Magazine Le Mensuel

Nº 3032 du vendredi 18 décembre 2015

Indices

Indices

Budget
Le déficit se creuse

Les chiffres publiés par le ministère des Finances ont montré un creusement du déficit budgétaire de 17,4% sur les neuf premiers mois de 2015. L’expansion de ce déficit serait sous-tendue par une baisse de 8,6% des revenus du Trésor associée à une régression de 2,9% des dépenses publiques. Sans la comptabilisation du service de la dette, le déficit budgétaire se transformerait en un surplus primaire de 1 013 milliards de livres de janvier à septembre 2015 (6,8% des dépenses), un montant inférieur à celui de l’an dernier calculé sur la même période, qui avait totalisé 1 306 milliards de livres (l’équivalent de 8,5% des dépenses). Quant au service de la dette, il s’est accru de 6% sur la période couverte sur un an, passant de 4 456 milliards de livres à 4 725 milliards.

Import-export
Baisse respective de 16% et de 11%

L’activité commerciale passant via les bureaux de la douane a régressé de janvier à fin octobre 2015. Le total des importations a reculé sur un an de 16%, à 14,69 milliards de dollars, alors que le total des exportations a baissé à un rythme annuel de 11%, à 2,49 milliards de dollars. La baisse de la valeur des importations est due à plusieurs facteurs dont le recul du volume des produits importés, le recul de la valeur de l’euro et la régression du prix du pétrole. En effet, le volume des importations a surtout baissé sur la période couverte à 12,86 millions de tonnes en 2015 contre 13,29 millions de tonnes sur les dix premiers mois de 2014. Pour ce qui est du déclin des exportations, il est dû principalement à la baisse de leur volume, qui est passé de 1,96 million de tonnes de janvier à fin octobre 2014, à 1,77 million de tonnes sur la même période en 2015. Les chiffres dévoilés par les douanes du port de Beyrouth confirment que ce point de passage est considéré comme un hub, puisque 71% des importations et 43% des exportations se font via ce point d’entrée. Le port est suivi par l’Aéroport international de Beyrouth (AIB), d’où transitent 19% et des importations et 29% des exportations. Restent les points de passage de Tripoli, le port de Saïda et Masnaa, où l’activité est au ralenti, puisque leurs parts des importations sont respectivement de 5,66%, 2,44% et 0,84%.

Related

Indices

admin@mews

Indices

admin@mews

Indices

admin@mews

Laisser un commentaire