Magazine Le Mensuel

Nº 2918 du vendredi 11 octobre 2013

  • Accueil
  • general
  • Anouar Brahem revient à Liban Jazz. Toujours plus près du Liban
general

Anouar Brahem revient à Liban Jazz. Toujours plus près du Liban

Dans le cadre de sa 10e édition, le festival Liban Jazz accueille Anouar Brahem quartet, le mardi 15 octobre, sur la scène du Music Hall. Le oudiste tunisien présentera au public libanais son dernier album The astounding eyes of Rita.
 

La 10e édition de Liban Jazz est lancée. Premier concert, le mardi 15 octobre. Sur la scène du Music Hall, pour une soirée unique, le oudiste tunisien Anouar Brahem. Retour en arrière.
En 2004, Karim Ghattas lançait, seul presque, contre vents et marées, la première édition de Liban Jazz sur les marches de l’amphithéâtre Zouk Mikaël, sans se douter alors de l’ampleur qu’allait prendre ce festival au fil des années. Parmi les artistes qui avaient accepté de se lancer dans cette aventure, figurait Anouar Brahem. Emerveillement et enthousiasme illimités du public libanais, à tel point qu’on a libanisé son nom.
En 2006, septembre plus exactement, il est parmi les artistes, amis de Liban Jazz, à prendre part au Concert en blanc, organisé par le festival en dehors des murs, à Paris, en signe de solidarité avec le Liban à la suite de l’agression israélienne. Un an plus tard, il est de nouveau invité par Liban Jazz pour présenter au public libanais, accompagné de François Couturier au piano et Jean-Louis Matinier à l’accordéon, son album Le voyage de Sahar.
Toujours à la recherche de nouveaux sons, de nouvelles expériences, de nouveaux horizons, il troque le trio pour un quatuor: Khaled Yassine à la darbouka et au bendir, Klaus Gesing à la clarinette et Björn Meyer à la basse.
En 2008, ils entrent au studio pour enregistrer l’opus The astounding eyes of Rita. La tournée débute et se poursuit toujours.
Album hommage d’une certaine manière au poète palestinien Mahmoud Darwich, le titre renvoie au célèbre poème, qui a été également mis en musique par Marcel Khalifé, Rita. Ce disque est l’album de la consécration pour le plus élégant des maîtres du oud tunisiens. Dès sa sortie en 2009, il a rencontré un succès fulgurant et fut présenté à travers le monde sur les scènes les plus prestigieuses.
The lover of Beirut, Dance with waves, The astounding eyes of Rita, Waking State, Galilée mon amour, For no apparent reason… Au fil des huit morceaux qui s’enchaînent, l’album emmène son auditeur de voyage en voyage, de découverte en exploration, toujours tout près du cœur et de l’émotion, le corps vibrant à chaque note. Minimaliste, épuré, à l’image de la synergie qui s’établit entre les instruments.
Télérama introduit l’album en ces termes: «Cordes rocailleuses et souffle mat. Le oudiste tunisien Anouar Brahem explore de nouveaux espaces. Toujours aussi méditatifs, toujours nourris de silence, encore plus ascétiques peut-être. Comme une quête languide qui s’émeut par moments, suspend son envol, puis sillonne à nouveau, loin de toute certitude. (…) Epris de liberté avant tout, Brahem refuse encore une fois de se laisser enfermer dans un genre. Ancrage oriental certes, digressions jazzy sans aucun doute, mais aussi classicisme intimiste façon musiques de chambre et austérité minimaliste très contemporaine».

Nayla Rached

Anouar Brahem quartet dans le cadre de Liban Jazz, c’est ce mardi 15 octobre, au Music Hall, à 21h.
Billets en vente au Virgin Megastore: 01-999 666
www.ticketingboxoffice.com

Taisez-vous
A partir du 16 octobre, les planches du théâtre Monnot accueillent le spectacle divertissant Taisez-vous. Créé, dirigé et mis en scène par Samy Khayath, il signe les retrouvailles entre les deux géants de rire que sont Samy Khayath et Pierre Chammassian, accompagnés de Véra Darazi et Jad Saad. Taisez-vous sera présenté dès le 16 octobre, du mercredi au dimanche, à 21h, au théâtre Monnot.
Billets en vente dans toutes les branches de la Librairie Antoine.

Discographie sélective
The astounding eyes of Rita, album sorti en 2009.
Le voyage de Sahar, sorti en 2006.
Le pas du chat noir, sorti en 2002.
Charmediterranéen, sorti en 2002.
Astrakan Café, sorti en 2000.
Thimar, sorti en 1998.
Khomsa, sorti en 1995.
Madar, sorti en 1994.
Conte de l’incroyable amour, sorti en 1992.
Barzakh, sorti en 1991.

Related

Ski nautique à Saïda. Le LWF clôture son édition 2015

admin@mews

47e Assemblée médicale du Moyen-Orient. Nouvelles recherches, nouveaux espoirs

admin@mews

L’Empire State building en miniature. La tour d’Ivoire de Charles Corm

admin@mews

Laisser un commentaire