Magazine Le Mensuel

Nº 2884 du vendredi 15 février 2013

general

Boshra Al Saadi. Une voix du Levant en Occident

Du disco afro, du post punk, du reggae. Le pur mélange musical de la chanteuse Boshra Al Saadi vous pénètre, vous ensorcelle. C’est à Michigan, précisément à l’Arab American National Musuem, qu’elle se produira prochainement. Et si on découvrait la nouvelle Kate Bush américano-arabe!

Depuis les trente dernières années, la Grande-Bretagne a choisi la chanteuse qui a une réputation d’intégrité artistique. En outre-Manche, c’est Kate Bush qui est l’artiste la plus célèbre de l’industrie musicale selon les médias anglais. Alors, lorsque la plateforme MTV Iggy, l’une des divisions de la chaîne MTV, a qualifié Boshra Al Saadi de «Kate Bush du reggae», le compliment a été apprécié à sa juste valeur. Mais qui est Boshra Al Saadi, chanteuse syro-américaine, levantine dans l’âme?
Née en Pennsylvanie de parents syriens, elle décide, à 20 ans, de se rendre au village Greenwich ou The Village comme l’appellent la plupart des New-Yorkais, situé au sud-ouest de Manhattan à New York. Avec comme rêve de devenir une chanteuse de folk. Il n’a pas fallu longtemps pour que le rêve devienne réalité et que Boshra devienne une des chanteuses du groupe rock Looker. Mais la jeune chanteuse décide rapidement de s’envoler de ses propres ailes. Détendue, détachée, elle se libère de toute emprise et mélange l’électro pop, le reggae, le disco afro, le post punk. Il n’est pas surprenant qu’elle cite Brian Eno comme l’un des chanteurs qui l’ont le plus influencée. Rappelons qu’Eno, musicien, chanteur et producteur britannique, a produit certains des albums du fameux groupe U2. L’autre artiste qui a influencé Saadi est Lady Saw, la reine du dancehall. Cette chanteuse originaire de la Jamaïque a su se démarquer par son côté provocateur qui lui a permis de s’imposer dans le milieu du dancehall presque exclusivement masculin. De tous ces artistes qu’elle admire, Boshra a voulu tirer le meilleur. Elle ne renie d’ailleurs pas ses influences. Mais elle demeure aussi attachée à ses racines puisqu’elle tient à mélanger toutes ses influences aux sons de la dabké. Le métissage musical de Boshra peut être également perçu grâce à la diversification de ses collaborations. Outre Janka Nabay et son groupe Bubu gang (voir encadré), la chanteuse collabore également avec Leonard Friend, chanteur de R&B new-yorkais qui a sorti son album Lynyrd Frynd en 2012 acclamé par la presse américaine.
Sur Facebook, Boshra a déjà plus de 4000 fans avides de la suivre et de se rendre à ses concerts. Cette fois, c’est à Michigan qu’elle leur donne rendez-vous. C’est sûr que cette fois également, ils n’hésiteront pas à répondre à l’appel.

Pauline Mouhanna, Illinois, Etats-Unis

Pour découvrir la musique de Boshra Al Saadi, se rendre sur son site Internet: http://deliradio.com/saadi et sur sa page sur Facebook Saadi.

Sa collaboration avec Janka Nabay
Ces deux dernières années, Boshra Al Saadi a notamment collaboré avec Janka Nabay et son groupe Bubu gang. Nabay qui est le roi incontesté du boubou, une musique folklorique du Sierra Leone qu’il a ressuscitée et modernisée en 1990 lors de la guerre civile. Avant Janka, les Sierra-Léonais considéraient la musique boubou comme appartenant au passé, quelque chose qu’il vaut mieux laisser dans les collines avec les chanteurs populaires et les sorciers.

 



A kid’s guide to Arab American history
Un guide qui joint l’utile à l’agréable

Et si on réussissait enfin à dissiper les nombreux stéréotypes négatifs qui collent à la peau des Arabes aux Etats-Unis? Et si on arrivait à faire comprendre aux enfants en particulier que les Arabes ne sont pas des terroristes? Le livre A kid’s guide to Arab American history: more than 50 activities tente de réussir ce pari.

Il y a la richesse historique et la diversité de leurs cultures, leurs traditions, leurs diverses religions. Tout chez les Arabes pousse à des interrogations, mais aussi parfois à des suspicions. Les auteurs de ce guide, Yvonne Wakim Dennis et Maha Addasi, ont le mérite de tenter de lever le voile sur les Arabes.
Beaucoup d’Américains, même parfois des professeurs, pensent que tous les Arabes partagent la même culture, la même langue et la même religion et n’ont que récemment commencé à immigrer aux Etats-Unis. Ce guide dresse aux enfants un portrait historique de la communauté arabo-américaine, des raisons de l’émigration de ses membres. Il révèle aussi les personnalités et les événements importants qui l’ont façonnée. Chaque chapitre se concentre sur un groupe différent d’Arabo-Américains. Il y a d’abord les Libanais et Syriens, ensuite les Palestiniens, les Jordaniens, les Egyptiens, les Irakiens et les Yéménites. Pour faire découvrir leurs cultures, leurs arts, leurs jeux, leurs patrimoines culturels et vestimentaires, cinquante activités ludiques sont proposées. Parmi ces activités, danser la dabké, construire un tambour derbakké, jouer à un jeu de Senet, apprendre à faire du «hommous», créer un dessin arabesque, faire de l’artisanat ou des bracelets de style égyptien. Grâce au guide, les enfants vont également apprendre à compter en kurde, à parler quelques mots en syrien, pour faire plaisir aux membres de leur famille, à apprendre un dicton yéménite… Ils vont aussi se familiariser avec l’accent irakien. Mais outre cet apprentissage, ce qui est le plus intéressant pour eux, c’est qu’ils vont connaître plus et mieux des personnalités américaines d’origine arabe. De courtes biographies de notables sont ainsi proposées. Zoom donc sur l’acteur, producteur et philanthrope d’origine libanaise Danny Thomas. La chanteuse Paula Abdul, danseuse, chorégraphe d’origine syro-canadienne. L’artiste d’origine libanaise Helen Zughaib, qui a exposé ses peintures dans des galeries et des musées aux Etats-Unis, notamment à la Maison-Blanche ou à la Banque mondiale et en Europe. Quant au militant Ralph Nader, il serait presque inutile de rappeler le parcours de cet avocat et homme politique américain d’origine libanaise. Ecologiste convaincu, il milite pour l’agriculture biologique et la protection de l’environnement face au tout-économique.
En fournissant des informations intéressantes sur toutes ces personnalités, ce livre est parfait non seulement pour les enfants, mais aussi pour tous les membres de  la famille, les enseignants et tous ceux qui apprécient l’incroyable richesse de la nation américaine. Le chercheur Jack Shaheen a raison de dire que ce livre fournit un autre regard sur toutes ces personnalités qui ont tant contribué à la société américaine.

 

Pauline Mouhanna (Illinois, Etats-Unis).

Les auteures
D’origine syrienne, Yvonne Wakim Dennis a déjà reçu plusieurs prix pour ses livres. Elle est notamment l’auteure de A kid’s guide to native American history, relatant aux enfants l’histoire amérindienne et traitant des Amérindiens d’aujourd’hui. Maha Addasi a déjà publié deux livres: The white nights of Ramadan et Time to pray. Elle est aussi rédactrice pigiste, correspondante de nouvelles, présentatrice de télévision et productrice de radio à Amman, en Jordanie.

 

Related

Thaïlande. Deux membres présumés du Hezbollah arrêtés

admin@mews

L’assurance retraite. Un engagement à long terme

admin@mews

Législation d’urgence. On tourne en rond

admin@mews

Laisser un commentaire