Magazine Le Mensuel

Nº 2860 du vendredi 31 août 2012

  • Accueil
  • Médecine
  • Les progrès thérapeutiques des cellules souches. Rêve ou réalité prochaine?
Médecine

Les progrès thérapeutiques des cellules souches. Rêve ou réalité prochaine?

Les cellules souches sont des cellules capables de se reproduire et de créer des cellules spécialisées. Prélevées sur un individu adulte ou sur un embryon, elles présentent un potentiel thérapeutique énorme, notamment pour le traitement de maladies incurables. L’association libanaise Myth O Chondria, créée récemment, a pour objectif de partager les connaissances et les expériences médicales relatives aux cellules souches.

Le président de l’association Myth O Chondria, le Pr Antoine Nachanakian, neurochirurgien, explique que le but de l’association est de partager avec le public et le corps médical les connaissances et les recherches médicales et scientifiques relatives aux cellules souches. Les membres de l’association pourront ainsi profiter des dernières découvertes médicales ainsi que des dernières études et recherches menées dans le but de parvenir à des thérapies révolutionnaires et des avancées majeures dans le monde de la médecine. L’association vise à publier tous les documents et les données relatives aux cellules souches et contribuer au développement de ces innovations médicales. Des conférences données par des experts libanais et étrangers et plusieurs activités sociales  et culturelles seront régulièrement organisées pour informer sur les nouveautés et permettre une meilleure connaissance des limites et des restrictions juridiques ou éthiques relatives à ces nouvelles thérapies. «Nous ne voulons, en aucun cas, confronter les conceptions religieuses ou éthiques. Notre objectif est de collaborer avec toutes les instances gouvernementales ou médicales et de coordonner nos activités avec les différents comités scientifiques, éducatifs, culturels ou médicaux pour réaliser les buts de l’association qui constitue une première au Liban», précise le Pr Nachanakian.
Le Dr Assaad Habib, secrétaire de l’association et orthopédiste, note pour sa part que l’objectif premier est de savoir ce qu’on peut faire et ce que l’on ne peut pas faire avec les cellules souches. Ces dernières sont issues soit de l’embryon, soit du fœtus, soit de tissus adultes. Elles peuvent aussi être obtenues par transfert de noyau. Il existe, selon lui, plusieurs types de cellules souches. Des cellules souches multipotentes capables de donner naissance à plusieurs types cellulaires, des cellules souches pluripotentes capables de donner naissance à plus de 200 types cellulaires représentatifs de tous les tissus de l’organisme et les cellules totipotentes issues des premières divisions de l’œuf fécondé et capables de donner naissance à tous les types de cellules de l’organisme et les seules à permettre le développement complet d’un individu. L’origine des cellules souches utilisées dans la recherche pose d’ailleurs des problèmes d’éthique. Elles proviennent majoritairement d’embryons, bien qu’on ait récemment découvert la possibilité d’utiliser d’autres sources, comme les cellules du sang du cordon ombilical, ou les cellules souches du tissu adipeux. Lorsqu’elles permettent la recherche sur les cellules souches, les normes juridiques limitent celle-ci aux cellules provenant des embryons surnuméraires, issus des procédures de procréation médicalement assistée, prohibant en particulier la seule création d’embryons à des fins de recherche. L’association respectera les règlements et les lois de bioéthique et ses recherches seraient encadrées pour éviter toute marchandise du corps humain. Nada Jureidini
www. mythochondria.org

Trois questions au Pr Nachanakian et au Dr Habib
 

Qu’est-ce qui vous a motivés à créer l’association Myth O Chondria?
L’association a été créée pour sensibiliser le public et les médecins aux cellules souches qui représentent un formidable espoir face à des maladies aujourd’hui incurables. Les cellules souches sont un domaine très sensible. Dans plusieurs pays, la recherche sur les cellules souches a connu des limites et a posé des problèmes d’éthique. En tant que médecins, il est important d’informer le public sur ce qu’on peut faire et ce que l’on ne peut pas faire avec ces cellules souches qui constituent les thérapies de l’avenir ou la médecine du futur. La franchise, l’honnêteté et la connaissance des limites posées sont nos priorités.

Quelles sont les perspectives thérapeutiques des cellules souches?
Les cellules souches ont ouvert des perspectives thérapeutiques immenses en raison de deux de leurs caractéristiques. Puisqu’elles possèdent le pouvoir de donner n’importe quel type cellulaire, elles pourraient servir à remplacer des cellules mortes ou défectueuses et régénérer ainsi un tissu humain: muscle cardiaque après un infarctus, rétine atteinte par une dégénérescence, moelle épinière lésée, pancréas d’un diabétique ne secrétant pas d’insuline, repousse d’un os sectionné… Mais les travaux scientifiques n’en sont encore qu’à l’état expérimental. L’autre caractéristique est celle de constituer une source inépuisable : à chacune de ses divisions, une cellule souche donne une cellule fille et une autre cellule souche qui à son tour va se diviser de la même manière.

Quels sont les aspects pathologiques?
Les cellules souches ont été récemment mises en cause dans l’origine de cancers. Elles seraient les seules à avoir la possibilité de muter de manière à devenir des cellules cancéreuses, en raison du temps nécessaire à ces mutations – plusieurs années – alors que les cellules différenciées ont une espérance de vie de quelques semaines seulement. Elles seraient aussi responsables des récidives de cancers. Il faut préciser que dans le cas de cancers, une cellule indifférenciée est une cellule qui a perdu son caractère différencié, principalement par le dérèglement du programme génétique spécifique qu’elle avait acquis. Ainsi, une cellule nerveuse cancéreuse, par exemple, ne possède plus les caractères d’une cellule gliale. Ce phénomène s’accompagne d’une multiplication anarchique car les cellules concernées ne répondent plus aux signaux régulateurs. Il y a alors perte par exemple de l’inhibition de croissance par contact, un processus stoppant la prolifération d’une cellule lorsque celle-ci établit un contact avec une autre cellule. Les cellules souches sont extrêmement sensibles aux substances toxiques durant le développement et peuvent notamment être dégradées par divers polluants. Propos recueillis par N.J.

Vers de nouvelles thérapies
La recherche sur les cellules souches adultes a soulevé beaucoup d’enthousiasme. Les scientifiques se sont demandé si ces cellules pouvaient servir à la transplantation. Si la différenciation des cellules souches adultes peut être contrôlée en laboratoire, ces cellules peuvent devenir la base des thérapies pour un grand nombre de maladies graves  fréquentes. Un des objectifs des scientifiques est d’arriver donc à contrôler la différenciation cellulaire. Ils pourraient alors créer n’importe quel organe ou tissu du corps à partir d’une seule cellule souche. Les chercheurs tentent actuellement d’inciter les cellules souches adultes, notamment celles de la peau, à se transformer en d’autres types de tissus, comme des tissus nerveux ou musculaires. Certaines maladies ont déjà été ciblées. Les cellules souches sanguines adultes ont par exemple été utilisées afin de traiter des cancers hématologiques. On utilise également depuis plusieurs années des cellules souches adultes provenant de la moelle osseuse pour les transplantations.

 


 

La caféine
Efficace contre le Parkinson

Les boissons à la caféine comme le café, le thé, les boissons à base de coca ou les boissons chocolatées offrent une certaine protection contre la maladie de Parkinson. Mais pour diminuer son risque, il faudrait prendre plus de quatre tasses par jour. Pour prévenir cette maladie, il faut aussi pratiquer régulièrement de l’exercice physique qui améliore votre mobilité et votre équilibre et contribue à augmenter l’ampleur de vos mouvements ainsi que votre vigueur.

 

L’alimentation riche en gras
Liée à la dépression

Un régime riche en gras et en sucre favorise la dépression. Une telle alimentation produit instantanément dans le cerveau une sécrétion de dopamine, hormone de la récompense, mais l’effet euphorique se dissout rapidement, favorisant donc l’état dépressif. En plus de causer l’obésité, les aliments riches en gras et en sucre peuvent vraiment entraîner des réactions chimiques au cerveau, d’une manière qui s’apparente à celle des drogues illicites. Cela conduit ultimement à la dépression, à mesure que les effets s’atténuent. Une étude effectuée sur des souris démontre clairement que celles ayant eu un régime riche en gras et en sucre étaient non seulement obèses, mais aussi déprimées et stressées.

 

 

 

L’orientation sexuelle
Dans les yeux

Des chercheurs américains ont montré que nos pupilles se dilatent à la vue de personnes nous attirant sexuellement et dévoilent ainsi notre orientation sexuelle. Pour y parvenir, ils ont soumis les volontaires des deux sexes à des vidéos érotiques et ont mesuré la dilatation de leurs pupilles, grâce à des lentilles infrarouges. Ainsi, les hétérosexuels masculins ont réagi à la vue des femmes, tandis que les homosexuels ont réagi à la vue des hommes. Pour leur part, les femmes homosexuelles ont réagi à la vue des femmes et les hommes bisexuels étaient attirés par les deux sexes. Cette technologie permet d’explorer l’orientation sexuelle de personnes issues de cultures traditionnelles et qui donc n’auraient jamais participé à une étude sur l’excitation génitale.

 

Les femelles
Vivent plus longtemps

Pourquoi les femelles vivent-elles plus longtemps que les mâles de la même espèce? L’explication résiderait dans les mutations de l’ADN mitochondrial qui affecteraient uniquement les mâles. De nombreuses mutations génétiques auraient une influence très forte sur le vieillissement des mâles et pas du tout chez les femelles. L’étude a été réalisée sur des mouches, mais donnerait également des indices sur la longévité humaine. Une cause génétique expliquerait donc la longévité des femmes.

 

Un spray cellulaire
Pour mieux cicatriser

Une thérapie en spray contenant des cellules de peau pourrait aider la peau à mieux cicatriser. Un traitement prometteur pour des atteintes cutanées encore délicates à soigner. L’efficacité du spray a été testée auprès de sujets atteints d’ulcères veineux chroniques pendant trois mois. L’insuffisance veineuse est une cause majeure de la maladie. Une partie du traitement consiste à relancer la circulation sanguine à l’aide de bandes ou de bas de compression. L’autre partie est de favoriser la cicatrisation de la peau, ce que vise justement le spray cellulaire.

 

 

 

 

 

 

L’épilation pubienne
Favorise les infections

L’épilation de la zone pubienne favoriserait les maladies sexuellement transmissibles et les infections. Toute forme d’épilation de la zone pubienne serait risquée, notamment chez les jeunes filles. L’épilation pubienne irrite et déclenche une inflammation des follicules pileux, laissant des plaies microscopiques ouvertes. Des infections comme l’herpès, les cystites et les mycoses seraient également favorisées par l’épilation du maillot. De plus, les poils servent normalement de barrière naturelle pour protéger les muqueuses génitales de certains micro-organismes. Sans eux, les parties génitales sont donc plus vulnérables aux MST. NADA JUREIDINI

 

Related

Medecine

admin@mews

Hôtel-Dieu de France. Enquête sur les infections nosocomiales

admin@mews

Les recommandations de la FAO. Vous reprendrez bien un peu d’insectes?

admin@mews

Laisser un commentaire