Le voyageur, de Hadi Ghandour. Du Liban à la Ville Lumière
Logo

Nº 3079 du vendredi 7 juillet 2017

Le voyageur, de Hadi Ghandour. Du Liban à la Ville Lumière

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Le voyageur, de Hadi Ghandour. Du Liban à la Ville Lumière
    Adnan, agent de voyage dans un petit village libanais, réalise enfin son rêve: voyager, et à Paris. Al-mousafer (sortie le 6 juillet) est le premier long-métrage de Hadi Ghandour, réalisateur...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Adnan, agent de voyage dans un petit village libanais, réalise enfin son rêve: voyager, et à Paris. Al-mousafer (sortie le 6 juillet) est le premier long-métrage de Hadi Ghandour, réalisateur d’origine libanaise installé à Paris, et lui aussi adepte des voyages... Entretien.

Le film est centré sur l’amour. Pourquoi ce sujet?
Nos plus grands conflits intérieurs sont généralement guidés par l’amour. Ou par son absence. Une émotion puissante, délicate, insaisissable à tel point qu’elle conditionne notre comportement, pour le meilleur ou pour le pire. L’amour nous perturbe, nous inspire, nous déprime, et souvent nous rend fous. Il peut nous emmener dans un chemin aussi bon que mauvais. Ce conflit intérieur m’a de tout temps fasciné. Adnan voyage peut-être pour la première fois de sa vie, mais l’histoire porte en réalité sur les voyages qu’il entreprend intérieurement.

La famille est aussi un sujet central du film...
Oui, et au Liban, c’est le pilier essentiel de notre société. Mais pouvoir maintenir une unité familiale harmonieuse est souvent un défi. Tous les personnages du film sont d’une manière ou d’une autre déconnectés de leur famille, mais n’en sont pas conscients. Ce désengagement alimente le mécontentement, et éloigne les gens les uns des autres. Ce n’est qu’en l’affrontant, qu’en étant honnête avec soi et avec les autres, qu’on peut le surmonter.

Comment avez-vous choisi vos protagonistes, Rodrigue Sleiman et Aida Sabra?
Pour Adnan, je voulais un acteur qui, non seulement, avait la sensibilité que je recherchais, mais qui parlait couramment l’arabe et le français. Après une longue année de recherche, j’ai trouvé Rodrigue Sleiman. Il a lu le scénario et a immédiatement senti une connexion avec le personnage. Je l’ai rencontré et en deux minutes, j’ai su que c’était lui. Il était un peu plus jeune que ce que j’imaginais pour Adnan, ce qui s’est révélé être finalement bénéfique, en ajoutant plus de nuances au personnage. Acteur exceptionnel et âme sensible, Rodrigue a à la fois la fragilité et la vulnérabilité du rôle.
Quant à Aida Sabra, je la connaissais depuis longtemps, et j’ai écrit le rôle d’Insaf en pensant à elle. Je suis un très grand fan de son travail, c’est une merveilleuse actrice, très drôle et versatile. Développer ce personnage a été un vrai plaisir, parce que dès le départ je pouvais voir et entendre Aida.

Parlez-nous de la genèse du film.
Quand j’ai eu l’idée du film, je me suis installé à Paris, et j’ai écrit une première version du scénario en l’espace de 3 jours. L’histoire était enfouie en moi depuis si longtemps qu’elle est sortie d’un jet. Ensuite, durant deux ans, j’ai développé le film. C’est alors que j’ai rencontré deux jeunes producteurs, Stevan Lee Mraovitch et Romain Richard, qui se sont passionnés pour l’histoire tout comme ils le sont pour l’esprit cinématographique indépendant. Financer un film «indé» est difficile. Cela nous a pris beaucoup de temps, mais nous avons pu finalement rassembler assez d’argent, et une équipe de jeunes gens talentueux et motivés. Le film a été tourné durant 5 semaines entre Paris et Beyrouth. Avec un petit budget, les difficultés sont nombreuses, mais nous avons pu les surmonter grâce à notre passion. Après des mois de post-production, la première mondiale du film a eu lieu à A-list Tallinn Black Nights Film Festival, en Estonie, et au Dubaï Film Festival pour le Moyen-Orient.

Quel public ciblez-vous? Quelle importance accordez-vous à la projection au Liban?
Je crois que tout le monde pourra se sentir concerné par un aspect du film, un personnage, les émotions ressenties, les conflits vécus. La projection au Liban m’est très importante; même si l’histoire est universelle, elle est particulièrement libanaise, et je crois qu’ils seront nombreux au pays à s’y identifier.

Vous planchez déjà sur votre deuxième long-métrage. Un aperçu?
Je suis actuellement en phase d’écriture. Sans entrer dans les détails, c’est une comédie autour de deux sœurs âgées, à Beyrouth, influencée par les classiques de Hollywood dans les années 30.

Nayla Rached

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Confiance déficitaire

Face aux immenses défis, notamment économiques, auxquels le Liban est confronté, les hommes politiques font figure de nains essayant, comme Atlas, de soulever sur leurs épaules la voûte céleste. Le temps précieux perdu en verbiage et en fanfaronnades autour de la loi électorale aurait pu être investi dans une profonde réflexion pour imaginer des idées, élaborer des plans et trouver des ressources permettant à l’économie de se redresser. Au lieu de cela, la classe politique a dilapidé, à coups de polémiques inutiles et de chamailleries stériles, une grande partie du capital-confiance du nouveau mandat, clé de voûte de tout projet d’avenir.De fausses batailles sont menées au nom de la défense du destin du Liban, qui résiderait, à en croire certains hommes politiques, dans le code-barre d’une carte magnétique. Pendant ce temps, la dette publique continue de gonfler et les capacités de l’Etat à trouver des ressources pour son financement deviennent de plus en plus aléatoires. L’ingénierie financière imaginée il y a presque un an par le gouverneur de la BDL serait à bout de souffle. C’est l’Association des banques du Liban (ABL) qui l’annonce, dans son rapport annuel. L’ABL exprime sa crainte de voir les dépôts, attirés l’année dernière par le montage de Riad Salamé, refaire le chemin inverse.Cette mise en garde illustre une inquiétude à peine voilée de la part des banques de ne pas voir affluer au Liban, en 2017 et 2018, des capitaux en quantités suffisantes pour couvrir les besoins de l’Etat libanais en financement, et du secteur privé en investissements. L’incertitude est alimentée par des facteurs régionaux, nés de la profonde division qui a frappé le Conseil de coopération du Golfe (CCG) après le bras de fer entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis d’un côté, le Qatar de l’autre. L’absence de perspectives positives concernant une remontée du prix du pétrole n’améliore pas la situation. Les émigrés, qui ont longtemps contribué généreusement aux transferts de capitaux vers la mère-patrie, sont contraints de se serrer la ceinture à cause de ces fâcheux développements. D’ailleurs, un début de mouvement de retour des familles de travailleurs libanais du Golfe, dissuadés par la cherté de vie, est enregistré.Le moins que l’on puisse dire est que la conjoncture n’est pas favorable au Liban. Il y a certes des éléments positifs, comme le redémarrage du tourisme après cinq années de recul. Cela reste toutefois insuffisant pour relancer des pans entiers de l’économie.Une meilleure gouvernance, la lutte contre la corruption, l’amorce de réformes et le début de l’exploitation des ressources en hydrocarbures auraient pu apporter, partiellement, des solutions de rechange. Mais ce ne sont pas des hommes politiques comateux ou qui jouent aux Don Quichotte qui seront capables de le faire.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Levée du secret bancaire sur 42 comptes 470 cas suspects de blanchiment d’argent ont été répertoriés en 2016, dont 77,2% ont été effectués par des parties locales et 22,8% par…

Bannière

Combien ça coûte

Les factures d’EDL et des générateurs
Au Liban, une famille habitant un appartement moyen dépense près de 840 000 L.L. par an pour s’éclairer, se chauffer et alimenter les appareils électroménagers. Comment les factures sont-elles calculées? Quels…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved