Magazine Le Mensuel

Nº 2985 du vendredi 23 janvier 2015

ACCUEIL

3 questions à Georges Jreige

Des avocats syriens ont agressé la délégation libanaise au Congrès des avocats arabes au Caire…
C’est une agression contre la parole. L’important ce n’est pas l’allocution de l’un des avocats libanais, à savoir s’il a utilisé des mots durs ou non, s’il avait raison ou non. Rien ne peut justifier la violence des avocats syriens. Ils ne peuvent pas frapper comme si l’agression était préméditée. Il y a eu une agression dans le sens propre du terme. Que la liberté à Beyrouth soit réprimée au Caire est inacceptable. Que le terrorisme soit exercé par ceux qui donnaient une conférence contre le terrorisme est un précédent dangereux.

Avez-vous pris des décisions à l’Ordre des avocats?
Nous avons discuté avec l’Ordre de Tripoli et nous avons réclamé une enquête sur cette affaire dans un délai d’un mois. Ceci est facile, l’agression ayant été filmée. La Fédération des avocats arabes n’est pas réservée aux Syriens, ni une zone affiliée au régime ou à l’opposition syrienne, mais une tribune de la pensée libre. Ce qui s’est passé n’est pas acceptable. La fédération se doit de prendre les mesures qui s’imposent, de nommer les agresseurs et de leur interdire d’exercer leurs fonctions dans les pays membres de la fédération. Je me suis entretenu avec Sameh Achour, président de cette dernière. Il n’accepte pas ce comportement inhabituel.

Au cas où la fédération ne prenait pas ces mesures, est-ce que les deux Ordres libanais suspendraient leur participation à la fédération?
Nous étudions toutes les probabilités à la lumière de l’enquête.

Arlette Kassas

Related

3 questions à Imad Bazzi

admin@mews

3 questions à Ali Ammar

admin@mews

3 questions à Boutros Assaker

admin@mews

Laisser un commentaire