Magazine Le Mensuel

Nº 3065 du vendredi 5 août 2016

Semaine politique

Diplomatie. Les priorités selon Elizabeth Richard

Dès son arrivée au Liban, l’ambassadrice des Etats-Unis a rendu visite aux responsables et dirigeants du pays et, en premier, au commandant en chef de l’armée, le général Jean Kahwagi. Elizabeth Richard a rencontré le général Michel Aoun, le député Sleiman Frangié et, enfin, Samir Geagea, à Maarab.
La priorité de la diplomate américaine est la stabilité sécuritaire et les moyens d’aider sa colonne vertébrale, l’armée et les Forces de sécurité intérieure, à l’assurer. C’est le premier message de la diplomate américaine aux Libanais. Elle a mis l’accent sur la nécessaire coopération avec les responsables de l’armée et des services de sécurité et sur les aides américaines à fournir en fonction de leurs besoins, notamment dans les missions à la frontière libano-syrienne où la troupe fait face aux groupes terroristes. Le second message de l’ambassadrice porte sur la position de son pays à l’égard du Hezbollah. Les mesures imposées au parti, concernant les sanctions financières, se poursuivront à un rythme élevé, dit-elle. «Aucune concession ne sera faite dans ce domaine», étant entendu que Washington vise à travers ces mesures la capacité financière du Hezbollah et non l’économie libanaise et son nerf, le secteur bancaire. Richard s’adresse ainsi au gouverneur de la Banque centrale, le Dr Riad Salamé, à tous les financiers, à l’Association des banques et tous ses membres qui ont «la confiance de l’Administration américaine» dans leurs capacités à éviter les répercussions des sanctions américaines.
Quant au vide de la présidentielle, l’ambassadrice ne s’y intéresse qu’à travers ses répercussions. Elle n’en parle pas avec la même ardeur que lorsqu’il s’agit de la sécurité. Ce dossier n’est de toute évidence pas dans les priorités américaines. La position américaine sur ce sujet sera confirmée dans les réunions internationales qui se tiendront à New York en septembre prochain. Washington aidera à aplanir les obstacles élevés par les étrangers quand tel est le cas.
Le sujet des réfugiés syriens au Liban n’est pas absent des entretiens de l’ambassadrice. Il aura sa place dans le cadre de la sécurité du pays.

Législatives 2017
Alliance Kataëb-Skaff  à l’horizon?

La visite du président des Kataëb, Samy Gemayel, à la présidente du Bloc populaire, Myriam Skaff, à Yarzé, a mis fin à une rupture, qui remonte à 2008, entre le député disparu Elie Skaff et le parti Kataëb.
La présence de Samy Gemayel aux condoléances, un mois après le décès d’Elie Skaff, et à moins de deux mois des municipales, remportées par les Kataëb aux côtés des Forces libanaises et du Courant patriotique libre contre la liste Skaff, ouvre de nouveaux horizons dans les relations entre les Kataëb et le Bloc populaire qu’opposait, depuis avril 2008, une quasi-inimitié à cause d’un incident entre les partisans de Skaff et des Kataëb, qui a entraîné la mort de Salim Assi et du président de la section Kataëb de Zahlé, Nasri Marouni, frère de l’actuel député Elie Marouni. Marouni nie toute relation entre la visite de Gemayel à Skaff à Yarzé et celle qu’il a rendue au chef des Forces libanaises, le Dr Samir Geagea à Maarab. Il a affirmé que la visite de Gemayel avait été totalement coordonnée avec lui. Au moment où on assiste à de nouvelles alliances internes, et à la quasi-désintégration qui frappe les deux blocs du 8 et du 14 mars, les Kataëb se positionnent de plus en plus du côté de Skaff, surtout à l’ombre d’une alliance entre le Courant patriotique libre et les Forces libanaises et le soutien de ces dernières à la candidature du général Michel Aoun, ainsi que la relation du député Sleiman Frangié avec des partenaires chrétiens hors l’accord-Aoun FL.
La rencontre dans le cadre des efforts politiques pour mieux construire les alliances politiques et peut-être en vue des législatives prévues en mai 2017, n’est pas une idée à écarter. Le Futur avait annoncé, par la voix du président Saad Hariri, à partir de la maison Skaff à Zahlé, sa nouvelle alliance avec le Bloc populaire. De leur côté, les FL sont obligées, à la lumière des résultats des dernières municipales, menées avec le CPL, et du refus du Hezbollah de voter pour leurs candidats, de procéder à une révision de leurs alliances.

Chaouki Achkouti

Related

Situation chaotique à Ersal. Hermel: les terroristes ciblent l’armée

admin@mews

Conseil des ministres. Vive altercation entre Achraf Rifi et Hussein Hajj Hassan

admin@mews

Le spectre de la guerre régionale. Quel impact sur le Liban?

admin@mews

Laisser un commentaire