Magazine Le Mensuel

Nº 2852 du vendredi 6 juillet 2012

Confidences Liban

Confidences Liban

Baabda-Rabié: messages positifs
Echange de messages positifs entre Rabié et Baabda pendant les deux rounds du dialogue. L’atmosphère entre le président Michel Sleiman et le général Michel Aoun était parfaite et dénuée de toute tension, laissant présager de l’ouverture d’une nouvelle page dans les relations entre les deux hommes, assurent des sources ministérielles, d’autant que le chef du CPL a appuyé la vision du chef de l’Etat au sujet de la stratégie de défense, vision qui sera exposée dans le cadre du troisième round. Cette ambiance d’aimable courtoisie va sans doute, comme l’estiment les observateurs, se répercuter sur le dossier des nominations administratives et réactiver la productivité du gouvernement. Un tête-à-tête entre les deux généraux avant la troisième séance du dialogue n’est pas exclu. Le président Sleiman, selon les visiteurs de Baabda, n’a aucun problème d’ordre personnel avec le général Aoun et la normalisation des relations semble augurer du meilleur.

 

 

Argent public et élections
Les différends, qui opposent les membres du gouvernement sur le projet de loi concernant les avances au Trésor, portent en fait sur la répartition des fonds sur les ministères de services, certains ministres ayant l’intention d’exploiter à leur avantage les crédits qui leur seraient accordés dans la prochaine bataille des législatives. L’accroissement des dépenses prévues, en attendant l’adoption du projet, reflète bien cette tendance. L’opposition réclame, pour sa part, la réduction de moitié des chiffres du projet pour les limiter au strict nécessaire, à savoir les salaires et les engagements. «Nous ne sommes pas contre les dépenses, explique un député de l’opposition, mais contre le gaspillage et la dilapidation des fonds qui se font sous couvert de réformes».

 

 

Aoun se fâche de ses alliés
Le général Michel Aoun a transmis des messages de désapprobation sévères à certains de ses alliés au sein du gouvernement, après le blocage des routes pour protester contre le rationnement du courant ou pour soutenir les journaliers de l’EDL (Electricité du Liban). Le chef du Bloc du Changement et de la Réforme considère que ces incidents constituent autant de messages qui lui sont adressés, comme au ministre Gebran Bassil, et refuse d’être traité de la sorte par les alliés. D’autant plus que Bassil avait bien exposé au président Berry son plan pour l’électricité ainsi que sa position sur le dossier gazier. Les deux responsables avaient également convenu, de concert, que les journaliers devaient être soumis à un examen qui déciderait de leur sort. Le ministre Bassil est étonné de la façon dont les alliés se sont retournés contre cet accord en faisant adopter, via les commissions parlementaires mixtes, l’encadrement de tous les journaliers dont le nombre dépasse les 2500. 80% d’entre eux sont musulmans, contre 20% de chrétiens.

 

 

 

Nouveau cabinet en septembre?
Insatisfaction affichée du chef de l’Assemblée Nabih Berry quant à la conduite du gouvernement du président Najib Mikati. Nabih Berry, vexé que ses desiderata soient ignorés par le Premier ministre, notamment au sujet des nominations administratives, en a parlé ouvertement avec ce dernier, réclamant l’accélération de l’examen de ces dossiers. Par ailleurs, des sources politiques informées révèlent l’existence de contacts entre le tandem chiite d’une part, et des leaders de l’opposition et du Moustaqbal de l’autre, pour consolider la scène locale contre toute fitna, examiner la possibilité de former un nouveau cabinet neutre ou dont l’identité et la nature seraient ultérieurement définies et superviser les prochaines législatives. Date prévue du changement: le mois de septembre.

 

 

 

Geagea commente le dialogue
Le Dr Samir Geagea invite à l’introduction de deux modifications au concept de la table du dialogue:
-La première porte sur la forme: le dialogue devrait être limité au Moustaqbal, Hezbollah, Amal, les Forces libanaises (FL), le Courant patriotique libre(CPL) et le Parti socialiste progressiste (PSP). Les débats auraient lieu en toute objectivité loin du tapage médiatique. Le dialogue ne peut pas fonctionner autour d’une table de vingt personnes avec un ordre du jour établi il y a sept ans.
-La deuxième concerne le contenu: il ne faut pas débattre la question des armes du Hezbollah à cette étape. Le Hezb n’est pas prêt à en discuter et l’heure du règlement de ce dossier n’a pas encore sonné. Il existe des sujets prioritaires. Le chef des FL signe et persiste à dire que le dialogue, en ce moment, est une perte de temps. «Que le cabinet se réunisse, ajoute-t-il, et travaille sérieusement, nous serons les premiers à l’applaudir».

 

 

 

 

Accord sur les camps
Un nouveau mécanisme de coordination a été mis au point entre le mouvement Fateh, le général Jean Kahwagi, commandant en chef de l’Armée libanaise, et le général Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale. Il s’agit d’implanter des solutions concertées et communes pour faciliter le déplacement des Palestiniens du et vers le camp de Nahr el-Bared, et des autres camps. L’armée a fixé au 15 juillet la date officielle de l’annulation du système d’octroi de permis établi depuis 2007. L’accord prévoit l’interdiction de houspiller les officiers et soldats de l’Armée libanaise aux barrages installés à l’entrée des camps et d’importuner les réfugiés palestiniens dans leur vie quotidienne. Il a également été convenu d’œuvrer au rétablissement de la confiance mutuelle entre les deux parties. Les organisations palestiniennes ont été informées que les mesures prises par la troupe à l’extérieur des camps visent à les protéger contre d’éventuels trafics d’explosifs ou infiltrations de terroristes qui cherchent à semer le chaos. Des mesures d’ordre social et humanitaire relatives aux réfugiés sont à l’étude, tout comme la réactivation de la commission ministérielle du dialogue libano-palestinien et la nomination à sa tête d’un nouveau président.

 

 

 

 

Elections chez les druzes
La communauté druze est appelée, cette année encore, à élire son nouveau Conseil sur fond de divergences. Le député Walid Joumblatt tente d’introduire de nouvelles fractions druzes au sein du Conseil, mais refuse que l’on touche au cheikh akl. L’émir Talal Arslan, pour sa part, réclame la démission du cheikh Naïm Hassan pour que le cheikh Nassereddine el-Gharib achève le mandat en cours, dans le cadre d’une entente, ou alors l’élection consensuelle d’un nouveau cheikh akl en écartant les deux précédents.
Le chef du parti du Tawhid, Wiam Wahhab, et l’ex-député Fayçal Daoud prônent la conclusion d’un règlement global, auquel participeraient toutes les parties concernées, incluant le Conseil communautaire, les waqfs et le cheikh akl. Ainsi tout le monde sera représenté. Ils mènent bataille, disent-ils, «contre le monopole de la décision, et aspirent au maintien des institutions communautaires à l’écart des tiraillements politiques».

 

 

Dualité militaire
L’exposé du député Mohammad Raad sur la vision de la stratégie de défense du Hezbollah a interpellé les observateurs. Dans sa réponse à l’ex-Premier ministre Fouad Siniora, qui a insisté sur le fait que l’Etat devait être le seul détenteur d’armes, Raad a préconisé la reconnaissance de deux entités militaires distinctes et complémentaires: l’armée et la Résistance. C’est la première fois que le Hezbollah prône clairement cette dualité au sein de l’Etat, alors que par le passé, il opérait sous le label: «L’armée, le peuple et la Résistance».

Related

Confidences Liban

admin@mews

Confidences Liban

admin@mews

Confidences Liban

admin@mews

Laisser un commentaire