Magazine Le Mensuel

Nº 3057 du vendredi 10 juin 2016

  • Accueil
  • general
  • France, Allemagne, Espagne favorites. L’Euro 2016 sous haute surveillance
general

France, Allemagne, Espagne favorites. L’Euro 2016 sous haute surveillance

Outre l’aspect sportif de la 15e édition du championnat d’Europe des Nations de football, prévue du 10 juin au 10 juillet, la France doit faire face au défi sécuritaire considérable qui pourrait avoir des retombées sur la compétition en soi et ses volets économique et touristique.  

Si la France a mobilisé toute son armada pour assurer une organisation digne de son histoire, sa sélection devra profiter de son public pour redorer son image et remporter son troisième titre continental après ceux de 1984 et de 2000.
La France organise l’Euro pour la troisième fois de son histoire, après 1960 et 1984, dans dix villes: Paris, Saint-Denis, Marseille, Lyon, Lille, Bordeaux, Saint-Etienne, Nice, Toulouse et Lens. Cinquante et une rencontres seront disputées, pour la première fois, entre 24 pays contre 16 aux éditions précédentes.
 

Les favoris
Les tricolores devront en découdre avec l’Espagne tenante du titre et dont les clubs dominent outrageusement l’Europe, l’Allemagne, championne du monde, et l’Italie. Parmi les outsiders figurent notamment la Belgique, l’Angleterre, la Croatie, la République tchèque et le Portugal de Cristiano Ronaldo.
Après un Mondial 2014 relativement correct (élimination en quarts contre l’Allemagne), les hommes de Didier Deschamps ont montré un visage rassurant en s’imposant notamment face à l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne, en amicaux. Malgré les forfaits en cascade, le onze tricolore a de l’allure. Tenant compte des statistiques et du calendrier, le titre ne devrait pas
lui échapper.
L’Allemagne tentera de remporter le quatrième Euro de son histoire après ceux de 1972, 1980 et 1996, s’appuyant sur un collectif rodé et des individualités exceptionnelles. Cependant, les hommes de Joachim Löw n’impressionnent plus vraiment après une campagne de qualification moyenne, mais la Nationalmannschaft reste équilibrée.
L’Espagne, double championne d’Europe en titre, domine également au niveau des clubs, puisque cette année encore, deux clubs ibériques ont remporté les titres continentaux (le Real Madrid en Ligue des champions, le FC Séville en Ligue Europa). Cependant, la Roja a bien changé, Vicente del Bosque a engagé une transition sur toutes les lignes. En plus de leur habituelle efficacité offensive, les Espagnols ont impressionné en n’encaissant que trois petits buts lors des qualifications.
Après un mondial raté, les Italiens d’Antonio Conte sont restés invaincus en qualifications (7 victoires et 3 nuls). Comptant sur un effectif renouvelé,
à l’image des Eder, Poli et Florenzi, la Squadra Azzurra sera aussi composée de ses historiques Buffon, Bonucci et De Rossi.

 

Les outsiders
Déjà outsider au Mondial 2014, la Belgique, éliminée en quart de finale par l’Argentine, sera également l’outsider numéro 1 de l’Euro français. Doté d’un effectif qui comporte, entre autres, Hazard, De Bruyne et Coutrois, Marc Wilmots tentera d’apporter au plat pays sa première victoire dans un Euro.
L’Angleterre est la meilleure équipe de la campagne de qualifications. Avec dix victoires en autant de rencontres, l’Angleterre de Roy Hodgson a impressionné et s’est positionnée comme adversaire à éviter en phase finale. Avec des leaders tels que Rooney, Carrick et Hart, une jeunesse qui se confirme à l’image de Vardy, Sterling, Kane, Barkley, et des nouveaux déjà décisifs comme Dele Alli, la sélection anglaise embêtera les favoris.

 

Les groupes
Groupe A Héritant d’un groupe ultra-favorable, l’équipe de France est passée favorite de son Euro. Les Bleus devront, tout de même, se méfier du match inaugural contre la Roumanie, meilleure défense des éliminatoires avec seulement 2 buts concédés en 10 matchs. Il faudra ensuite faire preuve de sérieux pour venir à bout de l’Albanie, avant de défier la Suisse. La lutte pour la deuxième place s’annonce acharnée entre la Suisse et la Roumanie. Pour leur première participation à un Euro, les Albanais auront bien du mal à subsister.
Groupe B L’Angleterre sera testée d’entrée face à la Russie et son équipe robuste, avant de retrouver le voisin gallois, mené par Bale et Ramsey. Présents pour la première fois de leur histoire dans un championnat d’Europe, les Dragons sont à prendre très au sérieux. Attention à ne pas enterrer trop vite la Slovaquie qui dispose également d’un milieu de terrain redoutable.
Groupe C L’Allemagne retrouve la Pologne face à qui elle avait chuté en qualifications à Varsovie (2-0), avant de prendre sa revanche à Francfort (3-1). La Pologne luttera avec l’Allemagne pour la première place. Quant à l’Ukraine, elle constitue également un danger pour la Mannschaft. Enfin, l’Irlande du Nord, qui s’est invitée en tête de son groupe qualificatif, compte bien honorer sa première participation
à l’Euro.
Groupe D L’Espagne, tenante du titre, aura fort à faire face à la République tchèque, la Turquie et la Croatie. Cependant, Del Bosque s’appuiera sur une nouvelle génération (Alcácer, Isco, Alcántara et Koke) qui devra batailler pour éviter le même calvaire qu’au Brésil où l’Espagne avait été stoppée avant les huitièmes. La Croatie de Rakitic et de Modric est en ballottage favorable pour la deuxième place, mais la République tchèque et la Turquie pourraient avoir un rôle à jouer.
Groupe E Tombés dans le groupe de la mort (Italie, Irlande, Suède), les Belges d’Eden Hazard n’ont pas été épargnés, mais auront l’occasion de montrer qu’ils sont de sérieux prétendants. Pour l’Italie, qui retrouve peu à peu son niveau, cet Euro doit être celui du renouveau. Quant à la Suède, elle dépendra, une fois de plus, du talent de Zlatan Ibrahimovic. Les Irlandais restent de redoutables adversaires.
Groupe F Finaliste en 2004 sur son sol, le Portugal avait atteint les demies en 2012, battu au terme d’une séance de tirs au but face à l’Espagne, future championne. Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers auront la chance de débuter tranquillement au sein d’un groupe largement à leur portée (Islande, Autriche, Hongrie). L’Autriche d’Alaba et d’Arnautovic, attendue en huitième, représente le plus gros danger pour la Selecçao dans la course à une première place vitale. L’Islande et la Hongrie vont découvrir l’Euro sans pression.

Mohamed Fawaz

Les dix stades
1- Stade de France (Paris Saint-Denis): 76 474 places.
2- Stade Vélodrome (Marseille) : 67 000 places.
3- Stade des Lumières (Lyon): 61 500 places.
4- Stade Pierre-Mauroy (Lille): 50 000 places.
5- Parc des Princes (Paris): 48 000 places.
6- Grand Stade de Bordeaux (Bordeaux): 42 000 places.
7- Stade Geoffroy-Guichard (Saint-Etienne): 42 000 places.
8- Stadium municipal de Toulouse: 40 000 places.
9- Stade Félix Bollaert-Delelis (Lens): 38 000 places.
10- Allianz Riviera (Nice): 35 700 places.

Les groupes
Groupe A: France, Suisse, Roumanie, Albanie.
Groupe B: Angleterre, Russie, Slovaquie, Pays de Galles.
Groupe C: Allemagne, Ukraine, Pologne, Irlande du Nord.
Groupe D: Espagne, Croatie, République tchèque, Turquie.
Groupe E: Belgique, Italie, Suède, Irlande.
Groupe F: Portugal, Autriche, Hongrie, Islande.

Palmarès
Trois titres: Espagne (1964, 2008, 2012), Allemagne (1972, 1980, 1996).
Deux titres: France (1984, 2000).
Un titre: Union soviétique (1960), Italie (1968), Tchécoslovaquie (1976), Pays-Bas (1988), Danemark (1992), Grèce (2004).

Related

Syrie. Une frappe occidentale brève et limitée

admin@mews

Thomas Gomart, directeur de l’IFRI. La Russie revient au Levant aux dépens de l’Europe

admin@mews

Témoignages. L’enfer de l’exode assyrien

admin@mews

Laisser un commentaire