Magazine Le Mensuel

Nº 3097 du vendredi 4 janvier 2019

general Spectacle

Leil, d’Ali Chahrour. L’amour le corps le mot

Du 24 au 27 janvier, Ali Chahrour présente au théâtre al-Madina la première partie de sa deuxième trilogie, Leil, un concert de danse centré sur l’amour et le lexique de l’amour. Magazine a rencontré le chorégraphe et danseur.

Après une première trilogie sur la mort, une deuxième trilogie sur l’amour. Ali Chahrour ne voulait pas créer un fossé entre les deux mais effectuer une transition en douceur. «L’amour, dit-il, est toujours relié à la séparation, à la douleur, surtout dans la mémoire arabe». Ses recherches l’amènent, en effet, à se rendre compte que les mythes de l’amour dans la mémoire arabe et leur rapport avec la société contemporaine sont tous reliés à la mort. Cette mémoire, cet héritage arabe qui est à la base même de tout son travail de chorégraphe et de danseur et de tous les questionnements que le corps et le mouvement soulèvent.
Sa trilogie sur l’amour, Ali Chahrour l’a pensé dans ses multiples couches: une première partie axée sur l’amour hérité au fil de l’histoire et sa relation avec la société contemporaine, une deuxième partie qui sera consacrée à l’amour au niveau de la famille avec des familles réelles sur scène. Quant à la troisième partie, «il est encore trop tôt pour en parler», dit-il dans un sourire. De recherches en recherches, Ali Chahrour axe son travail sur deux références essentielles: Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes et Morts des amants (Massare3 el-3ouchak) de Siraj el-Kare’, qui recense les histoires d’amour de la période abbasside, racontées par les amants eux-mêmes avant leur chute et après que le temps se soit écoulé sur leur histoire d’amour.
Leil, Nuit, dépourvue de la délimitation du pronom personnel, se rapporte à l’amour et au lexique de l’amour dans la société contemporaine en comparaison à l’amour et à son lexique dans la mémoire collective, autour de destins d’amants qui ont transgressé les systèmes sociaux et religieux et dont le corps a été châtié, vivant entre la déchirure de la séparation et l’espoir de l’impossible rencontre. Des histoires provenant du Levant et de la Mésopotamie, Syrie, Irak, Palestine, Liban. Comment ce lexique, et comment cet amour-même a évolué au fil du temps. Parti-pris – même si cela pourrait comporter quelques difficultés – la pièce est ancrée dans le registre arabe. «Le spectacle, explique Ali Chahrour, tourne beaucoup autour des noms de l’amour dans la langue arabe».
Au-delà de cette partie introductive sur l’amour et son lexique, Leil aborde la fin de ces histoires, les métamorphoses des amants, leurs résistances, leurs chutes et leurs disparitions. Un moment où le corps épuisé s’écroule, entraînant la naissance d’une nouvelle histoire.

Se dévoiler sur scène
Fidèle à son modus operandi, Ali Chahrour ne collabore pas avec des danseurs professionnels, soucieux de préserver là-aussi l’authenticité de la mémoire du corps de ses artistes. Pour Leil, il s’est associé avec Hala Omran, Aya Metwalli, Simona Abdallah et Sharif Sehnaoui. En parlant des particularités de chacun de ses collaborateurs, et de la valeur ajoutée que chacun d’eux apporte à la performance, Ali Chahrour s’enflamme en cherchant les mots et les sensations justes. Hala Omran, actrice syrienne, a déjà collaboré avec lui dans May he rise and smell the fragrance, dernière partie de sa première trilogie. «Je trouve qu’elle a une forte présence, qu’elle a un geste qui lui est particulier. Son corps a une histoire, et elle a une forte connaissance de la langue et de la poésie arabe». L’Egyptienne Aya Metwalli a fait deux ans de danse puis a décidé de devenir musicienne autodidacte. Simona Abdallah est une percussionniste d’origine palestinienne, «une des rares femmes à jouer de la darbouka dans le monde arabe. Et elle joue de la musique avec son corps, son sang, ses sensations, et non selon des techniques et des codes formatés. Cette musique populaire baladi se complète avec la musique plus expérimentale, plus contemporaine de Sharif Sahnaoui. «Simona et Sharif, poursuit Ali, viennent de deux backgrounds complètement différents, mais, décision effrayante, j’ai senti que ce clash pouvait être intéressant».
Après s’être interrogé de savoir s’il rejoignait lui aussi ses artistes sur scène ou s’il se suffisait de sa casquette de chorégraphe et metteur en scène, Ali Chahrour a tranché pour la première option, d’abord par enthousiasme, puis pour rétablir la balance vu la dynamique des performers, ensuite pour accorder plus de présence au corps.
Dans cet étrange mélange où chacun des artistes vient d’un background différent, où tous sont prêts à se dévoiler sur scène, à dévoiler leurs outils, «la transparence de chacun est vitale». «L’esthétique vient de leur faiblesse, de leur fragilité», du risque qu’ils prennent, de l’intensité qu’ils mettent dans leur voix, dans leur geste, puisqu’ils n’ont pas l’armature de la technique.
Ali Chahrour est curieux et anxieux de savoir comment le public libanais va recevoir Leil, car elle est différente de sa première trilogie. «Il y a une prise de décision plus radicale, des scènes figées qui s’étalent, des défis dans l’intensité du son et du corps, dans le fait qu’il y a autant de choix musicaux dans une performance de danse, qui est d’ailleurs présentée comme un concert de danse». Comme avant chaque tournée à l’étranger, Leil sera présentée pour la première fois à Beyrouth. Ali Chahrour y tient, sinon dit-il, «moi-même, je ne comprendrais pas ce que j’aurais fait».

Nayla Rached

Related

RALLYE DU LIBAN 2012. Guerre fratricide entre Roger et Abdo Féghali

admin@mews

Mois de la Francophonie 2016. «Musicalement vôtre»

admin@mews

Nationalité. 112 Arabes et étrangers naturalisés par décret présidentiel

admin@mews

Laisser un commentaire