Magazine Le Mensuel

Nº 3091 du vendredi 6 juillet 2018

  • Accueil
  • general
  • Ibrahim Maalouf à Batroun: «Ma libanité est très présente dans mon travail»
general Musique

Ibrahim Maalouf à Batroun: «Ma libanité est très présente dans mon travail»

Il fêtait à Baalbeck l’an dernier ses dix ans de live et d’album. Ibrahim Maalouf est de retour cet été au Liban et se produira le 11 août à Batroun. Retour, en sa compagnie, sur une actualité musicale prolifique.

Vous venez souvent jouer au Liban. C’est votre première fois à Batroun?
Oui. Je viens très fréquemment en visite au Liban, et j’essaie de jouer au moins une fois par an, ou une fois tous les deux ans. J’ai joué dans de gros festivals comme à Beiteddine, ou à Baalbeck l’année dernière, mais c’est la première fois que je joue à Batroun. La notoriété des festivals dans lesquels je me produis m’importe peu, je suis content de jouer pour un public qui a envie de m’écouter.
 

Vous tournez beaucoup dans le monde arabe. À quoi ressemble votre public ici?
Il y a un peu de tout. Il y a des gens qui aiment le jazz, d’autres la musique underground, ceux qui m’ont connu lorsque je tournais avec Marcel Khalifé, etc. Il y a des jeunes, des moins jeunes, alors qu’en France il y a beaucoup de familles. Au Liban, c’est surtout un public jeune, sensible au milieu underground.

Vous collaborez avec beaucoup d’artistes, mais avec peu de musiciens arabes.
Je l’ai fait beaucoup, notamment avec des musiciens libanais. Mais il se trouve que mon travail va dans une direction où ma libanité est déjà très présente. Ce que j’exprime dans ma musique est extrêmement oriental et arabe. Si je rajoute encore quelque chose, ça risque d’être trop. Si j’invite des gens à manger en disant que je prépare un repas international et que le plat principal est un poulet au riz à la libanaise, je ne vais pas en plus proposer des mezzés en entrée! Je vais plutôt tenter de trouver d’autres recettes.

Votre musique présente des facettes multiples. Ces rencontres musicales transforment-elles votre rapport à la musique?
Bien sûr. Toutes les rencontres inspirent – des rencontres avec d’autres musiciens, des réalisateurs, des journalistes… Peu d’artistes en parlent mais les journalistes sont très inspirants. Ils sont, en tout cas dans mon cas, comme des thérapeutes, qui posent des questions que je ne m’étais jamais posées et qui agissent sur mon rapport à la musique.

Tout en la classant dans le jazz, on qualifie beaucoup votre musique à partir de son hybridité. Peut-on définir le jazz, et si oui, faites-vous du jazz?
Je pense que le jazz est définissable en disant qu’il est indéfinissable; et ma musique est peut-être indéfinissable aussi, mais n’est pas forcément du jazz. Limiter le jazz à un style ou à une époque, c’est ce que l’on pourrait faire de pire pour la culture jazz dans l’histoire. C’est ce que parfois les amoureux du jazz font pourtant sans s’en rendre compte. Sous prétexte de protéger une culture, on la limite. Je suis contre cette école-là. Le jazz avait souffert de cela à une époque mais avait su aussi s’émanciper grâce à Archie Sheep et les débuts du freejazz, qui se sont imposés en rompant violemment avec les catégories. La musique classique a bénéficié de la même chose avec l’émergence de la musique contemporaine. Dans les deux cas, ils ont su sortir des codes. Malgré tout, il y a toujours des gens pour refuser de s’extraire de ces catégories et pour venir définir les principes du jazz. Pour ceux-là, je ne fais pas de jazz.

Votre travail est pourtant basé sur le principe de l’improvisation.
Le jazz n’a pas l’exclusivité de l’improvisation. L’improvisation est la base de toutes les musiques du monde. C’était déjà le cas de la musique classique: Beethoven, Haydn ou Bach étaient de grands improvisateurs. La musique classique a perdu cette spécificité lorsqu’elle a commencé à être enseignée et qu’elle est tombée dans le piège du code.

Comment fait-on pour passer d’un tel processus à une musique très écrite qui est celle de la musique de film par exemple, qui répond à un code narratif très strict?
Improviser ne veut pas dire faire n’importe quoi! Quand on improvise, on dit spontanément des choses qui sont structurées; lorsqu’on improvise avec le cinéma, on structure beaucoup plus, c’est tout. Appliquer un produit sur un film, moi je n’y crois pas, ou alors il s’agit de commandes: à Hollywood ou à Bollywood, on sait comment ça marche, on connaît les codes du  cinéma et on sait quelle musique appliquer. Ce n’est pas de la création. Quand on veut vraiment inventer des choses, il faut discuter avec les réalisateurs, jusqu’à ce qu’on trouve la bonne tonalité, le bon ton, la bonne fibre qui va faire qu’on va comprendre le discours intérieur des personnages, et qu’on ne va pas juste suivre les dialogues, le fil narratif.

Quels sont vos projets?
Je travaille sur quatre musiques de film. Deux comédies pour Mohamed Hamidi, avec lequel j’avais déjà travaillé pour le film La Vache. Je retravaille aussi le réalisateur Safy Nebbou avec qui j’avais déjà travaillé pour Dans les forêts de Sibérie. Son nouveau film est une adaptation d’un livre de Camille Laurens qui s’appelle Celle que vous croyez.

Mathilde Rouxel

Related

Les festivités du Nouvel An. Sons et couleurs à volonté

admin@mews

Hadi Hobeiche, député du Akkar «Les menaces ne nous effraient pas»

admin@mews

Jibril Rajoub à Magazine. «L’implantation des Palestiniens au Liban… un épouvantail!»

admin@mews

Laisser un commentaire