Magazine Le Mensuel

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

Expositions

Expositions

Christine Kettaneh

Smell Me, Touch Me, Kiss Me

Jusqu'au 15 février,
A la galerie Janine Rubeiz

Dans cette très belle exposition, Christine Kettaneh explore les petits détails du quotidien qui l’entoure: la barre de savon posée sur son lavabo, les fourmis dans son jardin, le sucre sur sa table de cuisine… Pourquoi? « Notre expérience, notre perception de la réalité, représentent toujours plus que ce que nous savons. C’est pourquoi je m’intéresse à notre expérience immédiate de la réalité, notre quotidien, comme le savon sur nos lavabos, le sucre sur nos tables de cuisine, les fourmis dans nos jardins et surtout le langage dans notre bouche», explique-t-elle. Ses œuvres reflètent un espace de recherche et de questionnement à travers lequel l’artiste réfléchit et invite celui qui s’y intéresse à la réflexion. Christine Kettaneh est titulaire du prix Arte Laguna pour la sculpture et l’installation et du prix spécial « Artiste en galerie» décerné par la Biennale de Venise en 2015. Elle a travaillé avec plusieurs artistes et a récemment participé à l’exposition Bitassarof en novembre 2016 à la salle de lecture de la Bibliothèque nationale (Sanayeh).

32e Salon d’automne

52 artistes réunis
Jusqu'au 28 février,
Au musée Sursock
 

Pour la première édition du Salon d’automne depuis la réouverture du musée Sursock en octobre 2015, la 32e cuvée regroupe les travaux de 52 artistes connus ou émergents issus de différentes disciplines. On y retrouve le photographe Gilbert Hage, des peintres connus tels que Rima Amyuni, Jamil Molaeb ou Hannibal Srouji ainsi que de nouveaux noms: Tamara Barrage, Marwan Moujaes, Adlita Stephan, pour n’en citer que quelques-uns. Le jury — composé cette année de Reem Fadda, curatrice, Walid Sadek, artiste et écrivain, Rasha Salti, curatrice et écrivaine, Hind al-Soufi, critique d’art, professeur et chercheuse, et Kaelen Wilson-Goldie, journaliste et professeur — ont décerné le prix du musée Sursock à Abdel Kadiry, ainsi que le prix du Jeune artiste offert par Hind Sinno, à Dala Nasser. Par ailleurs, le public a voté, pour la première fois, pour son œuvre préférée, attribuant son prix 2017 à Nevine Boueiz. Le Salon d’automne, qui se tiendra désormais tous les deux ans, a pour objectif d’offrir une première reconnaissance à de jeunes artistes et amener un plus large public vers l’art.  A voir.
 

 


Agenda

23 juin… 30 avriL
Exposition collective.
Good Dreams, Bad Dreams –
American Mythologies.
Fondation Aïshti.

6 septembre… 1er juillet
Mashrou’ proletkult,
AUB Galerie Byblos Bank

1er décembre… 10 février
Kollektiv
Galerie Joy Mardini Design

10 décembre… 30 mars
5 générations d’artistes libanais
Galerie Alwane (Saifi village)

Christiane Tager Deslandes

Related

5 générations d’artistes libanais. Tradition et modernité

admin@mews

Aquarelles libanaises. L’Association des artistes fait peau neuve

admin@mews

Les machines de Da Vinci. L’œuvre d’un génie

admin@mews

Laisser un commentaire