Magazine Le Mensuel

Nº 2862 du vendredi 14 septembre 2012

general

Les Red Hot Chili Peppers au Liban. Du rock délirant

On en a parlé durant tout l’été. Les Red Hot Chili Peppers allaient venir au Liban. Et les voilà qui offrent au public libanais un concert déjanté, comme seuls quelques groupes peuvent le faire.

Ce jeudi 6 septembre, le Beirut Waterfront est bondé de fans venus par centaines acclamer les Red Hot Chili Peppers. Ce n’est pas tous les jours qu’un groupe de cette envergure internationale inclut le Liban dans sa tournée. Mais grâce aux efforts de Buzz Production et du Festival de Byblos, les Red Hot Chili Peppers ont fait escale à Beyrouth. Le temps de chauffer la salle et la scène, le jeune groupe libanais Pindoll présente la première partie du concert, après le désistement du groupe Mashrou3 Leila.
Et finalement ils sont là, sur la scène, les quatre membres du groupe: le bassiste Michael Balzary, alias Flea, l’épicentre du groupe, le chanteur Anthony Kiedis, le batteur Chad Smith et le jeune guitariste Josh Klinghoffer, qui lui était assis ayant la jambe cassé. Ce qui n’a nullement empêché les autres membres, notamment Flea, de sauter dans tous les sens, de se contorsionner le corps, de se lancer de solo en solo, avec ses riffs électrisants, délirants. Et la foule s’enflamme à chacun de ses gestes. Energie. De l’énergie. C’est contagieux. C’est hypnotique. La salle ne se retient plus. Et voilà que Flea lance un «Beirut, what a great place»…
Après 30 ans de carrière, les Red Hot Chili Peppers n’ont plus rien à prouver. Avec leurs 60 millions d’albums vendus dans le monde, leurs 10 albums studios, des tubes internationaux comme Californication, Give It Away… ils ne cessent de s’affirmer comme l’un des groupe de rock américain les plus célèbres, reconnaissables à leur musique particulière emmêlant principalement des éléments de rock et de funk avec des influences punk, metal et rap. Chacun des membres des Red Hot Chili Peppers apporte sa particularité au son du groupe. La basse considérée généralement comme un instrument d’accompagnement forme là la base même du répertoire du groupe, grâce au jeu particulier de Flea. Il en est de même en ce qui concerne Anthony Kiedis, un chanteur à part dans le monde du rock, qui peut se glisser à l’aise dans une diversité de styles. En 2009, après une pause d’environ deux ans, ils avaient repris le chemin des studios pour enregistrer leur dernier album en date I’m with you, sorti au courant de l’été 2011.
A Beyrouth donc, les Red Hot Chili Peppers ont offert au public une très belle soirée, présentant une belle compilation d’anciens et de nouveaux titres. Evidemment les mythiques Californication, Under the bridge. Le public a pu également savourer Around the World, Otherside, Can’t stop, The Adventures of Rain Dance Maggie… Et puis, un adieu en toute beauté, en toute puissance: un Give it Away délirant. La foule exulte…

Nayla Rached

 

Related

Diplomatie. Les quatre mousquetaires d’Assad

admin@mews

Roger Féghali

admin@mews

Les maladies d’allergie. Des taux croissants dans la région

admin@mews

Laisser un commentaire