Magazine Le Mensuel

Nº 2880 du vendredi 18 janvier 2013

ACCUEIL

3 questions à Ali Ammar

 

La tempête qui a frappé le Liban durant la deuxième semaine de janvier a-t-elle laissé ses empreintes sur tous les secteurs?
Sans aucun doute, cette tempête a provoqué d’importants dégâts dans certaines régions qui avaient été négligées lors de la réhabilitation des infrastructures. Tous les gouvernements qui se sont succédé les ont traitées avec indifférence, et leurs habitants ont pâti des énormes dommages qui les ont frappés. Des familles de Hay el-Sellom se sont retrouvées sans abris du fait des inondations qui ont envahi leurs rues. La tempête a aussi frappé les paysans et causé de très grosses pertes dans l’agriculture.

Quelles sont les mesures qui devraient être prises pour limiter les dégâts?
Pour ce qui est de Hay el-Sellom, il existe un projet datant de 1993 concernant le fleuve Ghadir qui a inondé la région. Le plus simple est de le mettre en application. Les études sont dans les tiroirs du Conseil du développement et de la reconstruction. Il n’y qu’à les sortir. Pour les pertes subies par les paysans, le comité formé par le Conseil des ministres devrait les dédommager.

Une nouvelle tempête est, dit-on, annoncée, dans quelques jours. Quelles mesures faut-il alors prendre?
Le gouvernement doit être prêt à mettre tous ses moyens d’urgence pour faire face à toute tempête possible pour éviter de nouvelles répercussions négatives sur les habitants.

Arlette Kassas

Related

3 questions à Paul Abi Rached

admin@mews

3 questions à Salim Salhab

admin@mews

3 questions à Salim Salhab

admin@mews

Laisser un commentaire