Magazine Le Mensuel

Nº 3011 du vendredi 24 juillet 2015

Événement

La Suisse occidentale au cœur de la Suisse de l’Orient. 724 ans célébrés à Faraya

Le 1er août, la Suisse totalisera ses 724 ans. Célébrée plus tôt à Faraya, en raison de l’absence des membres du Club des amis de la Suisse à cette date, la fête nationale de la République fédérale de Suisse a été l’occasion, pour les deux Etats, de renouveler leur amitié en matière de coopération, d’entraide et de support diplomatique.
 

Ce n’est qu’en 1891 que le 1er août a été célébré pour la première fois. Ce 1er août, symbole d’un ralliement autour d’une identité commune partagée à l’époque par 22 cantons ayant la souveraineté et tant de facettes différentes, en dit long sur l’histoire d’un pays qui n’a cessé de tisser, d’intensifier et d’approfondir les relations avec le Liban. Organisée par l’ambassadeur de Suisse depuis 2006, François Barras, avec le Club des amis de la Suisse, la cérémonie à la fois symbolique, culturelle et gastronomique s’est déroulée en plusieurs étapes: un rassemblement suivi d’un petit-déjeuner copieux dans la demeure du président de la municipalité de Faraya, une balade à vélo dans les hauteurs, ainsi qu’une visite du barrage de Chabrouh. A quelques lieux de ce barrage historique, se tient l’auberge Le Valais (qui doit son nom au canton suisse), des mets desquels ont profité les randonneurs, au cours d’un déjeuner typiquement suisse. Dans un discours prononcé à cette occasion, l’ambassadeur François Barras a fait un bref historique de la fête nationale de la Suisse, avant d’évoquer les relations entre son pays et la République libanaise. Selon Barras, la relation libano-suisse repose principalement sur des échanges entre citoyens, dus notamment à l’émigration des Libanais vers la Suisse. D’un point de vue économique, le Liban a réussi à emprunter aux Suisses leur système bancaire, connu pour sa stabilité. A la question de savoir si le Liban aurait la possibilité de jouir d’un modèle politique empreint de neutralité, de constance et d’équilibre, l’ambassadeur répond que chaque pays bénéficie d’un système politique qui lui correspond. Le Liban, connaît, certes, des difficultés, et la Suisse ne peut qu’aider le pays du Cèdre à sortir de cette crise. «Construisez une petite barrière autour de votre jardin». Ce conseil d’un ermite suisse du XVe siècle, saint Nicolas de Flue, donné jadis au peuple suisse, fut repris lors de la cérémonie par Barras, s’adressant aux Libanais.

Natasha Metnif

Les origines d’une auberge
Originaire de Faraya, la famille Bteich a quitté le Liban il y a trente ans pour habiter la ville de Montreux en Suisse et y instaurer un restaurant libanais, histoire de faire découvrir la gastronomie libanaise au peuple suisse. Quelques années plus tard, Toni Bteich, neveu du restaurateur de Montreux, décide d’ouvrir l’auberge Le Valais à Faraya-Chabrouh, destination choisie non par hasard, les montagnes symbolisant à la fois la Suisse et le Liban.

Related

L’alliance Geagea-Aoun. Quand les internautes se déchaînent…

admin@mews

Retrait russe de Syrie. 8 et 14 mars: interprétations opposées

admin@mews

A Byblos le 9 août. Sia, la star au visage couvert

admin@mews

Laisser un commentaire