Magazine Le Mensuel

Nº 3079 du vendredi 7 juillet 2017

  • Accueil
  • general
  • Philippe Aractingi. «Le cinéma ne peut réussir qu’avec un état»
general

Philippe Aractingi. «Le cinéma ne peut réussir qu’avec un état»

Philippe Aractingi est un pionnier du cinéma libanais, il a notamment réalisé les films Bosta (2005), Sous les Bombes (2008) ou plus récemment Listen. Rencontre avec celui qui cumule les casquettes de producteur, réalisateur et scénariste.

Depuis vos débuts au cinéma, comment a évolué l’industrie du film libanais?
Beaucoup de choses ont changé depuis mes débuts. Je suis d’une génération où il n’existait même pas encore d’Ecole de cinéma, ni d’ailleurs de cinéma libanais quand j’ai commencé. Quand j’ai sorti ma première fiction, Bosta, en 2005, les films nationaux n’intéressaient pas le public libanais. Ils ne dépassaient pas les 2 000-3 000 entrées dans les salles. Aujourd’hui la donne a bien changé. Il existe cinq circuits de distribution, contre deux à l’époque. En 2004, à peine un ou deux films libanais sortaient par semaine, aujourd’hui ce sont cinq, six parfois huit films qui sont proposés la même semaine. Autre différence majeure: la durée d’un film à l’affiche. A l’époque, Bosta est resté 22 semaines en salles. Aujourd’hui c’est à peine sept et neuf semaines, onze au grand maximum tellement la production a augmenté.

Quel est selon vous, la solution au problème du financement des films libanais?
Le vrai défi pour le cinéma libanais est aujourd’hui de trouver des fonds non remboursables. Il n’existe pas de cinéma qui puisse réussir sans l’aide de l’Etat, je n’y crois pas. Chaque pays au monde a compris qu’il est primordial de soutenir son industrie culturelle et le cinéma est un vecteur identitaire très important. Nous n’avons au Liban pratiquement aucun fonds public pour soutenir le 7e art. A peine 100 000 dollars sont répartis sur une quinzaine de films par an. En Tunisie, ce sont dix films par an qui sont subventionnés à hauteur de 350 000 dollars par film. Le Maroc alloue 500 000 dollars d’aides par film par an, pour 25 films produits annuellement. Il faut que le gouvernement comprenne que le cinéma est une industrie qui peut aider au développement économique et social de tout le pays. Les Etats-Unis et l’Inde ont fait du cinéma un véritable moteur de la croissance. Le Liban a un potentiel énorme à jouer dans ce domaine car c’est une industrie créative et notre plus grande richesse est dans nos talents. Nous avons des histoires à raconter car nous avons une histoire. Il faut capitaliser sur nos richesses intellectuelles, créatives et humaines.

Comment entrevoyez-vous l’avenir du cinéma libanais?
Pour l’instant, c’est vrai que la production de films a beaucoup augmenté mais la plupart du temps, disons dans 80% des cas, il s’agit de premiers films qui ne donneront pas suite, car l’industrie n’est pas encore rentable. La plupart des acteurs du secteur travaillent seuls. Le secteur a besoin de structure et de soutien car au Liban il est encore très risqué de faire un film. Dans une industrie cinématographique comme celle de la France, les risques sont moindres car il existe des instances en amont qui aident à la production des films: les télévisions ont des obligations d’achat, les distributeurs peuvent donner des avances sur recettes, le CNC est là… Tout ce que nous n’avons pas au Liban et qui fait que le cinéma est encore un pari risqué.

Soraya Hamdan

Related

Location. Le commercial n’échappe pas à la crise

Ricardo Karam. La communication dans les veines

Election présidentielle. Il faut parler à la Russie plutôt qu’à l’Iran

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.