Magazine Le Mensuel

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

Livre

Livres

Maximum Max, métamorphose sur la montagne magique
De RABIH HADDAD et TONY ABOU JAOUDE
Ed. Hachette-Antoine

En 2006, Maxime Chaaya plante le drapeau national sur l’Everest, s’inscrivant comme le premier Libanais à avoir complété le défi des sept sommets. Depuis, il s’est lancé dans une aventure différente, à portée pédagogique, auprès des jeunes, pour que le rêve devienne réalité. C’est également dans ce cadre que s’inscrit cette B.D., sur un scénario de Rabih Haddad et les dessins de Tony Abou Jaoudé, publiée en trois langues. L’album revient sur la genèse de la passion de l’aventure chez Maxime Chaaya, depuis sa participation, en 2000, au Safari sportif du Kenya, jusqu’à son ascension, en 2001, du mont Kilimandjaro.
 

 

Ville avoisinant la terre
De JORJ A. MHAYA
Ed. Denoël Graphic

 

En 2011, aux éditions Dar Onboz, sortait le premier volume d’une B.D. ovni intitulé Madina moujawira lil lard; Jorj A. Mhaya levait ses mots et ses dessins sur un univers onirique et surréel bien ancré à Beyrouth. Cinq ans plus tard, l’album intégral, avec ses deux volumes, est publié en français aux éditions Denoël Graphic. On y retrouve le protagoniste Farid Tawil, une sorte d’anti-héros, blasé et idéaliste à la fois, poursuivant ses errances dans le gris noir d’une mémoire éclatée, où chaque case, chaque souvenir, résonne encore dans l’esprit du lecteur, devenu à son tour habitant d’une ville… avoisinant la Terre.

 

Lebanon on screen
De ZAVEN KOUYOUMDJIAN
Ed. Hachette- Antoine/Alba
Inspiré de son dernier livre, Assaada Allah Masa2akom, Zaven Kouyoumdjian revient avec un nouvel ouvrage à portée plus mondiale, puisqu’il est écrit en anglais, portant à l’adresse du monde entier l’expérience de la télévision libanaise. Voilà donc Lebanon on screen, co-édité par l’Alba et Hachette-Antoine, avec le support de l’ambassade des Etats-Unis. Le livre retrace les plus grands moments de l’âge d’or de la télévision libanaise, de 1959 à 1990, et représente un premier pas dans le sens du développement de la recherche sur le monde des médias.

 

 


La déconnomie: Quand l’empire de la bêtise surpasse celui de l’argent
De JACQUES GENEREUX
Ed. Seuil
Professeur d’économie à Sciences-Po depuis plus de trois décennies, auteur d’une vingtaine d’ouvrages dans le domaine, Jacques Généreux dénonce notre système économique, qui a prouvé son inefficacité et sa criminalité, son impuissance à nous sortir de la crise nous y enfonçant encore plus. «La déconnomie est le nom de cette épidémie de bêtises», dit-il. «Pour pouvoir remobiliser l’intelligence collective des citoyens en refondant nos institutions, il faudrait tout d’abord prendre conscience que «notre bêtise est une partie du problème…».

Nayla Rached

Related

Oublier Alep, de Paola Salwan Daher. De combat et d’espoir

admin@mews

De la Louisiane au Liban. Raif Shwayri réinvente l’histoire de sa famille

admin@mews

La fée des maamouls de Jean-François Chabas. Ou comment retrouver l’émerveillement de l’enfance

admin@mews

Laisser un commentaire