Magazine Le Mensuel

Nº 3038 du vendredi 29 janvier 2016

POLITIQUE

Lutte antiterroriste. Des experts européens à Beyrouth

Beyrouth accueillera, dans les prochains jours, une importante conférence libano-européenne consacrée à la lutte contre le terrorisme. De nombreux experts des deux bords se pencheront sur les mesures prises pour lutter contre ce fléau des temps modernes.
 

L’objectif principal de la visite de la délégation européenne à Beyrouth est de passer en revue les mesures décidées entre les deux parties, depuis le 23 février 2015, avec le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove. Il s’agit notamment des moyens d’empêcher l’organisation de l’Etat islamique de se déployer au Liban et d’y mener des opérations criminelles, de démanteler les cellules qu’elle tente d’implanter à partir de la Syrie par voie terrestre ou aérienne, et de déjouer ses plans visant à mobiliser ses partisans des pays du Maghreb arabe, détenteurs de passeports européens, ou du Moyen-Orient.
Cette réunion a lieu dans le cadre de l’application des deux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies numéros 2178 et 2199. Gilles de Kerchove sera accompagné d’une délégation européenne chargée de coordonner les affaires antiterroristes au sein de l’UE, et d’officiers supérieurs qui opèrent également dans la lutte contre le terrorisme. Ils tiendront des ateliers de travail avec leurs collègues des services de renseignements libanais spécialisés dans le même domaine. D’autres chantiers se tiendront avec des représentants de la justice libanaise. A la fin du séjour, De Kerchove tiendra une conférence de presse au cours de laquelle il donnera un aperçu des travaux et de la coordination accrue entre les deux parties dans le domaine de la lutte antiterroriste.

 

Coopération accrue
De source diplomatique européenne à Beyrouth, on apprend que l’initiative de cette réunion vient de la Commission de coordination européenne, qui reconnaît le sérieux du travail accompli par les services de sécurité libanais, qui ont réussi à démanteler des cellules terroristes dormantes et actives dans différentes régions du Liban, notamment dans la Békaa, au Nord, ainsi que dans certains quartiers de Beyrouth. L’équipe européenne de lutte antiterroriste a dit apprécier la rapidité avec laquelle sont arrêtés les criminels et fait état d’une coopération sécuritaire et dans d’autres domaines pour optimiser la lutte avec le Liban contre le terrorisme sur des axes déterminés: contrôler les frontières aériennes maritimes et terrestres et empêcher toute infiltration de terroristes; vérifier les déplacements des jihadistes de et vers la Syrie; prendre des mesures pour tarir les flux d’informations relatives aux opérations de Daech sur les réseaux sociaux, qui sont massivement utilisés par l’organisation terroriste; dé-radicaliser les détenus islamistes pour les mettre en garde contre l’esprit takfiriste et former les jeunes à des métiers déterminés.
Le second champ de coopération porte sur le volet juridico-légal: une modernisation des lois de la criminalité, conformément à la décision du Conseil de sécurité N° 2178. Le troisième domaine de coopération est le gel des avoirs des personnes et des réseaux facilitant les filières de transport de combattants vers et de la Syrie. En outre, les Européens expriment leur inquiétude à l’égard des plans de Daech visant à détourner des avions.
Le Liban participe à la coalition internationale contre le terrorisme, dirigée par les Etats-Unis, sans fournir de soldats ni d’équipements. Sa coopération se limite à un échange d’informations. Beyrouth est conscient de n’être pas à l’abri du terrorisme mais, en même temps, il a réalisé des succès importants sur ce plan, c’est pourquoi il accueille favorablement toute coopération pour combattre ce phénomène.

Chaouki Achkouti 

Suspect arrêté
Pas une semaine ne passe sans que les services de sécurité n’arrêtent des personnes suspectées d’activités terroristes. Mardi, les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont arrêté le dénommé M.B. pour appartenance à une organisation terroriste, les Brigades de Abdallah Azzam. Le suspect a reconnu avoir participé à des sessions d’entraînement de manipulation des armes et de fabrication de produits explosifs. Il a aussi pris part à la bataille de Abra qui a opposé, en mai 2013, l’Armée libanaise et la milice du cheikh extrémiste Ahmad el-Assir. Il a été déféré devant la juridiction compétente.

Related

Aïn el-Heloué. Un coup de force islamiste imminent?

admin@mews

Attentat du Drakkar. Trente ans après, le souvenir encore vivace

admin@mews

L’espoir brisé de Georges Ibrahim Abdallah. Entre justice et diplomatie

admin@mews

Laisser un commentaire