Les panneaux photovoltaïques
Logo

Nº 3080 du vendredi 4 août 2017

Les panneaux photovoltaïques

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Les panneaux photovoltaïques
    Economiser une partie des frais d’un ménage en veillant à la protection de l’environnement, tel est l’aboutissement de l’installation des panneaux solaires photovoltaïques. Le Liban produit, à ce stade, 40 mégawatts...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Economiser une partie des frais d’un ménage en veillant à la protection de l’environnement, tel est l’aboutissement de l’installation des panneaux solaires photovoltaïques.
Le Liban produit, à ce stade, 40 mégawatts (MW) d’énergie photovoltaïque. Il est prévu que d’ici la fin de l’année, la production atteigne les 60 MW, pour une consommation de 2 000 MW par an. Ces chiffres fournis par Pierre Khoury, Directeur de la LCEC (Lebanese Center for Energy Conservation), témoignent de la réussite de cette initiative.
 
Win-win situation
Avec plus de 300 jours d’ensoleillement par an, le Liban dispose d’un atout majeur qui en fait l’endroit idéal pour installer des panneaux photovoltaïques. Plus au Sud, les pays du Golfe souffrent d’une surchauffe, freinant l’efficacité et le rendement des panneaux solaires (en raison de la perte de chaleur). À la localisation géographique du Liban, s’ajoute le problème de la pénurie chronique d’électricité. Plus encore, en dépit du manque de larges espaces et du coût élevé des terrains, il demeure que les innombrables toits du pays restent mal exploités. «Produire là où l’on consomme, telle est la nouvelle tendance en Europe lancée par l’Allemagne. C’est le principe d’autoconsommation», affirme Antoine Kaldany, fondateur de Yelloblue. En outre, il y a deux ans, le prix du pétrole variait autour de 120 $ le barril. Les énormes factures énergétiques pour les industriels, les commerciaux et les institutions ont commencé à peser lourd sur leur budget. D’où l’intérêt porté aux panneaux photovoltaïques. Quels en sont les avantages?
● Un système de prêt intéressant - un système solaire au Liban peut générer de l’électricité à un coût très intéressant. En effet, la subvention, par la Banque du Liban (BDL) des prêts accordés à travers les banques commerciales constitue un facteur structurel déterminant. La faiblesse des taux (1% sur 10 ou 14 ans) et le fait que seuls les intérêts sont remboursés, durant les deux premières années, ont fortement contribué à l’essor du photovoltaïque.
● Coût relativement faible du Watt-peak ou Watt-crête (puissance électrique maximale pouvant être fournie dans des conditions standards) installé - selon la structure métallique ou de la structure de montage appliquée le prix du Watt-crête équivaut à 1,5 ou 2$.
● Le rapport kWc (kilowatt-crête)/kWh (kilowatt-heure) – 1 kWc installé produit un peu plus de 1500 kWh par an au Liban.
● Des économies annuelles en matière d’électricité - un panneau solaire permet des économies de 100 $ par an sur la facture d’électricité.
● La baisse des prix des accumulateurs – le recours à cette nouvelle technologie devient de plus en plus accessible surtout avec l’apparition des batteries lithium-ion sur le marché. Un volume minime, une longue durée de vie (qui est passée de 3 ans à 15 ans), une décharge pouvant aller jusqu’à 0% (contre 50% il y a quelques années) et des prix qui ont considérablement chuté. Il y a deux ans, le prix du kWh des batteries équivalait à 1 200$. Aujourd’hui, ce montant tourne autour de 550-600$, d’où une baisse de 50%. Les études montrent que d’ici 2019, le prix du kWh sera fixé à 250 ou 300$.

Natasha Metni

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Grille des salaires: deux lectures

Le vote par le Parlement de la grille des salaires de la fonction publique clôt un feuilleton de cinq ans, ponctué de polémiques, de tiraillements et de coups bas entre les forces politiques. En dépit des protestations de certaines catégories, qui s’estiment lésées, notamment les fonctionnaires et les militaires à la retraite, cet ajustement des salaires est, globalement, considéré comme un «exploit», car il permet de renforcer le pouvoir d’achat de 270000 familles. Cependant, des milieux économiques et financiers ne cachent pas leurs craintes des retombés négatives que pourrait avoir cette loi, qui prévoit une batterie d’impôts et de taxes. Parmi les plus mécontents figurent les banques. Celles-ci sont appelées, en effet, à supporter une partie significative du financement de cette grille, dont le coût est de 1700 milliards de livres (1200 milliards pour les fonctionnaires en service et 500 milliards pour les retraités). Les banques débourseront quelque 300 millions de dollars sur un montant total de 1,15 milliard de dollars. Ce financement proviendra d’une augmentation de 5% à 7% de la taxe sur les intérêts (supportée par les déposants), une taxation des profits des banques sur les bons du Trésor et une taxation des transactions des banques cotées en bourse, en plus d’une série d’autres mesures. Le secteur bancaire, qui déclare des profits de 2 milliards de dollars par an, se voit ainsi amputé de 300 millions de dollars, soit 15% de ses bénéfices. Toutefois, des sources économiques affirment que les profits réels des banques sont bien plus importants que ceux qui sont officiellement déclarés.Pour le secteur bancaire, ces nouvelles taxes et impôts auront un impact négatif sur les investissements et sur le coût du capital, ce qui va ralentir la croissance et, par conséquent, la création de nouveaux emplois.Un autre avis estime, toutefois, que le renforcement du pouvoir d’achat de centaines de milliers de Libanais va insuffler une bouffée d’oxygène dans l’économie, en boostant la consommation, ce qui aura pour effet de réunir les conditions nécessaires pour enclencher un cercle vertueux, qui profitera à tous les secteurs et les pans de l’économie. «Pour que ce cercle vertueux puisse voir le jour, il faut que tous les acteurs économiques jouent le jeu», prévient une source économique.Certes, le financement de la grille exigera des banques de réduire leur marge de profit et de procéder à des économies internes. Cependant, la source économique affirme que le secteur bancaire est, malgré tout, satisfait du fait que cette hausse des salaires du secteur public ne s’est pas soldée par un creusement du déficit des finances publiques. Cette source indique que les mesures, les taxes et les impôts prévus par la loi génèreront 1765 milliards de livres, soit un montant légèrement supérieur à la somme nécessaire pour financer l’ajustement des salaires.Encore faut-il que l’Etat se donne les moyens de collecter les impôts et de combattre l’évasion fiscale.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Déchets. Un incinérateur dans la capitale?
La construction d’un incinérateur dans une capitale est susceptible d’être intégré au paysage urbain sans problème écologique, à condition d’y mettre les moyens. Les installations techniques de traitement de fumée…

Combien ça coûte

Les panneaux photovoltaïques
Economiser une partie des frais d’un ménage en veillant à la protection de l’environnement, tel est l’aboutissement de l’installation des panneaux solaires photovoltaïques. Le Liban produit, à ce stade, 40…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved