Magazine Le Mensuel

Nº 3091 du vendredi 6 juillet 2018

Cinéma en Salles

FFFMed. Deir el-Qamar, potentiel lieu de tournage

Parallèlement au Festival du film libanais en septembre, bande à part Production organise une résidence d’écriture de scénarios, Films Femmes Francophones/Méditerranée, (FFFMed), à l’IFL de Deir el Qamar. Carol Mezher, directrice de bande à part Productions, nous en parle.

L’idée de FFFMed est née d’un véritable besoin face aux lacunes dont souffre le domaine de l’écriture scénaristique dans le cinéma libanais, non considéré comme un métier en soi, le réalisateur coiffant souvent lui-même la casquette de scénariste et de producteur. Or, explique Carol Mezher, «être scénariste est un métier à part entière, il faut commencer à lui bâtir un héritage, il faut commencer à dire je suis scénariste, c’est légitime. Et encore plus je suis femme scénariste». Loin de toute idée de discrimination positive, mais parce qu’il fallait bien resserrer les choses, FFFMed s’adresse aux cinéastes femmes provenant des pays ou communautés francophones du bassin méditerranéen afin de leur permettre de développer leurs projets de films. Une manière de «réunir toutes les histoires, surtout de femmes, qui se passent autour de la Méditerranée, allant de l’exil à l’émigration à la remise en question de l’identité féminine». Tous ces pays et ces histoires réunis autour du français, non comme une quelconque manière de perpétuer une langue colonialiste, mais «autour d’une langue fédératrice, ou du moins une langue de modération durant toutes les sessions de travail».
La 1ère édition de FFFMed se tiendra en septembre, durant une semaine, à l’IFL de Deir el-Qamar. Société libanaise, il était à la fois naturel et logique pour bande à part Productions de commencer au Liban, «où il y a un côté très cinématographique, que ce soit à Beyrouth, ou dans d’autres régions». Deir el-Qamar a été choisi notamment en raison de son passé historique, et «pour essayer de faire connaître la région comme un potentiel lieu de tournage». En combinant l’aspect touristique à l’aspect artistique et culturel, FFFMed organise autour de la résidence d’écriture toute une mobilisation médiatique, avec notamment la présence sur les lieux d’équipes de la BBC, de France 24 et d’Ivan Kabacoff de TV5 monde qui y tournera son émission, Destination francophonie.

Cinéma et tourisme
Avec ces multiples objectifs, le projet a fédéré un grand enthousiasme. Malgré les problèmes de financement, «nous avons essayé de mobiliser autant de partenaires que possible», des partenaires tant locaux et internationaux, tout en s’associant au Festival du film libanais. «Parce qu’il est important aussi que chaque festival ait sa résidence pour boucler la boucle», ajoute Carol Mezher. Grâce à tous les partenaires, la lauréate de FFFMed aura l’occasion de rester à Beyrouth tout au long du Festival du film libanais et recevra son prix lors de la cérémonie de clôture. Elle bénéficiera également d’une formation d’une semaine avec le Groupe Ouest, pourra résider à la Cité internationale des Arts à Paris, et aura un accès libre à la Cinémathèque française. «On essaie de lui donner des possibilités d’être dans un cadre qui incite à l’inspiration, qui favorisera la poursuite de son parcours. On accompagnera le processus à travers un suivi par Skype et des sessions avec des consultants».
Pour cette première édition axée sur le long-métrage de fiction, la réception a été au-delà des espérances : 38 candidates ont répondu à l’appel, issues de 10 pays du pourtour de la Méditerranée, France, Italie, Espagne, Grèce, Turquie, Maroc, Tunisie, Algérie, Syrie et Liban. Et parmi ces candidates, des binationales qui ont ouvert des portes vers 7 pays non méditerranéens, à l’instar du Brésil, du Chili, de la Belgique, du Canada…
Au final, 5 projets seront choisis par un comité de sélection, dirigé par Christophe Leparc, Thibaut Bracq et Sabyl Ghoussoub, et dans la phase de présélection, le comité s’associera à six étudiantes de six universités libanaises de cinéma, «pour contribuer un peu à leur formation». Les critères de sélection prennent en considération plusieurs éléments : outre les outils relevant de l’écriture scénaristique (intrigue, développement des personnages…), «on préfère prendre des projets où on sent un potentiel, mais qui ne sont pas à un stade avancé, là où on peut encore intervenir, explique Carol Mezher. Il faut aussi monter une équipe cohérente, prête à se lancer dans l’aventure, à écouter les conseils avec bienveillance et ouverture d’esprit». Partant de cette même optique, les consultants auxquels FFFMed a fait appel, notamment Wissam Charaf et Darine Hotait, sont également, de par leur profil et leur parcours, dans une attitude bienveillante, loin de toute confrontation ou condescendance, mais dans l’écoute et l’accompagnement.
Carol Mezher planche déjà sur la destination qui accueillerait la 2e édition de FFFMed: Malte probablement, qui a aussi une production de cinéma émergente, en pleine expansion, et dont les lieux ont également accueilli le tournage de plusieurs blockbusters américains. FFFMed est destiné à être «une résidence itinérante, qui passe donc par le déplacement, le mouvement, l’échange interculturel autour du bassin méditerranéen».

Nayla Rached

Related

Cinema en salles

admin@mews

The Lebanese Rocket Society. Entre la terre et la lune

admin@mews

La main de Leïla. Amour, révolution et cinéma

admin@mews

Laisser un commentaire