Magazine Le Mensuel

Nº 2869 du vendredi 2 novembre 2012

general

FL vs LBCI. Le feuilleton judiciaire continue

La chambre pénale de la Cour de cassation, présidée par le juge Joseph Samaha, a émis un jugement définitif relatif aux exceptions de procédure invoquées par les FL et la LBCI, dans le cadre de l’action intentée par les Forces libanaises pour la propriété de la LBC contre Pierre Daher, les dirigeants de la chaîne et plusieurs sociétés étrangères. Elle a confirmé la décision du juge d’instruction de Beyrouth et rejeté les exceptions invoquées par Pierre Daher, la LBCI et les sociétés étrangères. Après la fin de la première étape de l’enquête, l’examen de l’affaire sur le fond est déféré devant le juge pénal de Beyrouth. Trois étapes auront lieu dans ce cadre: première instance, appel et cassation. Le juge devra se prononcer alors sur la propriété de la chaîne et sur l’accusation d’abus de confiance.  
La LBC a été fondée en 1985 par les Forces libanaises et la présidence de son conseil d’administration confiée à Pierre Daher. Lors de la dissolution des FL et de l’arrestation de leur chef Samir Geagea, en 1994, Pierre Daher a pris en main la chaîne. Depuis sa remise en liberté en 2005, Samir Geagea réclame sa restitution. En 2007, les FL lancent une action judiciaire contre le groupe LBC et ses dirigeants. Daher conteste la revendication de Geagea et affirme que le groupe LBC d’aujourd’hui n’a rien à voir avec la chaîne de l’époque, et que son expansion a été financée par des capitaux privés.
Le 14 octobre 2010, le juge d’instruction de Beyrouth Fadi al-Anayssi  avait émis son acte d’accusation, retenant les abus de confiance à l’encontre de Pierre Daher et de Raïf Boustani. Les autres charges d’accusation présentées par les FL, à savoir l’escroquerie et le recel, n’ont pas été retenues.

Related

Lemonade fashion. Des tenues sur mesure sans essayage à petits prix

admin@mews

Helen Zughaib. L’artiste chérie des institutions américaines

admin@mews

Etude du Crédit libanais. Le prix de l’or à la baisse sauf si…

admin@mews

Laisser un commentaire