitant tous de sa famille et de ses origines. Ce n’est que plus tard qu’il s’intéressera à la criminalité, l’histoire de la Floride et plein d’autres sujets historiques. Il a fallu attendre longtemps avant qu’il ne se fasse connaître. Il a alors, en brave homme, saisi l’opportunité. «Ce sont mes parents libanais qui m’ont appris cela, insiste-t-il. Ma mère m’a toujours sorti sa fameuse phrase: lorsque l’occasion frappe, vous devez être là, vous devez être prêt à l’accepter», souligne Abraham. Preuve que l’attachement à la famille demeure encore assez fort chez les migrants d’origine libanaise.

Pauline Mouhanna, Etats-Unis

Une collaboration fructueuse
Pour ce projet théâtral, David Abraham s’est entouré d’un bon nombre de personnes talentueuses comme Charles Schneider, Roger Thompson et, surtout, le directeur exceptionnel du Capitol Theatre, Peter Loftus. Ce dernier, connu pour avoir produit plusieurs pièces musicales, a été intrigué par l’histoire proposée par Abraham. Il parle d’un projet ambitieux racontant une phase importante de l’histoire d’Utica.

Related

Sensibilisation mondiale au cancer colorectal. Evitable, soignable et curable

Alain Aoun, député de Baabda. «Le CPL souhaite être un partenaire de poids»

Entre Aoun et Berry. Différends tactiques profonds, alliance stratégique fragile

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.