Magazine Le Mensuel

Nº 3071 du vendredi 4 novembre 2016

Livre

Livres

Andrée Chédid, L’écriture de l’amour
De Carmen Boustani
Ed. Flammarion
Grande spécialiste de Colette et d’Andrée Chédid, professeure des universités à Beyrouth et auteure, Carmen Boustani a bien connu Andrée Chédid. Dès la première rencontre dans les années 80, elle a gardé l’image de cette «aura qui émanait d’elle à son passage». De rencontre en amitié, un quart de siècle plus tard, Carmen Boustani se glisse dans la peau du biographe et nous offre un livre qui se lit comme une partition musicale. Divisés en 5 mouvements, les pans d’une vie s’entremêlent aux mots taillés dans la passion, dans l’écriture, qui était le destin d’Andrée Chédid, sa raison de vivre et sa façon de combattre la mort.

 

 

 

 

Les réfugiés de Peshawar
De Najmeddine Farhani
Ed. L’Harmattan
«Expliquer la genèse de l’islam noir», tel est le cœur de ce roman signé Najmeddine Farhani, de son vrai nom Mohammad Taan. Ex-infirmier du Croissant-Rouge afghan, il a été le témoin des péripéties de 1989, au moment où il assistait la déléguée de l’UNCHR, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, à Jalalabad, dans l’édification d’un camp à Peshawar. L’auteur fait se rencontrer Mrs. Streep et Mr. Roberts, délégué du bureau US de lutte antidrogue, les moujahidine s’étant tournés vers la culture du pavot, afin de continuer à s’emparer du pouvoir. Ils seront témoins de la montée de Ben Laden, des talibans et de la connivence entre Américains, Saoudiens et Pakistanais.

L’émergence du Liban
De Roger Nasnas

Ed. An-Nahar
«A tout Libanais et toute Libanaise, ensemble pour la construction et le développement»: par ces mots en prélude, Roger Nasnas, président du Conseil économique et social, donne le ton de son récent ouvrage en arabe, auquel ont collaboré et participé plusieurs personnalités, dont Ghassan Moukheiber, Ziyad Baroud, Antoine Messarra… Roger Nasnas ne prétend pas présenter là le seul projet valable à cet effet, mais plutôt de mettre entre nos mains une feuille de discussion et d’études, pour faciliter l’élaboration d’une vision complète de développement, qui sied à tous et permet au Liban d’accomplir finalement son rôle en Orient et dans le monde.

Vivement après-demain!
De Jacques Attali

Ed. Fayard
Economiste, écrivain et haut fonctionnaire français, après les ouvrages Une brève histoire de l’avenir, Devenir soi et Prévoir l’avenir, Jacques Attali se penche encore une fois sur l’avenir, mais avec un regard autre, éclairé par les nouvelles connaissances scientifiques, démographiques, idéologiques, géopolitiques, artistiques… Que de nuages s’accumulent sur les 15 prochaines années: violence planétaire, menaces climatiques, terrorisme, technologie… Mais on peut encore ne pas laisser le présent gâcher l’avenir, à condition de remplacer l’égoïsme suicidaire par un altruisme lucide.

Nayla Rached

Related

C’est ici ou la mer d’Albert Jamous. L’histoire d’un Juif libanais

admin@mews

Les absents de Georgia Makhlouf. «Dans nos vies, les absents sont plus nombreux que les présents»

admin@mews

Kamel Mouhanna. «La nouvelle génération est l’étendard des valeurs démocratiques»

admin@mews

Laisser un commentaire