Magazine Le Mensuel

Nº 3063 du vendredi 22 juillet 2016

Festival

Avec Toquinho et Maria Creuza. Sous des airs de Bossa-Nova

Deuxième soirée du Festival international de Byblos, le samedi 16 juillet, le port de mer a baigné dans des airs brésiliens de Bossa-Nova. Sur la scène, deux figures légendaires du genre, Toquinho et Maria Creuza.

Entré sur scène avec sa guitare en bandoulière, Toquinho lance quelques mots d’accueil en emmêlant arabe et français, avant d’entonner quelques morceaux de sa propre composition, à l’instar de Samba pour Vinicius, hommage à son ami disparu, Vinicius de Moraes, l’un des pères fondateurs de la Bossa-Nova, auteur des paroles brésiliennes originales du hit Garota de Ipanema (The girl from Ipanema), aux côtés du compositeur Antônio Carlos Jobim.
Ami et maître, Toquinho et Maria Creuza figuraient parmi les interprètes préférés de Moraes, et leurs voix ont immortalisé certains grands titres de la Bossa-Nova des années 60 et 70.
C’est avec l’apparition de Maria Creuza que le concert est vraiment lancé. Voix chaleureuse, présence charismatique et imposante, elle illumine la scène et rafraîchit l’air de Jbeil. Le duo d’interprètes, accompagné par trois musiciens à la contrebasse, au clavier, à la batterie et aux percussions, sans oublier évidemment la «compagne» de Toquinho, donne corps et voix aux grands standards de la Bossa-Nova: Trizteza, Vocé Abusou, A Garota de Ipanema évidemment, mais aussi Lamento no moro, A Felicidade, Chega de Saudade, Eu Sei que vou te amar…

Related

Histoire de Beyrouth. Du big-bang à la reconstruction, l’espoir

admin@mews

La 12e édition de la Fête de la Musique. Sous le signe de la diversité

admin@mews

Baalbeck, Beiteddine, Beyrouth, Jounieh. Le liban en fête

admin@mews

Laisser un commentaire