Magazine Le Mensuel

Nº 3060 du vendredi 1er juillet 2016

HORIZONS

Little Arabia en Californie. Le monde arabe de Los Angeles

A Los Angeles, une rue s’est mise à l’heure libanaise. Cafés, boulangeries, journaux, organisations arabes, tout y est… Depuis plus de 35 ans, ce quartier est devenu un lieu de retrouvailles pour les nouveaux arrivés, les émigrants et les nostalgiques de leurs pays. Bienvenue en Californie, bienvenue dans Little Arabia.

Fermez les yeux dans ce quartier et il vous sera difficile de vous imaginer en Californie. Il offre tout ce qui rappelle le Moyen-Orient. L’odeur de la chicha, servie sans arrêt dans plusieurs restos, la cuisine libanaise, sans oublier les jeunes et moins jeunes qui s’y retrouvent pour débattre de tout.
 

Un espace de transformation
L’intéressant dans cette rue californienne, c’est qu’elle est devenue, au fil des ans, un regroupement du Moyen-Orient aussi grand que celui qui existe à Detroit dans le Michigan. Mais comment le Little Arabia californien a-t-il vu le jour? Qu’est-ce qui lui a permis de se développer? C’est en 1980 que les commerçants et les entrepreneurs arabes se sont posés ici. La raison: le large espace qui s’ouvre à eux leur permet d’y installer des entreprises diverses et variées. Il n’a pas fallu beaucoup pour que Little Arabia se transforme en quartier d’affaires arabe prospère. Quelques années plus tard, précisément en 1996, est né le Conseil arabo-américain. La même année, des journaux en langue arabe font leur parution. Al-Arab, Arab World Newspaper… entre autres. Avec le temps, d’autres organisations ont fleuri comme l’organisme à caractère social, Access California (qui aide les immigrants arabes et réfugiés), et le Cair (Council on american islamic relations).
Dans Little Arabia, trois mosquées se sont installées. De nombreux restaurants ont ouvert leurs portes offrant une très bonne cuisine. Dans toute cette atmosphère arabe, ce n’est pas seulement le décor qui rappelle le Moyen-Orient. Ce sont les migrants eux-mêmes, les nouveaux arrivés qui connectent cet espace avec leur région d’origine. Ils tiennent fréquemment des réunions dont les principaux débats tournent autour de la situation politique ou sociale de leurs pays respectifs. Du Liban, en Syrie ou la Palestine et l’Egypte, le Moyen-Orient est si présent qu’on s’y croirait presque sur place. L’activité sociale y est si développée et la volonté de changer les choses est si grande que les chercheurs perçoivent souvent Little Arabia comme «un espace communautaire de transformation». Ils ajoutent que c’est un espace «de célébration de son patrimoine et de fierté culturelle». Depuis 2011, ce quartier est connu pour son soutien aux mouvements révolutionnaires, ses critiques courantes de la corruption, de l’économie en baisse, du chômage élevé. Mais ici, on s’intéresse aussi aux questions internes. Notamment à l’une d’elles: comment faire de son mieux et intensifier ses efforts pour éliminer les idées fausses qui pèsent sur les Arabes, en général, et sur leur culture, en particulier. Compte tenu de la situation actuelle, la question est d’une actualité brûlante.

Pauline Mouhanna

Pour plus d’informations sur Little Arabia: www.littlearabia.org

Au cœur de l’actualité
Depuis quelques années, Little Arabia est très souvent au centre de l’attention. Tous les événements qui s’y déroulent sont présentés par les médias locaux. La télévision locale, les journaux, les magazines et les sites web, tous manifestent leur intérêt pour la diversité culturelle qu’on y trouve. Tout récemment, c’est l’University of California Irvine qui lui a consacré un important article, décrivant un endroit incontournable à ne pas manquer.

Related

Le Kenya. A couper le souffle

admin@mews

D’ici à 2022. Zéro déchet au Liban?

admin@mews

La Suisse. Calme, luxe et volupté

admin@mews

Laisser un commentaire