Magazine Le Mensuel

Nº 3051 du vendredi 29 avril 2016

POLITIQUE

Siniora à Washington. Raisons et résultats d’une visite

Vu l’avalanche de problèmes au Liban, la visite aux Etats-Unis du président Fouad Siniora est passée inaperçue sauf pour les cercles politiques alertes, qui ont tenté d’en décortiquer les raisons et les conclusions. A-t-elle été entreprise sur une initiative personnelle ou pour représenter l’ancien Premier ministre, Saad Hariri, dont les visites à Washington ont cessé depuis cinq ans?
Les cercles qui se sont intéressés à cette visite rapportent les impressions que Fouad Siniora en a tirées. La première est que les Américains portent un intérêt principal à la stabilité du Liban et s’interrogent sur les raisons du gel du don de trois milliards de dollars que Riyad avait accordé à l’Armée libanaise. Washington qualifie la décision d’irréfléchie, qualificatif que Siniora réfute en s’étendant sur les raisons qui ont fait déborder le vase saoudien. Il a avancé trois justificatifs principaux de ce geste: le premier tient à la réduction de la peine appliquée à Michel Samaha, le second est dû à l’attitude du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, en opposition à la décision arabe prise à la suite de l’attaque de l’ambassade saoudienne à Téhéran et, enfin, les violents discours du secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, contre l’Arabie et l’envoi de combattants du parti au Yémen et à Bahreïn.
Dans ses entretiens avec les députés américains démocrates et républicains, Siniora a entendu dire que les mois qui marquent la fin du mandat du président Barack Obama sont des temps morts et aucune décision ne pourra être prise concernant le Liban. Les prévisions de la majorité des députés des deux partis portent Hillary Clinton à la Maison-Blanche et affirment qu’elle sera «excellente pour le Liban».
La même source rapporte que la direction saoudienne comprend que l’équilibre des forces au Liban ne donne à aucun bord libanais, Premier ministre ou tout autre responsable, une marge suffisante lui permettant de se solidariser avec les mesures saoudiennes ou autres politiques dans la région et en particulier au pays du Cèdre.

Chaouki Achkouti

Related

Parti syrien national social. Hardane reste le plus grand électeur

admin@mews

Crime. Les assassins présumés du père Makdessi arrêtés

admin@mews

Récupération de la nationalité. A qui profite la nouvelle loi?

admin@mews

Laisser un commentaire