Magazine Le Mensuel

Nº 3076 du vendredi 7 avril 2017

Mena

L’immobilier de luxe à Londres. Déclin des prix dans quatre marchés-clé

Quatre marchés-clé – Riyad,  Doha, Abou Dhabi, Londres – pour les investisseurs du CCG ont enregistré un déclin des prix de l’immobilier de luxe. Londres figure historiquement parmi les marchés immobiliers les plus attractifs pour l’acquisition de biens-fonds par les ressortissants du Golfe. Les Qataris et les Saoudiens investissaient des centaines de millions de dollars dans l’immobilier haut de gamme, à MayFair, Knightsbridge et Belgravia. Les prix des meilleurs emplacements des logements résidentiels à Londres ont régressé de 4% sur un an en 2016, ceux d’Abou Dhabi de 1,5%, et ceux de Doha de 0,5%. Le recul des prix du pétrole et l’incertitude économique mondiale ont affecté l’appétit des investisseurs. Pendant ce temps, le renforcement de la valeur du dollar a impacté leur pouvoir d’achat. Toutefois, l’immobilier de luxe aux EAU affiche de belles performances, laissant les agents immobiliers optimistes.

Souscriptions internationales aux obligations d’Oman
Le gouvernement omanais a pu prendre du souffle après avoir vendu 5 milliards de dollars d’eurobonds sur les marchés internationaux afin de couvrir son déficit budgétaire. La souscription aux obligations prévues dans le plan d’emprunt du sultanat pour 2017 a eu lieu lors d’une seule opération d’émission. Les délais des échéances des eurobonds souscrits ont été de 5, 10 et 30 ans et ont rapporté le double en valeur de ce que le sultanat s’attendait. Les carnets de demandes relatifs à l’émission ont totalisé 20 milliards de dollars, poussant certains banquiers à considérer que le sultanat peut compter sur une forte demande internationale.
A moins que le gouvernement ne dépense plus que prévu, Oman ne devrait pas avoir à recourir une nouvelle fois aux marchés financiers internationaux en 2017. En choisissant d’augmenter sa dette extérieure, son emprunt domestique pourrait se réduire, laissant planer des menaces sur l’économie nationale.

Abou Dhabi
Nouveau fonds souverain

Une société financière appartenant à l’émirat d’Abou Dhabi ayant pour raison sociale Mubadala Investment Co. serait opérationnelle à partir de mai prochain. Elle a vu le jour grâce à une fusion entre deux des plus grands fonds de l’émirat, Mubadala Development Co. et International Petroleum Investment Co. Cette dernière détient des actions dans l’industrie de l’énergie ainsi que dans d’autres secteurs à Abou Dhabi et à l’étranger. La nouvelle entité aiderait à la diversification de l’économie de l’émirat, loin du secteur pétrolier, à travers des investissements stratégiques à Abou Dhabi et à un niveau international. La valeur des actifs de Mubadala Investment Co. s’élèverait à 125 milliards de dollars, ce qui la classe à la 14ème position en termes de plus large fond souverain, selon les données du Sovereign Wealth Fund Institute. Le nouveau fonds disposera de quatre plateformes d’investissement.

Production Iranienne de chair d’esturgeon
Le vice-ministre iranien de l’Agri-culture et chef de l’Organisation iranienne de  la pêche, Hassan Salehi, a souligné qu’il n’y pas eu de caviar d’élevage ces dernières années mais que de bonnes mesures ont été prises pour produire 1,5 tonnes de caviar et plus de 600 tonnes de chair d’esturgeon. Les prévisions de production pour l’année en cours avoisinent les 3 tonnes pour le caviar d’élevage et 1 000 tonnes de chair d’esturgeon. M. Salehi a révélé que le premier cargo de caviar d’élevage a été commercialisé aux Etats-Unis en janvier dernier après une suspension de plusieurs années des exportations vers l’Amérique. A présent, un nouveau et large marché de consommation en Amérique du Nord s’ouvre pour l’Iran. Par ailleurs, le vice-ministre a mis l’accent sur le fait que 80 000 tonnes de produits de pêche, d’une valeur de 350 millions de dollars, ont été exportées en 2015, espérant que ce chiffre grimpe à 380 millions au cours de 2017. Le vice-ministre iranien a considéré que les pays européens, ceux du sud-est asiatique ainsi que les pays du littoral de la mer Caspienne, tout comme le Golfe persique sont des destinations majeures pour l’export de produits de pêche iraniens.

Prix de l’essence en Arabie saoudite
Le royaume wahhabite pourrait augmenter les prix de l’essence de 30% dès juillet. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’un plan de réforme des plus grands pays exportateurs de pétrole dans le monde, afin d’aligner leurs prix aux niveaux du benchmark à l’international. En décembre 2015, l’Arabie saoudite avait relevé le prix de l’essence 95 de 0,6 rial/litre à 0,9 rial/litre. Malgré cette hausse, le royaume est resté parmi les pays où les prix de l’essence sont les plus bas. A présent, le gouvernement saoudien veut qu’il y ait parité d’ici 2020 entre les prix de son essence et ceux pratiqués au niveau international. Cette politique conduirait à plus d’efficience en terme de consommation d’énergie et allégerait les pressions des subventions assumées par le gouvernement. Le ministre saou-dien de l’Energie n’a pas commenté le pourcentage de majoration et la date d’entrée en vigueur de la décision. Des analystes ont indiqué que le royaume suivrait probablement la politique menée par les Emirats arabes unis, en indexant ses prix de l’essence sur ceux des marchés internationaux.  

Arabie saoudite
Faible croissance des crédits

La croissance annuelle des crédits bancaires accordés par les banques saoudiennes a atteint son plus faible niveau en janvier dernier, depuis près de sept ans. Un indicatif de la faible demande des entreprises mais en même temps d’une amélioration de la liquidité dans l’économie. Ainsi, les crédits bancaires destinés au secteur privé ont augmenté de 1,8% en janvier 2017 contre une hausse de 2,4% en décembre 2016.
 

 

 


Qatar
Le tourisme, 5,2% du PIB

Selon l’Autorité du tourisme du Qatar, le secteur devrait représenter 5,2% du PIB au cours des prochaines années et générer 98 000 emplois avec une offre hôtelière comprenant 6 300 chambres. Le Qatar planifie d’investir la somme de 45 milliards de dollars d’ici à 2030 dans le développement de la stratégie nationale du tourisme. Cette somme inclut les 2,3 milliards $, réservés aux installations du Mondial de Football de 2022.

Liliane Mokbel

Related

Dubaï se lance dans l’élevage de saumons

Adwan Mag

News Mena

admin@mews

News Mena

admin@mews

Laisser un commentaire