Magazine Le Mensuel

Nº 2998 du vendredi 24 avril 2015

  • Accueil
  • general
  • Rainier Jreissati, président de La Libanaise des Jeux. Expansion et renouvellement continus
general

Rainier Jreissati, président de La Libanaise des Jeux. Expansion et renouvellement continus

Les jeux de loterie font rêver les citoyens qui attendent impatiemment chaque tirage du Loto pour voir s’ils sont les heureux élus de la cagnotte. Au Liban, l’opérateur de ce genre de jeux, La Libanaise des Jeux (LLDJ), souffle 12 bougies. Pour l’occasion, Magazine rencontre Rainier Jreissati, son président.
 

Quelle stratégie suit La Libanaise des Jeux et dans quel but?
LLDJ est l’opérateur exclusif des jeux de loterie au Liban. Elle a été fondée en 2001. Après avoir gagné l’adjudication, la société a relancé le Loto libanais. Débuté au Liban en 1986, ce dernier était toujours opérationnel jusqu’en 2001, mais pas convenablement exploité. La direction de LLDJ a beaucoup investi dans la modernisation de ce jeu répandu: une infrastructure moderne est mise en place, basée sur l’adoption d’un nouveau système informatisé fourni par la compagnie Editec affiliée à l’Association mondiale des loteries. Elle a également investi au niveau marketing (nouveau logo, campagnes publicitaires intensives…) et augmenté la fréquence des tirages. Une large expansion a aussi eu lieu sur tout le territoire libanais: de 250, le nombre des points de vente a atteint les 1 100 et de nouveaux lieux de vente verront le jour dans le futur proche. La Libanaise des Jeux a introduit des produits et des services susceptibles de satisfaire encore plus sa clientèle: l’accès au jeu par Internet ou par sms, l’accès aux résultats par sms, une large gamme de jeux de loterie instantanée à gratter, simples, rapides et amusants. Pour conclure, LLDJ a atteint un niveau élevé comparé aux sociétés de loterie mondiales.

Pour que tout cela fonctionne, vous avez donc mis en place toute une infrastructure, alors que le public a l’impression que cela marche un peu seul…
Contrairement à ce que les gens pensent, ce qui fait fonctionner la loterie ce sont beaucoup d’efforts sur plusieurs plans. Sur le plan humain, une centaine d’employés travaillent à LLDJ. Du côté marketing, la société investit énormément dans les campagnes publicitaires, afin de rester constamment dans tous genres de médias. Au niveau informatique, LLDJ est à la pointe de la technologie, avec un système informatique incessamment renouvelé; les terminaux disponibles dans les points de vente sont issus des dernières technologies.

Le nombre de gagnants est régulier et important. Qui profite de LLDJ à part les joueurs?
En effet, en douze ans, nous avons eu beaucoup de gagnants de toutes tranches: 25 millions de joueurs ont gagné un total de 434 millions de dollars américains. Il est sûr que nous contribuons à l’essor du cycle économique du pays. LLDJ engendre une source de revenus primordiale à l’Etat, dans la mesure où elle constitue une source de revenus importante sans taxe. La part de l’Etat est évaluée à près de 40 millions de dollars par an. Par ailleurs, la société joue un rôle important dans le maintien de plus de 1100 commerces de proximité auxquels elle constitue un apport important de rémunération – environ un total de 5 millions de dollars/an – ainsi qu’un outil d’animation à tel point que les jours de tirage sont appelés «les jours du Loto».   

Au niveau de la responsabilité sociale, quelle est votre cible?
Nous n’avons pas encore de cibles spécifiques. Nous diversifions nos efforts pour englober le plus grand nombre possible d’activités sociales, culturelles et sportives. Les besoins sont énormes; nous déployons les efforts nécessaires pour satisfaire toutes les demandes.

Dans cette situation de crise, les gens jouent-ils plus ou moins que d’habitude?
Contrairement aux préjugés, les gens jouent moins que d’habitude. Il y a un manque de liquidité même à ce niveau. Les périodes de fête constituent des pics de vente indépendamment du montant de la cagnotte. Sinon, les ventes sont directement liées au montant de celle-ci.  

Y a-t-il des «toxicos» du Loto?
Non. Le Loto s’adapte et se joue selon les envies, les habitudes et, surtout, les possibilités de chacun. On joue, seul ou à plusieurs, et on attend le résultat quelques jours en se rêvant milliardaire. On joue régulièrement ou de manière occasionnelle sans pour autant débourser des sommes importantes. Dans nos statistiques, nous comptons une mise moyenne de 4 000 livres libanaises par joueur.

Propos recueillis par Danièle Gergès

Projets à venir de LLDJ
Rainier Jreissati révèle que La Libanaise des Jeux lance prochainement un nouveau site électronique pour le jeu en ligne, une application téléphonique et de nouveaux jeux.   

Related

Alain Plisson met en scène Molière. Les classiques sont pérennes

admin@mews

Lexium. L’expertise juridique en ligne

admin@mews

Stripped de The Incompetents. De l’art engagé qui dure

admin@mews

Laisser un commentaire