Magazine Le Mensuel

Nº 2919 du vendredi 18 octobre 2013

Cinéma en Salles

5e édition de la Semaine Arte. Entre l’intime et l’humain

L’Association Métropolis, avec le soutien de l’Institut français du Liban, organise, du 20 au 28 octobre, la 5e édition de la Semaine Arte. Une invitation au voyage.

La 5e édition de la Semaine Arte, devenue un rendez-vous annuel incontournable pour tous les cinéphiles, vous propose les dernières coproductions de la chaîne culturelle européenne Arte. Du 20 au 28 octobre, huit longs métrages récents, fiction et documentaire sont au programme, ainsi qu’un 9e film de 1993, devenu un classique du cinéma contemporain asiatique, L’odeur de la papaye verte, du réalisateur vietnamien, Tran Anh Hung, qui sera projeté pour la première fois au Liban en version originale.
Le film d’ouverture, le magnifique My sweet pepperland semble donner le ton: des histoires simples, attachantes, intimes, profondément humaines, qui parleront à tout un chacun. D’Irak, du Brésil, de Croatie, du Chili, du Mexique, de France… fiction ou documentaire, rêve et réalité à la fois, la 5e édition de la Semaine Arte sonne comme une fenêtre ouverte sur le monde, une invitation au voyage, à travers le 7e art.
Les projections débutent à 20h.
Billets: 6000 L.L.
Informations: 01-204080 – www.metropoliscinema.net

Le programme
Dimanche 20
My Sweet Pepperland de Hiner Saleem
Dans un village perdu, au carrefour de l’Irak, l’Iran et la Turquie, le regard cinématographique pétillant d’humour et de tendresse de Hiner Saleem se pose sur Barran, ancien combattant de l’indépendance kurde, devenu officier de police, et l’institutrice Govend, aussi belle qu’insoumise, ainsi que sur les personnages qui les entourent. Un univers fascinant entre burlesque, western, quête et kalash. A voir absolument!

Lundi 21
Tabu de Miguel Gomes
Le réalisateur portugais nous raconte l’histoire d’une vieille femme au fort tempérament dévouée aux causes sociales, sa domestique cap-verdienne et sa voisine. Entre passé et présent, rejaillit une histoire d’amour et de crime dans une Afrique de film d’aventures.

Mardi 22
L’image manquante de Rithy Panh
Documentaire qui revient sur le drame du massacre cambodgien, à la recherche d’une image qui manque, une photographie prise entre 1975 et 1979 par les Khmers rouges, quand ils dirigeaient le Cambodge. A elle seule, une image ne prouve pas le crime de masse, mais elle donne à penser, à méditer. A bâtir l’histoire.

Mercredi 23
Circles de Srdan Golubovic
1993, pendant la guerre de Bosnie, Marko, soldat serbe, sauve Harris, un musulman, des mauvais traitements de ses compatriotes et paye ce geste de sa vie. Tel est le point de départ des trois récits parallèles qui composent ce film dont l’action se situe dix ans entre la Bosnie, Belgrade et l’Allemagne.

Jeudi 24
Michael Kohlhaas d’Arnaud des Pallières
Au XVIe siècle dans les Cévennes, le marchand de chevaux Michael Kohlhaas (Mads Mikkelsen) mène une vie familiale prospère et heureuse. Victime de l’injustice d’un seigneur, cet homme pieux et intègre lève une armée et met le pays à feu et à sang pour rétablir son droit.

Vendredi 25
El verano de los peces voladores (L’été des poissons volants) de Marcela Said
Alors que Pancho, riche propriétaire chilien, est obsédé par les carpes qui envahissent sa lagune artificielle, sa fille adorée, Manena, connaît ses premiers émois amoureux et découvre le monde des travailleurs indiens Mapuches qui revendiquent l’accès aux terres et s’opposent à son père.

Samedi 26
Un château en Italie de Valeria Bruni-Tedeschi
«Equilibre parfait entre comédie italienne et drame tchekhovien», selon Le Figaro. Le 3e long métrage de la réalisatrice et actrice italienne est l’histoire d’une famille qui se désagrège, un monde qui se termine et un amour qui commence.

Dimanche 27
L’odeur de la papaye verte de Tran Anh Hung
Caméra d’or au Festival de Cannes 1993 et nommé à l’Oscar du meilleur film étranger, ce grand classique nous ramène à Saigon, en 1951. Mui, une fillette de 12 ans, est embauchée comme servante chez une famille aisée. Dix ans plus tard, devenue jeune femme, elle est obligée de quitter ses employeurs pour travailler chez un pianiste fiancé.

Lundi 28
Heli d’Amat Escalante
Au Mexique, la famille d’Estella, une jeune fille de 12 ans, est prise dans un engrenage de violence lorsque celle-ci tombe amoureuse d’un jeune policier impliqué dans un détournement de drogue.
 

Nayla Rached
 

Related

Cinéma en salles

admin@mews

La main de Leïla. Amour, révolution et cinéma

admin@mews

Cinéma en salles

admin@mews

Laisser un commentaire