Magazine Le Mensuel

Nº 2884 du vendredi 15 février 2013

  • Accueil
  • general
  • Un million d’élèves à l’école publique. Un secteur à l’abandon
general

Un million d’élèves à l’école publique. Un secteur à l’abandon

L’enseignement dans les écoles publiques est préoccupant. Le niveau dans les écoles privées reste plus élevé et un programme de développement du secteur public est prévu.

Un million d’élèves sont concernés par l’enseignement au Liban. Plus d’un tiers fréquente le secteur public. Avec un peu moins de 1400 établissements établis aux quatre coins du pays, l’école publique est un gigantesque réseau. Il demande une gestion particulière. Malheureusement, l’écart entre l’enseignement public et le privé n’a cessé de se creuser. Un test, effectué avec la coopération de l’association internationale pour l’évaluation de l’éducation, montre que le niveau des élèves du secteur public au Liban est en dessous de la moyenne internationale.
L’école publique a énormément souffert des années de guerre et, depuis 2004, aucun budget supplémentaire n’y a été alloué. L’état de l’infrastructure, des bâtiments et du matériel laisse à désirer dans la plupart des écoles publiques.
En 2010, un plan quinquennal de développement est établi pour permettre de relever les défis et les niveaux des écoles publiques. Depuis leur création, elles n’ont connu qu’une seule fois, il y a quinze ans, de changements dans les programmes. Une grande partie des fonds nécessaires à la réalisation du plan quinquennal est trouvée. Des évaluations techniques de chaque école sont faites en vue de choisir les interventions adéquates. Un travail immense est demandé à tous les niveaux: infrastructure, équipements, formation continue des professeurs et des responsables, nouveaux programmes mis en place.
Selon une étude du centre de recherche et de développement pour les années 2010-2011, sous le titre L’usage efficace des ressources humaines dans le secteur public de l’éducation, les enseignants dans les écoles publiques dépassent de loin les besoins. Ainsi 22224 d’entre eux s’occupent de 207510 étudiants dans les classes primaires et élémentaires. Soit en moyenne un enseignant pour chaque neuf étudiants. Ce nombre varie selon les régions. Il atteint un enseignant pour six étudiants au Mont-Liban, alors qu’il atteint un professeur pour onze étudiants au Nord. Dans le secondaire, on compte 8443 professeurs pour 68609 étudiants, soit en moyenne un professeur pour chaque huit étudiants.
Le nombre des enseignants du secondaire est de 27,1% du total des enseignants à tous les niveaux, alors que les étudiants de ce niveau sont de 24,8%, ce qui n’explique pas cette différence dans les pourcentages qui ne tient pas compte des besoins réels des écoles publiques.
Selon cette même étude, le nombre des professeurs et des administrateurs au Liban pour l’année scolaire 2010-2011 a atteint 89793, dont 42,3% dans le secteur public.
Selon le sexe, les pourcentages sont rapprochés dans les différentes mouhafazats. Les enseignantes dans le primaire et l’élémentaire à Beyrouth sont plus de 86,5% de l’ensemble des enseignants à Beyrouth, et 66,3% à Nabatiyé, alors que ce chiffre est sensiblement le même dans les autres mouhafazats. Au niveau secondaire, plus de 67,3% sont des enseignantes à Beyrouth pour un pourcentage minimum de 44,8% dans la Békaa.
Un réseau qui, de toute évidence, a besoin d’être bien géré. L’école publique mérite d’avoir une place de choix.

Arlette Kassas

Related

Matelec. Le géant libanais de l’électricité

L’avenir vu par Martin Zoller. Statu quo au Moyen-Orient

Césars 2015. Timbuktu triomphe

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.