Magazine Le Mensuel

Nº 2858 du vendredi 17 août 2012

  • Accueil
  • Santé
  • Maladies sexuellement transmissibles (MST). Pour une sexualité sans risques
Santé

Maladies sexuellement transmissibles (MST). Pour une sexualité sans risques

La période des vacances d’été est souvent propice aux propagations des MST, en particulier chez les jeunes. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, des centaines de milliers de personnes sont contaminées chaque année par les maladies sexuellement transmissibles, parfois même sans le savoir.  Quels sont les signes qui doivent vous alerter et comment prévenir ces maladies?

Les causes
Les maladies sexuellement transmissibles sont des maladies causées par des microbes (virus, bactéries ou parasites) qui se transmettent d’une personne à l’autre au cours des rapports ou des contacts sexuels. Certaines MST sont visibles avec des manifestations cutanées, d’autres se traduisent par des pertes vaginales ou encore des démangeaisons ou une gêne durant le rapport sexuel. Quel que soit l’âge, une personne est plus à risque de MST tant qu’elle n’a pas une vie sexuelle stable avec un partenaire fidèle. L’absence de précautions et la multiplication des partenaires accroissent généralement les risques.

Les symptômes
Les démangeaisons ou une sensation de brûlure au niveau génital, sont les symptômes les plus gênants. Les personnes touchées par les MST ont aussi des pertes vaginales anormales, malodorantes qui s’accompagnent parfois de démangeaisons locales. Parmi les symptômes on note également des boutons, des  lésions ou de petites plaies. Il peut s’agir aussi d’éruptions cutanées, de petites vésicules rouges sur vos parties génitales. Ces manifestations peuvent révéler un herpès génital, la syphilis ou des morpions. Des douleurs durant les rapports sexuels ou des brûlures en urinant sont des signes qui nécessitent également de consulter et qui peuvent révéler une infection sexuellement transmissible.

Les mycoses vulvo-vaginales
Très courantes chez les femmes, las mycoses sont dues à la prolifération d’un champignon, le Candida, qui s’attrape par les relations sexuelles ou par contact cutané. Un déséquilibre de la flore vaginale favorise la contamination de ces champignons. Ces mycoses vulvo-vaginales sont plus gênantes que graves. Elles sont cependant récidivantes. Il faut donc rester constamment vigilante quant à son hygiène intime et ne pas hésiter à consulter un médecin dès que les premières irritations se font ressentir. Un traitement rapide aidera à éviter que la mycose n’évolue vers un stade de démangeaisons très intenses voire insoutenables.

Pour éviter les MST
Il est plus efficace de prévenir que de traiter les MST et leurs séquelles. Afin de ne pas contracter une MST, il est généralement conseillé de pratiquer une toilette quotidienne ainsi qu’après chaque rapport sexuel. Il s’agit aussi de limiter le nombre de partenaires sexuels et éviter le contact sexuel avec les personnes atteintes d’une MST ou des personnes qui ont un comportement à risque. Mais le plus important est l’utilisation de préservatifs qui reste le moyen de protection le plus sûr de protection contre les MST.  Changer quotidiennement des sous-vêtements et les choisir en coton plutôt qu’en matières synthétiques permet également de se prémunir contre les MST. Il faut savoir toutefois qu’une MST diagnostiquée tôt, et traitée correctement, sera guérie rapidement et sans séquelles.

Les MST les plus courantes
Il existe selon l’OMS, plus de trente agents infectieux, bactéries, virus ou parasites transmissibles lors des rapports sexuels. Parmi les MST les plus courantes, on note la syphilis, l’herpès génital, les condylomes génitaux ou le VIH. Plusieurs d’entre elles peuvent se transmettre de la mère à l’enfant pendant la grossesse et l’accouchement, ainsi que par les produits sanguins et lors de transplantations de tissus. NADA JUREIDINI

 

Quelques faits
On dénombre chaque année 448 millions de nouvelles infections sexuellement transmissibles (IST) guérissables chez des adultes âgés de 15 à 49 ans. Certaines infections sont asymptomatiques. Ainsi jusqu’à 70 % des femmes et une grande proportion d’hommes atteints ne présentent aucun symptôme. Non traitées, les IST peuvent avoir des conséquences graves sur la santé. Les IST sont la principale cause évitable de stérilité, en particulier chez la femme.

 

 

 

 

 

 

Related

Des prothèses avec le sens du toucher? Une véritable révolution

admin@mews

Infos santé

admin@mews

Fausse couche. Le bisphénol A augmente le risque

admin@mews

Laisser un commentaire