Magazine Le Mensuel

Nº 3052 du vendredi 6 mai 2016

POLITIQUE

Walid Joumblatt. Pourquoi fait-il des avances au Hezbollah?

Le rapprochement avec le Hezbollah, entamé par Walid Joumblatt dans l’émission Kalam el-nass de la LBCI, le 28 avril, en a intrigué plus d’un. Discréditant tous les partis libanais, il a fait l’éloge du Hezb. Il reconnaît qu’entre Haret Hreik et son protecteur régional, l’Iran, il ne s’agit pas seulement d’une collaboration sur les dossiers libanais, mais sur tous ceux de la région. Il a effacé de son lexique tous les qualificatifs de suivisme et de dépendance, pour les remplacer par «partenariat». Après avoir souligné que le problème des armes pouvait être résolu pacifiquement, il a créé l’ultime surprise en liant la décision de son parti à celle du Hezb dans son refus d’assurer le quorum pour l’élection présidentielle. «Je ne participerais à aucune séance parlementaire à laquelle le Hezb ne serait pas présent, car c’est un partenaire essentiel et nous tenons au respect des conventions politiques».   
Par cette prise de position, Joumblatt torpille le scénario que Saad Hariri tentait d’imposer en assurant un quorum sans le Hezbollah et le Bloc du Changement et de la Réforme pour élire Sleiman Frangié à la présidence de la République.
Ceux qui disent bien connaître Joumblatt affirment qu’il avait toujours voulu sortir d’une relation de routine ennuyeuse avec le Hezbollah pour passer à autre chose que la tergiversation entre des hauts et des bas, du positif au négatif. Il est entendu que le degré de chute avait été assez haut après l’attaque joumblattiste contre l’Iran, que le parti a qualifiée de faille dans l’accord conclu précédemment de ne pas s’en prendre à la République islamique.
Joumblatt aurait aussi compris qu’avec l’échec des négociations politiques, la Syrie était entrée dans une crise de longue durée. Le Liban étant lié à la Syrie, la crise bloquera la présidentielle pour longtemps. Joumblatt sait pertinemment que les tentatives américaines et saoudiennes pour isoler le Hezbollah pousseraient le parti à durcir ses positions et renforçaient sa volonté de ne faire aucune concession à ses alliés dans l’élection présidentielle ou sur d’autres dossiers…
Ainsi, Joumblatt serait entré dans une révision de la situation en se rapprochant du Hezbollah et de sayyed Hassan Nasrallah, afin de construire au mieux leur relation. Mais combien le Hezbollah est-il prêt à l’accepter et reste-t-il entre eux des bases de confiance?

 

Chaouki Achkouti

Related

Courant patriotique libre. La stratégie de l’ouverture

admin@mews

L’armée se déploie en force. Mesures de sécurité inédites depuis 2005

admin@mews

Syrie et présidentielle. Joumblatt rentre déçu de Paris

admin@mews

Laisser un commentaire