Magazine Le Mensuel

Nº 2848 du vendredi 8 juin 2012

Festival

La 12e édition de la Fête de la Musique. Sous le signe de la diversité

Le 21 juin arrive. Et avec lui autant d’effluves musicaux. Plutôt des vibrations puissantes qui résonneront à Beyrouth en célébration de la fête de la Musique.

Le 21 juin. Et la promesse d’une longue soirée à Beyrouth. Battant au rythme de la musique. D’année en année, cette date acquiert les contours d’une fête nationale pour nous tous, mélomanes libanais. Le 21 juin, c’est la Fête de la musique. Ce qui avait commencé au milieu des années 90 comme une petite célébration dans les remparts du Centre culturel français puis au Stade de Chayla, avant de s’étendre en 2001 au centre-ville, est rapidement devenu une tradition, un rituel national, dont les origines restent et resteront toujours liées à la France, quand en 1982, l’ancien ministre de la Culture Jack Lang a créé la Fête de la musique, qui est considérée aujourd’hui comme le plus grand événement musical populaire et gratuit. «Faites de la musique»; la fièvre de ce slogan s’est vite étendue de l’Hexagone à d’autres pays du globe. Actuellement, plus de 110 pays et 430 villes accueillent leur Fête de la musique. Parmi eux, le Liban.
2012. Rendez-vous dans les rues de Beyrouth pour la 12e édition de la Fête de la musique. Neuf scènes et plus de 60 groupes locaux et internationaux vous attendent. Aux étapes habituelles du parcours du mélomane se sont ajoutés cette année deux nouveaux arrêts: Zaitunay Bay et le Front de mer (Beirut Waterfront). C’est ce qu’ont précisé les organisateurs et collaborateurs de la Fête de la musique, lors de la conférence de presse qui a eu lieu le mercredi 30 mai, dans l’un des cafés de Zaitunay Bay. Etaient présents le nouvel ambassadeur de France, Patrice Paoli, le P.-D.G. de Solidere, Mounir Doueidy, Michel de Chadarévian, représentant le ministre de la Culture, ainsi que l’ambassadeur de Roumanie, Daniel Tãnase.
«C’est un grand moment de célébration de retrouvailles, déclare l’ambassadeur de France, en arabe. Je suis content d’être ici», ajoute-t-il, avant de placer cette édition de la fête de la Musique sous le signe de la diversité. «Diversité des scènes et des espaces de concert, diversité d’une programmation variée et riche en découvertes et en surprises, diversité géographique, puisque la fête de la musique sera également célébrée en dehors de Beyrouth, dans la Békaa, à Jounié, à Tripoli, à Saïda».
Rock, hip hop, rap, folk, funk, pop, électro, flamenco, blues, musique classique… groupes et artistes libanais et étrangers, «cette année, la Fête de la musique à Beyrouth accueillera à nouveau une programmation internationale forte, avec le groupe électro-rock français Les fils du Calvaire, le D.J. français DOP et le D.J. roumain André Rizo». Côté libanais, le 21 juin sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir les artistes de la scène locale, puisque, comme le précise l’ambassadeur de France, «la fête de la Musique est un tremplin pour de jeunes groupes libanais».
Le 21 juin, «la musique (sera) et le concert nulle part», au cœur des déambulations nocturnes à Beyrouth. La fête commence dès 18h dans les Eglises et à 20h sur les scènes en plein air, pour se poursuivre jusqu’à l’aube.

Nayla Rached
 

www.institutfrancais-liban.com

Programmation
Thermes Romains: Marc Nader (folk), Dida’s (acoustique), Les Artistes (folk), Les Fils du Calvaire (électro-rock), Segundo Bloco (samba, percussions brésiliennes), Poly (pop), The Passive Standouts (rock).
Souks de Beyrouth – Plateforme: Chorale Tania Kassis, Nachaz (rock, blues libanais), Silverage (pop, rock alternatif), Lifeline (rock), Beirut Blues Brothers (blues, rock), Soul Sister (soul, funk), Butterfly (rock), The Locals (rock, blues, funk), The Fan Dolls (rock).
Jardin Samir Kassir: IQEWS (rock alternative), Point of view & Bob Arja (rap), 7ta2at (rap), What’s your story? (pop, rock, blues), Mihr (folk arménien), Srai (rock), Jammit the band (reggae), Bandage (pop/rock), Wata el lounge (trip-rock, dub).
Place des Martyrs: Gabriel Abdel Nour (pop arabe et classique), The Coolcumbers (rock alternative), Lazzy Lung (rock indépendant), Anixa (rock), Epic (rock), The Rakans (pop électro), DJ André Rizzo (électro).
Zaitunay Bay: Adel Harb (flamenco guitare), Rojo del Libano (flamenco), Bruno Tabbal (rock/pop), Beirut Vocal Point (a capella), Band Audi (rock, rhythm & blues), Blue band LB (blues, rock, reggae), Aziza (fusion orientale), Maher Salamé (électro orientale/house).
Souks de Beyrouth – Place Ajami: Elie Sawaya (variétés), Tina Fish (slam), Nour Yammouni (pop), Blue Yeast (blues, jazz), The Missing Pixels (folk), Snowslash (rock), Ashekman (rap), Zeinedin (rap), Banely (rap).
Eglise St. Louis des Capucins: Chorale du collège protestant, Pastorale de l’USJ
Eglise Evangélique: musique de chambre et chant classique proposés par l’école de musique Ghassan Yammine.
Front de mer: (à partir de 21h) Ali Ahmad, Ryan K, Tavarish, Trix, The Middle Beast, Jade, DOP, Elicit & Snatch, Subdog, VJ Mosig & TM.

 

Related

Liban Jazz invite Piers Faccini. «Du folk éclectique de partout et nulle part»

admin@mews

[Copy of] The Voice emballe la nouvelle génération

admin@mews

Festival international de Baalbeck. La majesté d’un temple et d’un programme

admin@mews

Laisser un commentaire