Magazine Le Mensuel

Nº 2880 du vendredi 18 janvier 2013

Musique

Tania Saleh Live at DRM. D’amour et d’identité

Forward Music et Democratic Republic of Music (DRM) présentent le premier de leur série d’albums Live: Tania Saleh Live at DRM. Immersion totale dans un univers de douceur et de puissance.

Tania Saleh revient dans les bacs avec un nouvel album: Live at DRM. Sept titres composent cet opus qui semble conter une histoire, en musique, en notes, portée par la voix envoûtante de Tania Saleh. Dès la première écoute, c’est une entrée de plain-pied dans l’univers de l’interprète-auteure-compositrice libanaise.
En 2002, elle avait présenté son premier album intitulé tout simplement Tania Saleh, avant de retrouver son public des années plus tard, en 2011, avec un nouvel opus Wehdé. Cette fois, son retour dans les bacs ne s’est pas fait longtemps attendre. Elle revient en version live. Pour donner un nouveau visage à des chansons qu’on connaît déjà et marquer les esprits par de nouvelles compositions. L’album est composé de quatre chansons des deux films de Nadine Labaki, Caramel ainsi que Et maintenant on va où?: Mreyté ya mreyté, Kifou hal helou, Yimkin law, Hashishet albi et trois chansons inédites: Reda, Arefti ayya style, Tlaa min hayété. Les chansons des films de Labaki, écrites et interprétées par Tania Saleh et composées par Khaled Mouzannar, ont été réarrangées en version inédite live. Loin des images du film, on retrouve le cachet de Tania Saleh, tout enrobé de douceur et de puissance. C’est avec bonheur qu’on se laisse aller à l’écoute pour saisir l’essence même de cet album qui explose soudain. Parce qu’une nouvelle chanson de Tania Saleh est toujours une belle, attirante et émouvante découverte. C’est que par sa voix, par ses paroles, par la passion qu’elle met dans chaque note, dans chaque mot prononcé, dans chaque intonation de voix, dans chaque rythme, elle vous captive. Et ne vous lâche plus. Et le disque ne cesse de repasser en boucle, les mots d’effleurer vos lèvres. Que le disque joue ou qu’il soit en mode-off, vous vous plaisez à répéter ses compositions de mémoire, de vive voix, à les revivre à chaque fois de manière différente.
L’album a été enregistré lors des concerts de Tania Saleh sur la scène du DRM en 2012. Elle est accompagnée de Mazen Siblini au synthé, Ziad el-Hélou à la guitare électrique, Haïtham Chalhoub à la basse, Ghassan Sahhab au qānūn, Elian Sarkissian aux percussions et Fouad Afra à la batterie, ainsi que Ali Madbouh au nay et au mizmar comme invité spécial. Ghazi Abdel-Baki et Haïtham Chalhoub se chargent des chœurs.
Après son album éponyme et Wehdé, le Live est peut-être l’album le plus féminin de Tania Saleh. Féminin sans aucune connotation restrictive. Féminin peut-être par rapport à l’auditeur avant tout. Féminin dans le sens d’un dialogue interne avec soi, avec la femme en chaque femme, avec l’autre, avec l’homme aimé, avec l’homme mal-aimé, avec l’amour envers l’autre qui s’est arrêté pour effectuer enfin un retour vers soi, vers l’entité, l’identité. Dans ce sens-là, oui, il s’agit effectivement de l’album le plus féminin de Tania Saleh. La féminité dans toutes ses facettes, l’amoureuse, l’amante, la rebelle. La Femme. Celle qui se joue des délices de l’amour, de la haine, de la solitude, de la dérision, de l’assurance, de l’authenticité féminine dans un pays qui reste malgré tout patriarcal, régi par une société ancrée dans son machisme. Une impression? Peut-être. Mais la musique, à l’instar de toute expression artistique, ouvre les portes de l’imaginaire, des perceptions. Et quand elle arrive à le faire, elle devient le champ de tous les possibles. Tania Saleh brise ce silence et fait entrevoir à son auditeur l’horizon des possibles, au-delà des frontières de la raison, tout près des sensations. Et l’album repasse en boucle.

Nayla Rached

 

Ecologiquement musical
Tania Saleh Live at DRM est un CD interactif qui contient une galerie de photos des concerts, les paroles des chansons, des articles de presse, la biographie de Tania Saleh ainsi que d’autres éléments. Au-delà de l’inauguration de la série Live, Forward Music lance à travers cette série une initiative nouvelle en son genre. Une initiative verte qui s’engage en faveur de l’environnement. C’est que l’album est fait à 95% de matériaux d’emballage biodégradables.

 

Related

Fête de la musique. 2015 Beyrouth, musicalement vôtre

Feu! Chatterton au Music-Hall Waterfront. «Nos exigences sont notre liberté»

La philosophie de l’art et de l’esthétique pour l’amour de l’art

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.