Magazine Le Mensuel

Nº 2860 du vendredi 31 août 2012

Talent

Hoods for Heritage. Porsche au service du patrimoine libanais

Si un capot de Porsche 911 devenait une œuvre d’art? C’est l’initiative lancée par le Centre Porsche Liban et la Fondation nationale du patrimoine. Hoods for Heritage se met au service du pays.

PArtS, Porsche Arts for Society. Telle est l’initiative lancée par le Centre Porsche Liban, dans le cadre de son programme de la responsabilité sociale des Entreprises (Corporate Social Responsability Programm). Une initiative qui compte comporter plusieurs projets, dont le premier, Hoods for Heritage, a vu le jour. L’idée est originale, alléchante et intrigante. Imaginez un capot de Porsche 911. Imaginez qu’il devienne le champ d’expression artistique d’un artiste local de renom. L’imaginaire déborde, gonfle. Et s’il s’agit de seize artistes qui manipulent à leur guise et selon leurs domaines respectifs chacun son capot Porsche 911!
Le Centre Porsche Liban a tellement bien mesuré l’impact de cette idée que la curiosité est piquée à vif de voir le résultat. Interrogé par Magazine, Assaad Raphaël, le président du Centre Porsche Liban, affirme: «Nous voulions dans le cadre de cette initiative organiser quelque chose de vraiment spécial et qui n’a pas été fait auparavant». Mais cette PArtS remonte encore plus loin: «C’est une initiative lancée avec la conviction que donner à la société est un devoir de chaque citoyen; cette initiative constitue une fusion entre l’art et l’industrie au service de la population».
Mais encore a-t-il fallu choisir les artistes. Assaad Raphaël mentionne l’enthousiasme débordant des artistes contactés, qui tous ont voulu prendre part à cette initiative, à tel point que le nombre des artistes participants a dû être revu à la hausse. Au final, ils sont 16 artistes issus de domaines différents à avoir reçu chacun un capot de Porsche 911. Ayman Baalbaki, Christian Carl Catafago, Raëd Abillamah, Karim Chaya, Karen Chekerdjian, Zeina el-Khalil, Nada Debs, Gregory Gatserelia, Youssef Haïdar, Joe Kesrouani, Bernard Khoury, Roger Moukarzel, Nabil Nahas, Mohammad el-Rawas, Hannibal Srouji, Hady Sy; leur renommée n’est plus à faire et elle renforce davantage l’acuité du projet, puisque ces 16 capots, devenus œuvres artistiques, seront vendus aux enchères au profit de la Fondation nationale du patrimoine.
«Notre mission est très claire, ajoute Assaad Raphaël, récompenser nos efforts en visant à financer et répondre aux besoins des fondations libanaises». Mais pourquoi justement avoir choisi la Fondation nationale du patrimoine? Eh bien, selon Raphaël, c’est parce que tout d’abord, elle s’associe très bien avec le projet Hoods for Heritage en raison de l’héritage de la Porsche 911, son histoire, ses courses… Mais au-delà de ce lien, le président du Centre Porsche Liban souligne que cette fondation, contrairement à d’autres, n’est pas actuellement sous les projecteurs, alors qu’elle regroupe beaucoup de philanthropes qui désirent donner à la société, alors qu’elle souffre d’un manque de fonds. D’autant plus, qu’en l’absence d’initiative publique dans le domaine de la protection du patrimoine, il faut encourager les initiatives privées. Et il relève notamment le travail effectué par la Fondation nationale du patrimoine en faveur de la réhabilitation du Musée national de Beyrouth. Pour sa part, Mouna Hraoui, présidente de la Fondation nationale du patrimoine, déclare: «L’effort collectif derrière cet événement constitue un témoignage de notre amour pour le Liban. Nous exprimons notre profonde gratitude à toutes les personnes qui nous ont soutenus en donnant de leur temps, et en échangeant leurs compétences et connaissances».
Hoods for Heritage, premier projet dans le cadre de l’initiative PArtS. Le Centre Porsche Liban a-t-il déjà prévu un deuxième projet? «Nous avons tellement élevé les standards pour ce projet, qu’actuellement l’idée d’un deuxième n’est pas encore claire. Mais cela va se faire, nous espérons que l’initiative se poursuivra».
Les œuvres d’art de Hoods for Heritage sont exposées au grand public, avant leur vente, à la Villa Audi, Avenue Charles Malek, à Achrafié, jusqu’au 4 septembre. Nayla Rached

Fondation nationale du patrimoine
Créée en 1996, la Fondation nationale du patrimoine est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s’engage en faveur de la sauvegarde du patrimoine libanais. Depuis sa création, la fondation a sauvé et réhabilité de nombreux sites d’importances historique et nationale, tel le Musée national de Beyrouth.

 

Related

Sami Fouad Trad. «Une vie» tout en poésies

admin@mews

A New York. Une école de bébés D.J.ouvre ses portes

admin@mews

Le RDCL célèbre les Libanais dans le monde. Succès et facteur de réussite

admin@mews

Laisser un commentaire