Magazine Le Mensuel

Nº 3069 du vendredi 2 septembre 2016

  • Accueil
  • Cinéma
  • Le retour de Ben-Hur. Et la technologie s’empare du mythe
Cinéma

Le retour de Ben-Hur. Et la technologie s’empare du mythe

Les Libanais connaissent bien ce film qui marque les écrans télévisés chaque Pâques, Ben-Hur avec Charlton Heston. Le réalisateur Timur Bekmambetov signe une reprise avec Jack Huston et Toby Kebbell.

C’est l’un des films les plus marquants de tous les temps, Ben-Hur, qui a immortalisé Charlton Heston dans l’un de ses plus inoubliables rôles, celui justement de Judah Ben-Hur qui lui a valu l’Oscar du meilleur acteur en 1960, le film ayant également obtenu l’Oscar du meilleur film et celui du meilleur réalisateur pour William Wyler. Ben-Hur le film est une adaptation du roman américain Ben-Hur: a tale of the Christ de Lewis Wallace paru en 1880. Adapté plusieurs fois au cinéma et à la télévision, voici la dernière en date, la sixième au total, signée du réalisateur Timur Bekmambetov, qui a dernièrement réalisé Abraham Lincoln: Vampire Hunter.
Ben-Hur, on le sait, retrace l’histoire épique de Judah Ben-Hur, un prince accusé à tort de trahison par Messala, son frère adoptif, officier de l’armée romaine. Déchu de son titre, séparé de sa famille et de la femme qu’il aime, Judah est réduit à l’esclavage. Après des années en mer, il revient sur sa terre natale dans le but de se venger. Il va y rencontrer son destin.
Le film n’est pas encore sorti que ceux qui ont eu la chance de le visionner y vont de leurs critiques, plutôt négatives. A tort ou à raison, quand on fait face à la reprise d’un film aussi culte que Ben-Hur, le regard qu’on pose est toujours d’autant plus sévère qu’on ne cesse de se demander à quoi sert donc une reprise, à part faire connaître de nouveaux acteurs ou faire connaître à la nouvelle génération les vestiges du passé?
Concernant les acteurs justement, le rôle de Judah Ben-Hur a été dévolu à Jack Huston, le petit-fils du célèbre réalisateur américain John Huston, qu’on connaît surtout pour son rôle de tireur d’élite défiguré dans la série à succès Boardwalk Empire. Quant à Messala, c’est Toby Kebbell qui l’incarne, après s’être fait remarquer à Hollywood pour ses multiples participations dans Alexander d’Oliver Stone, Match Point de Woody Allen, Rock’N’Rolla de Guy Ritchie, Cartel, Prince of Persia… A l’affiche de Ben-Hur également, Morgan Freeman, Rodrigo Santoro, Nazanin Boniadi, Pilou Asbaek, Ayelet Zurer…
Le test définitif restera la scène de la course de char, scène culte du Ben-Hur de 1959, qui oppose Ben-Hur à Messala. En 2016, la technologie ultra-performante pourra-t-elle égaler l’intensité de celle du passé? La scène a été tournée en 32 jours dans les studios de Cinecittà à Rome, puisque l’objectif était d’utiliser les effets infographiques le moins possible. Douze semaines d’entraînement intense ont été nécessaires pour que Jack Huston et Toby Kebbell puissent conduire un char et monter à cheval. L’effet sur écran saura-t-il convaincre les spectateurs? En tout cas, les choses ne s’annoncent pas très bien pour Ben-Hur. Conçu pour un budget de 100 millions de dollars, le film de Timur Bekmambetov n’en a rapporté que 11,4 lors de son premier week-end d’exploitation aux Etats-Unis, alors que les producteurs en espéraient au moins le double. 

Nayla Rached
 

Sortie prévue la semaine prochaine.

 

Related

Venezia Cinema à Beyrouth. Fenêtre ouverte sur l’Italie

Avec le Festival du film libanais. Un florilège d’images et d’émotions

Lincoln de Steven Spielberg. Le retour du grand maître

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.