La circoncision au Liban. Entre science et traditions
Logo

Nº 3080 du vendredi 4 août 2017

La circoncision au Liban. Entre science et traditions

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    La circoncision au Liban. Entre science et traditions
    Hygiène, exigence religieuse, pratique culturelle? La circoncision fait, depuis longtemps, l’objet de multiples controverses. Faut-il circoncire ou pas un nouveau-né? Magazine tente de donner une réponse à cette question. Au Liban,...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Hygiène, exigence religieuse, pratique culturelle? La circoncision fait, depuis longtemps, l’objet de multiples controverses. Faut-il circoncire ou pas un nouveau-né? Magazine tente de donner une réponse à cette question.

Au Liban, près de 93% des musulmans sont circoncis. A la question de savoir pour quelle raison les 7% restants ne le sont pas, une enquête menée par la Faculté de médecine de l’USJ précise que cette omission est due à un oubli ou à une négligence de la part de certaines familles. Bien que, chez les chrétiens, cette pratique ne constitue en aucun cas un rite religieux, il n’en demeure pas moins qu’environ 45% d'entre eux sont circoncis. Pour expliquer ces chiffres, il faut revenir vingt ans en arrière. Dans les années 80 et 90, une tendance en provenance des Etats-Unis se répand dans le monde entier: la circoncision que l’on appelle «hygiéniste» ou «médicale». D’où vient cette pratique?

Aux origines
La circoncision consiste en une ablation du prépuce chez l’individu de sexe masculin. Cette pratique existe depuis la très Haute Antiquité. Maints experts ont tenté de donner des explications à ce phénomène. Qu’est-ce qui pousserait un être humain à se débarrasser d’une partie de son corps? La réponse n’est pas évidente. D’après le Dr Roland Tomb, dermatologue et Doyen de la Faculté de médecine de l’université Saint-Joseph, l’histoire fournit quelques éclaircissements. «En Egypte pharaonique, seuls les prêtres étaient circoncis. Il s’agissait alors d’une pratique à la fois rituelle et religieuse. Dans le judaïsme, la circoncision est apparue il y a très longtemps. Elle est fixée au 8e jour de la naissance. Dans l’islam, la circoncision existe à n’importe quel âge sans pour autant être codifiée comme c’est le cas pour le judaïsme. La tendance n’est à aucun moment mentionnée dans le Coran, bien qu’elle figure dans le Hadith du Prophète», explique le médecin.
En Europe, la circoncision n’existe pratiquement pas. Sauf qu’au XVIIIe siècle, un grand problème est survenu en société: toute les maladies (paralysie, démence, etc.) sont attribuées à la pratique de la masturbation, indique le Dr Tomb. Pour y remédier et empêcher les gens de pratiquer l’onanisme, un seul remède: la circoncision. Une solution pourtant inappropriée, puisque d’une part, la masturbation n’est pas une maladie et d’autre part, la circoncision ne la «réprime» pas. Plus tard, il a été considéré que la circoncision constituait une prévention contre les infections urinaires, contre le cancer, contre le sida (dans les années 2000). Or, le pays où il y a le plus grand nombre de circoncis mais aussi le plus grand nombre de malades de sida (après l’Afrique) est les Etats-Unis.

Insatisfaction sexuelle et éthique
Des controverses sont nées autour du rapport entre circoncision et diminution du plaisir sexuel. Au XIIe siècle, un grand philosophe juif, Moïse Maïmonide, affirmait que la circoncision est utile puisqu’elle diminue le plaisir sexuel chez l’homme, alors plus enclin à se consacrer à la prière. Même si cette assertion n’est pas tout à fait correcte, le sexe masculin est susceptible de devenir moins sensible après circoncision (le prépuce contenant une muqueuse sensorielle spécifique). En milieu médical, nombre de complications peuvent survenir comme les infections, le sida, les risques d’hémorragie et de mutilation accidentelle, les rétractions à l’âge adulte, etc.
Au point de vue éthique, on considère que la circoncision est une mutilation qui n’a pas de raison d’être. Les différents motifs la justifiant ont évolué au fil du temps, sans qu’aucun ne soit réellement valable ou fondé scientifiquement. Beaucoup de pays nordiques interdisent aujourd’hui cette pratique. En mai 2012, le tribunal de grande instance de Cologne en Allemagne a déclaré la circoncision illégale, considérant qu’il s’agissait d’une atteinte à l’intégrité corporelle. Toutefois, en décembre 2012, le Bundestag a voté une loi l'autorisant pour motifs religieux, tout en l’encadrant avec le devoir de «respecter les règles de la médecine et de traiter efficacement la douleur». En Angleterre, même pour des raisons cultuelles, l’accord écrit du père et de la mère est exigé. Juridiquement permise au Liban, la circoncision se fait dans la phase néonatale, bien que les pédiatres du pays n’y sont pas forcément favorables.
En langue française, la circoncision concerne uniquement les garçons. En revanche, en anglais, on parle de circoncision masculine et de circoncision féminine (désignée en français par le terme d’«excision»). La pratique est presque la même, dans le sens où la circoncision chez les hommes consiste en une ablation du prépuce, alors que chez femmes, elle comprend plusieurs stades. Non pratiquée au Liban, on la retrouve surtout dans les pays d’Afrique subsaharienne, en Egypte et au Maghreb. Des raisons culturelles et religieuses justifient le recours à l’excision dans ces nations.

Natasha Metni

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Grille des salaires: deux lectures

Le vote par le Parlement de la grille des salaires de la fonction publique clôt un feuilleton de cinq ans, ponctué de polémiques, de tiraillements et de coups bas entre les forces politiques. En dépit des protestations de certaines catégories, qui s’estiment lésées, notamment les fonctionnaires et les militaires à la retraite, cet ajustement des salaires est, globalement, considéré comme un «exploit», car il permet de renforcer le pouvoir d’achat de 270000 familles. Cependant, des milieux économiques et financiers ne cachent pas leurs craintes des retombés négatives que pourrait avoir cette loi, qui prévoit une batterie d’impôts et de taxes. Parmi les plus mécontents figurent les banques. Celles-ci sont appelées, en effet, à supporter une partie significative du financement de cette grille, dont le coût est de 1700 milliards de livres (1200 milliards pour les fonctionnaires en service et 500 milliards pour les retraités). Les banques débourseront quelque 300 millions de dollars sur un montant total de 1,15 milliard de dollars. Ce financement proviendra d’une augmentation de 5% à 7% de la taxe sur les intérêts (supportée par les déposants), une taxation des profits des banques sur les bons du Trésor et une taxation des transactions des banques cotées en bourse, en plus d’une série d’autres mesures. Le secteur bancaire, qui déclare des profits de 2 milliards de dollars par an, se voit ainsi amputé de 300 millions de dollars, soit 15% de ses bénéfices. Toutefois, des sources économiques affirment que les profits réels des banques sont bien plus importants que ceux qui sont officiellement déclarés.Pour le secteur bancaire, ces nouvelles taxes et impôts auront un impact négatif sur les investissements et sur le coût du capital, ce qui va ralentir la croissance et, par conséquent, la création de nouveaux emplois.Un autre avis estime, toutefois, que le renforcement du pouvoir d’achat de centaines de milliers de Libanais va insuffler une bouffée d’oxygène dans l’économie, en boostant la consommation, ce qui aura pour effet de réunir les conditions nécessaires pour enclencher un cercle vertueux, qui profitera à tous les secteurs et les pans de l’économie. «Pour que ce cercle vertueux puisse voir le jour, il faut que tous les acteurs économiques jouent le jeu», prévient une source économique.Certes, le financement de la grille exigera des banques de réduire leur marge de profit et de procéder à des économies internes. Cependant, la source économique affirme que le secteur bancaire est, malgré tout, satisfait du fait que cette hausse des salaires du secteur public ne s’est pas soldée par un creusement du déficit des finances publiques. Cette source indique que les mesures, les taxes et les impôts prévus par la loi génèreront 1765 milliards de livres, soit un montant légèrement supérieur à la somme nécessaire pour financer l’ajustement des salaires.Encore faut-il que l’Etat se donne les moyens de collecter les impôts et de combattre l’évasion fiscale.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Déchets. Un incinérateur dans la capitale?
La construction d’un incinérateur dans une capitale est susceptible d’être intégré au paysage urbain sans problème écologique, à condition d’y mettre les moyens. Les installations techniques de traitement de fumée…

Combien ça coûte

Les panneaux photovoltaïques
Economiser une partie des frais d’un ménage en veillant à la protection de l’environnement, tel est l’aboutissement de l’installation des panneaux solaires photovoltaïques. Le Liban produit, à ce stade, 40…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved