Magazine Le Mensuel

Nº 3093 du vendredi 7 septembre 2018

general Start up

Synkers. Connecter élèves et enseignants

En quelques clics, l’étudiant sélectionne et réserve le cours et le professeur qui lui conviennent selon ses préférences de prix, d’heure et d’appréciations données.
 

La plate-forme digitale Synkers répond à tous genres de besoins scolaires, universitaires ou formateurs, en apportant un soutien scolaire ou de tutorat à domicile et à la demande. Son moteur de recherche est souple et rapide. «Synkers est une start-up qui a été établie en 2016 et son application est disponible sur Apple Store, Google Play et solution Web», explique Cynthia Theresa Saad, 22 ans, responsable marketing de l’entreprise. Brand ambassador de Synkers, stagiaire dans cette start-up avant d’en devenir une employée cadrée, elle poursuit sa mission avec plein d’enthousiasme. «Plus de 20000 utilisateurs et 800 tuteurs ont travaillé ensemble depuis 2016. 30000 heures de tutorat sont comptabilisées jusqu’à aujourd’hui.»

Satisfait ou remboursé
Audrey Nakad et sa petite sœur Sibylle, la vingtaine, sont les fondatrices de Synkers. L’idée a germé quand Sibylle a eu besoin d’une aide dans ses cours de finance. Une fois leurs études terminées, elles ont décidé de rentrer au Liban avec une application mobile qui faciliterait la vie des étudiants. Ce n’était pas encore commun au Liban d’utiliser ce moyen pour contacter un professeur particulier. Aujourd’hui, l’application a eu 99% de satisfaction. «D’ailleurs, les administrateurs de la start-up vérifient les diplômes des professeurs», explique Cynthia Saad.
S’il obtient plus de deux mentions mauvais, le professeur est retiré de la plate-forme, et les parents totalement remboursés. La start-up n’arrête pas d’étendre ses services selon les demandes des jeunes et plus jeunes. En partenariat désormais avec le British Council et le College Hall, Synkers collabore avec des professeurs qui préparent pour le SAT, le GMAT, IELTS et MCAT. Et comme la demande en orientation universitaire se fait de plus en plus pressante, certains tuteurs spécialisés sont disponibles en ligne pour aider les étudiants à bien choisir leurs études.

Meilleur prix en 2017
En 2016, les deux sœurs ont gagné le concours de SPEED Lebanon qui leur a assuré un programme d’Accelerator, une aide pour créer leur application mobile en trois mois, et finalement, pour trouver des investisseurs comme Phoenician Funds. Onze employés à temps complet travaillent à Synkers entre Dubaï, Beyrouth et bientôt l’Arabie saoudite. Leurs bureaux se trouvent au Beirut Digital District. «Cette application est destinée à améliorer l’éducation en général au Liban en permettant à tout le monde d’accéder à la connaissance», conclut Cynthia Saad.
A Mzaar, le stand de la start-up vend des gadgets à des prix abordables pour permettre aux étudiants qui n’en ont pas les moyens, de bénéficier des cours en ligne. En mettant sur le marché ce service éducatif, Audrey Nakad a gagné le prix du meilleur entrepreneur femme en 2017.

Micheline Abukhater

 

Related

Secteur privé. Les crédits sous-tendent la croissance

admin@mews

Rencontre poétique en émotion. Recueil inédit et posthume d’Ounsi el-Hage

admin@mews

Vente de portables au Liban. Un million et demi d’appareils par an

admin@mews

Laisser un commentaire