Magazine Le Mensuel

Nº 2942 du vendredi 28 mars 2014

  • Accueil
  • Culture
  • Livre
  • Mémoires d’écureuil de Lamia Charlebois. «Mon ouvrage ne relancera pas l’économie, mais adoucira le quotidien»
Livre

Mémoires d’écureuil de Lamia Charlebois. «Mon ouvrage ne relancera pas l’économie, mais adoucira le quotidien»

Quelle énergie! Quelle fraîcheur dans ce recueil de statuts écrits initialement sur Facebook et rassemblés dans les pages de ce livre. Au lieu de plomber son entourage en énumérant la longue liste de ses épreuves, Lamia Charlebois l’enchante avec des idées, des jeux de mots, des poèmes «remixés» qui lui passent par la tête. Le résultat? Des petits textes à savourer… sans modération.
 

Les écureuils? Elle les observe de la fenêtre de son bureau. Ils ont l’air pris par des préoccupations mineures et il semble que leur cervelle n’accumule pas les soucis, d’où le titre de son premier recueil, Mémoires d’écureuil. Est-ce qu’elle désire, elle aussi, avoir une petite mémoire – même quand cette dernière se conjugue au pluriel – pour oublier les obstacles qui ont jalonné sa vie – guerre, exil, décès, divorce? Est-ce leur vitalité ancrée dans le moment présent sans souci du passé ni de l’avenir qui l’a séduite chez ces petits grignoteurs de noisettes? Cette femme au cœur grand comme le monde est un exemple de positivisme. Certes, des épreuves ont traversé son parcours, mais Lamia, elle, s’est opposée au découragement. Elle a pris le risque d’affronter l’imprévu et cette vie passionnante et passionnée transparaît dans chaque statut écrit. «L’amour, dit-elle, est une religion qui surpasse toutes les autres». Ce qui la pousse à avancer? Peut-être le désir de vivre le plus de choses possibles et de partager tous ces sentiments qui l’animent avec autrui. Elle est tout simplement comme ça. D’emblée ouverte et concernée par les autres. Il y a eu d’abord la Nouhad F. Ghantous Breast Cancer Foundation, organisme créé en 2000 en mémoire de Nouhad Ghantous − mère de l’auteure −, dans le but de fournir consultations médicales et traitements gratuits aux femmes démunies atteintes d’un cancer du sein, et résidant au Liban et ce, indépendamment de leur race, religion ou nationalité.
Il y a eu ensuite le groupe Libanais de Montréal-Sirop d’arabe, fondé en 2011, le plus grand rassemblement sur Facebook de Libanais à Montréal. Ce groupe est une plate-forme d’entraide, d’humour et d’amour pour vaincre la nostalgie du pays. «Montréal est notre ville adoptive. Notre sang est libanais, mais nous nous devons d’être heureux sur place!», dit-elle. C’est ainsi que, sur cette page, on trouve de bonnes adresses, des suggestions de sorties, les derniers clips sur le Web… Tout ce qui concerne un Libano-Montréalais. «C’était une utopie; je tenais à avoir un groupe apolitique, non religieux et qui n’a aucun but commercial ou agenda caché… Et c’est réussi!», ajoute-t-elle. «D’ailleurs, on me trouve louche tant c’est clean»!
Du sirop d’arabe? Certainement, un mélange de sucre et de «ater» coule dans ses veines. Même en vivant loin de son pays d’origine, elle en garde les valeurs et un énorme attachement. C’est la raison pour laquelle elle décide de lancer son ouvrage au Liban. Pourquoi Beyrouth? «Les Libanais de la diaspora sont plus attachés à leur pays que ceux qui y vivent. Nous sommes conscients du luxe de cet amour qui n’est pas mis en doute par les tracas et difficultés du quotidien au Liban. En revanche, je pense que la diaspora doit rentrer au pays pas seulement pour la famille et la tabboulé, mais aussi pour contribuer aux activités locales. J’essaie de faire ma part. Si Mémoires d’écureuil ne relancera pas l’économie locale (rires), il adoucira au moins le quotidien des miens, et cela me rend heureuse».
Même en vivant à l’étranger depuis vingt-huit ans, Lamia garde en elle ce que son pays d’origine lui a donné: l’efficacité, la chaleur humaine dans toute son intensité, les bonnes valeurs et bien sûr… l’humour. Un jour, peut-être, elle viendra s’installer de nouveau au Pays du Cèdre. D’ici là, ses statuts condensés dans Mémoires d’écureuil sont à lire et à relire.

Danièle Gerges

Bio en bref
Professionnelle des communications, 
journaliste, conférencière, ex-chroniqueuse à Radio-Canada et maintenant auteure, Lamia est libanaise de sang et de cœur, 
Québécoise de résidence, Canadienne d’esprit. Elle s’exprime avec franchise et intelligence, en quatre langues. Elle a vécu à Beyrouth, Québec, Ottawa, Toronto et Montréal, où elle réside actuellement avec sa fille. Elle a sa propre boîte de relations publiques et gère son groupe Libanais de Montréal – Sirop d’arabe. Connue pour sa plume, sa vivacité d’esprit et son humour, Lamia a récemment donné une conférence à TEDxMontrealWomen (sur 
YouTube) et apparaît très souvent dans les médias canadiens à la défense du Liban et de ses idéaux. Mémoires d’écureuil est son 
premier ouvrage paru aux éditions Noir sur Blanc. A la signature, pour chaque livre vendu, cinq dollars ont été remis à la Nouhad 
F. Ghantous Breast Cancer Foundation.

Related

«Boho Beirut: a Guide to the Middle East’s Most Sophisticated City». Un regard différent sur Beyrouth

admin@mews

Last seen de Bélinda Ibrahim. Le pouvoir du mot

admin@mews

Le Salon du livre à Antélias. «La lecture, cette jouissance ardente et rassise»

admin@mews

Laisser un commentaire