Magazine Le Mensuel

Nº 2892 du vendredi 12 avril 2013

Sport

Formula 1. Malaise chez Red Bull et Mercedes

Après le refus de l’Allemand Sebastian Vettel, champion du monde en titre ces trois dernières saisons, de respecter «les consignes» de ne pas dépasser son coéquipier Mark Webber, dans les derniers tours du Grand Prix de Malaisie, un malaise semble s’installer au sein de l’écurie championne du monde, Red Bull, à la veille du départ du Grand Prix de Chine qui aura lieu, ce week-end, à Shanghai.

Malgré les multiples rencontres effectuées par les responsables de l’écurie avec les deux pilotes, une ambiance de totale méfiance règne toujours entre Vettel et Webber, surtout ce dernier qui n’a pas pardonné à son coéquipier le dépassement effectué à Sepang. De quoi faire renaître les spectres des tensions du passé. L’équipe Red Bull y est habituée depuis trois saisons, même si Vettel est gratifié d’un statut de numéro un au regard de ses trois couronnes mondiales. Cela n’a pas toujours été ainsi. Au GP de Turquie 2010, les deux coéquipiers avaient sabordé une occasion en or de doublé en s’accrochant avec fracas. Irrégulier sur l’ensemble d’une saison, Webber n’a d’ailleurs plus été en mesure de disputer le titre mondial depuis cette année-là. Malgré tout, l’Australien a montré à Sepang qu’il n’aurait jamais l’intention de s’incliner en course face à son champion du monde de coéquipier.
Mais l’écurie autrichienne a, en revanche, brillé aux stands de Sepang: lors de son second changement de pneus, au 19e tour, Mark Webber ne s’est arrêté que… 2’’05! Le précédent record datait du Grand Prix d’Allemagne 2012, pendant lequel les mécaniciens de McLaren n’avaient eu besoin que de 2’’31 pour changer les quatre pneus de Jenson Button.
    
Ferrari pas inquiète
Leader l’année passée à ce stade de la saison, avec 35 points, l’Espagnol de Ferrari, Fernando Alonso, n’est pas à la même fête en 2013, la faute à un abandon rapide survenu en Malaisie. Compteur bloqué à 18 unités après Melbourne, l’Espagnol a désormais 22 points de retard sur le leader du championnat, Vettel, contre qui il avait lutté jusqu’à la dernière course pour le titre, en 2012.
Un Grand Prix inachevé durant lequel le taureau des Asturies aurait, selon son directeur d’équipe Stefano Domenicali, sans doute brillé: «Je pense qu’il aurait fait une très bonne course et nous aurions certainement pu atteindre nos objectifs. Mais c’est un marathon qui se présente devant nous et ce qui est important est d’oublier la Malaisie».
Avec 17 courses restantes, la saison semble effectivement loin d’avoir pris sa tournure définitive, la Chine devrait voir arriver une Ferrari F138 améliorée: «Shanghai est encore un circuit différent où nous devons apporter des développements à la voiture et tirer le maximum de ce que nous avons déjà, pour pouvoir maximiser le package entier. Le plus important est de comprendre le vrai niveau de performance de la voiture. Il est certainement positif, mais nous devons continuer de faire des pas en avant». Une meilleure compréhension des monoplaces qui passe, inévitablement, par «la compréhension des pneus, parce que ce sera la thématique de l’année».
Mais la Chine n’est qu’une étape dans une saison longue, et le directeur de la Scuderia ne se focalise pas trop sur la photographie du début de saison. L’Italien compte bien capitaliser sur les tensions apparues à Sepang pour tirer les marrons du feu.

Brawn se justifie
En Malaisie également, Mercedes avait décidé de figer les positions de Lewis Hamilton et Nico Rosberg, avantageant le premier au détriment du second. Cette décision avait été vivement critiquée par certains spécialistes de la Formule 1. Les observateurs avaient accusé Mercedes de favoriser Hamilton.
Le team principal de l’écurie Mercedes, Ross Brawn, a réaffirmé que son équipe traitait ses pilotes de manière équitable. Le team de Mercedes avance également que ce n’est pas de gaieté de cœur qu’il a fait ce choix. «Je n’aime pas devoir prendre ces décisions, mais nous aurions paru stupides si nos deux voitures n’avaient pas rallié l’arrivée suite à une panne d’essence (Hamilton avait dû réduire son rythme à Sepang pour ne pas tomber à court de carburant)», a-t-il repris.
Mais Bob Bell, le directeur technique de Mercedes, a tenu par contre à rapporter l’effet moteur qu’a produit Lewis Hamilton depuis son arrivée dans l’équipe.
«Lewis, sans aucun doute, a instauré une nouvelle dynamique dans l’équipe, c’est ce qui se passe toujours avec l’arrivée d’un nouveau pilote, en particulier quand il est aussi compétitif que Lewis. C’est une force de motivation pour l’équipe, je pense qu’il a haussé le jeu de tout le monde. Il nous oriente, il est clair, dans ce qu’il veut, dans la direction qu’il souhaite suivre, et qui correspond à celle que nous aurions suivie», explique l’ingénieur britannique.

Button prêt à «rebooter» sa saison
Actuel douzième du championnat à 38 points de Vettel, Jenson Button souhaite relancer sa saison dès ce week-end sur le circuit de Shanghai. «D’une certaine façon, le Grand Prix de Chine ressemble à un reboot de mon début de saison», a commenté le pilote britannique. «Avoir inscrit deux points lors des deux premières courses n’était évidemment pas ce que j’espérais pour mon début de championnat, mais je pense que tout le monde dans l’équipe est remonté à bloc pour résoudre les problèmes que nous rencontrons. Nous savons où nous perdons de la performance, je crois que nous sommes donc tous impatients de nous rendre à Shanghai pour voir ce que nous pouvons réaliser». Button, lauréat de l’édition 2010 du Grand Prix de Chine avec McLaren, pense pouvoir être performant ce week-end sur le circuit de Shanghai.

Les pneus?
Pirelli a désigné les pneus medium P Zero Blancs et les pneus tendres P Zero Jaunes pour le Grand Prix de Chine. Il s’agira de la première fois que cette combinaison fera son apparition cette saison. La Chine est bien connue pour sa piste plane et large, où on court par des températures dans l’air et en piste modérées, ce qui en fait donc le territoire idéal pour ces deux mélanges. La flexibilité du medium et du tendre ouvre de nombreuses stratégies aux équipes, et les positions de tête se sont décidées dans le passé en fonction de la gestion de tactiques très variées.
Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport, s’attend à une course hautement stratégique. «La Chine propose souvent l’une des meilleures courses de l’année, avec la stratégie comme star de l’action», estime-t-il.
Avec une gamme de mélanges plus tendre cette saison, la dégradation est délibérément plus extrême, pour favoriser la performance, mais l’histoire a montré qu’il ne faut jamais bien longtemps aux équipes et aux pilotes pour comprendre les pneus.

Mohamed Fawaz
 

Classements
Pilotes:
1 – Sebastian Vettel (Red Bull Racing) 40 points.
2 – Kimi Räikkönen (Lotus) 31 pts.
3 – Mark Webber (Red Bull Racing) 26 pts.
4 – Lewis Hamilton (Mercedes) 25 pts.
5 – Felipe Massa (Ferrari) 22 pts.
6 – Fernando Alonso (Ferrari) 18 pts.
7 – Nico Rosberg (Mercedes) 12 pts.
8 – Romain Grosjean (Lotus) 9 pts.
9 – Adrian Sutil (Force India) 6 pts.
10 – Nico Hülkenberg (Sauber) 4 pts.

Constructeurs:
1 – Red Bull Renault 66 points.
2 – Lotus Renault 40 pts.
3 – Ferrari 40 pts.
4 – Mercedes 37 pts.
5 – Force India Mercedes 10 pts.
6 – Sauber Ferrari 4 pts.
7 – McLaren Mercedes 4 pts.
8 – Toro Rosso Ferrari 1 pt.

 


 

Championnat du monde des Rallyes
Ogier favori aussi au Portugal

Quatrième manche du championnat du monde des Rallyes de la FIA, le Rallye du Portugal est disputé en Algarve et est le deuxième de six rallyes consécutifs sur terre. Cette épreuve est cependant considérée comme la première épreuve «traditionnelle», celle où les équipes pourront véritablement se mesurer en compétition. Si le départ sera donné cette année à Vilamoura, Lisbonne sera une fois encore le théâtre d’une impressionnante spéciale en ville, courue autour du Praça do Império, ce vendredi.

Outre les équipages du WRC, le Rallye du Portugal a attiré un grand nombre de pilotes des catégories WRC 3 et WRC 2, la liste des engagés ne comptant pas moins de 72 concurrents. Ce rallye constitue également la manche d’ouverture du championnat WRC Junior de la FIA, la catégorie pour jeunes talents s’affrontant à bord de Ford Fiesta R2 préparés de manière identique.
En 2013, on fêtera son 46e édition qui a vu le jour en 1967. L’épreuve se déroulera du vendredi 12 au dimanche 14 avril 2013 et se courra sur une distance totale de 386,73 kilomètres répartis en 15 spéciales chronométrées.
La saison dernière, Sébastien Loeb, Jari-Matti Latvala et Petter Solberg ont rapidement vu leurs chances de victoire réduites à néant, même si le Norvégien a finalement réussi à monter sur la troisième marche du podium. Il bénéficie, comme Evgeny Novikov et surtout Mads Ostberg qui remporte sa première victoire en WRC, de l’exclusion du vainqueur Mikko Hirvonen, au motif de la non-conformité de son embrayage et de son turbocompresseur.
Les spéciales portugaises, qui combinent des portions assez rapides à des passages étroits et techniques, se caractérisent par une surface abrasive. Disputée à la même période de l’année depuis 2011, l’épreuve est moins difficile que par le passé pour les pneumatiques. Il y a trois ans, lorsque le rallye se disputait fin mai, l’usure était supérieure de 40% par rapport aux autres rallyes.
Le samedi, les spéciales restent pratiquement inchangées, Vascao et Loule sont encore au programme, à noter que Loule courra dorénavant en sens inverse. La spéciale Santana da Serra qui faisait office de PS l’année dernière sera la première ES de cette journée. Enfin, les pilotes termineront le dimanche par la classique Silves et surtout par le gros morceau du rallye Almodovar et ses 52,30 km qui feront office de Power stage, cette spéciale a été rallongée du double par rapport à la dernière édition.

Les participants
Du côté des engagés, on retrouvera treize WRC. Chez Citroën, Mikko Hirvonen s’élancera avec le numéro 2, alors que Dani Sordo sera avec le numéro 3. Les deux hommes formeront la première équipe Citroën (Citroën Total Abu Dhabi WRT). Khaled el-Qassimi, quand à lui, sera également au départ sur une autre DS3 WRC du second team (Abu Dhabi Citroën WRT). Chez M-Sport, c’est Mads Ostberg et Evgeny Novikov qui formeront la première équipe avec le Norvégien en pilote numéro 1. Thierry Neuville, Juho Hänninen et Nasser el-Attiyah rouleront avec la seconde équipe du team. Il y aura encore Martin Prokop qui roulera sur une Ford Fiesta WRC privée.
Enfin, Volkswagen engagera trois Polo WRC avec comme pilote Sébastien Ogier et Jari-Matti Latvala sur la première équipe et Andreas Mikkelsen qui fait son grand retour en WRC sur la seconde équipe. Quant à Michal Kosciuszko, il pilotera une Mini John Cooper Works WRC.
Cette manche marque également la première manche du Citroën Top Driver avec Sébastien Chardonnet, Bryan Bouffier et Quentin Gilbert en chef de file côté français. A noter un nombre record de 17 S2000 au départ de ce rallye avec Wiegand & Lappi chez Skoda et Kubica chez Citroën.

Dur à battre
Deuxième au Monte-Carlo, vainqueur au Rallye de Suède et à celui du Mexique, Sébastien Ogier collectionne les performances en ce début de saison, dominant ainsi largement le classement général. De quoi lui ouvrir de nouvelles perspectives pour la suite de la saison…
Quarante-quatre. C’est le nombre de points qui séparent Sébastien Ogier, leader du championnat du monde, de son dauphin Mikko Hirvonen. Jamais un pilote n’avait eu une telle avance au Championnat du monde des Rallyes après seulement trois manches disputées. Même Sébastien Loeb, au plus fort de sa domination, n’a jamais réalisé un début de saison aussi tonitruant. Techniquement, celui-ci est d’ailleurs le dauphin direct de Sébastien Ogier puisqu’il occupe la deuxième place du classement général à 31 points; mais il est, d’ores et déjà, établi que l’Alsacien ne disputera pas l’intégralité du calendrier…
De l’aveu même du principal intéressé, cette domination est quelque peu inattendue: «Le début de saison est juste incroyable pour nous. Le championnat s’annonce bien». Un constat que son coéquipier au sein de Volkswagen Motorsport, Jari-Matti Latvala, expliquait: «Il a passé beaucoup de temps au volant de la Polo l’an dernier, il l’a vraiment développée comme il le souhaitait. Et il a prouvé, en 2011, qu’il avait une pointe de vitesse similaire à Loeb. Ce n’est pas rien».
Des propos d’autant plus inquiétants pour la concurrence que le copilote de Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, a laissé entendre que le meilleur était à venir.
Au rythme où Sébastien Ogier est parti, il pourrait entrevoir une première couronne mondiale en cours d’année, quelques rallyes avant la fin de saison. Pourquoi pas en octobre, au Rallye de France-Alsace, onzième des treize manches que compte le championnat 2013?
Dans ce cadre, Ogier n’a pas pu cacher ses ambitions pour le titre mondial. Le Français reste toutefois prudent et n’oublie pas la concurrence. «La voiture est parfaite. On a pris du plaisir sur toutes les spéciales. C’est vraiment un début de saison idéal. Depuis une saison, on attendait de se comparer aux autres, et maintenant on se rend compte que la voiture se comporte bien sur toutes surfaces», a estimé Ogier.
«Pour l’instant, on est clairement au-dessus du lot. Mentalement, on a pris un avantage sur la concurrence, on a prouvé que ce sera dur de nous battre. Après, je suis certain que les autres ne vont pas se laisser faire. On ne peut pas se relâcher, la malchance peut aussi s’inviter, il suffit de se rappeler la saison 2009 de Sébastien (Loeb), qui fait une série d’erreurs et a fini par gagner le championnat en toute fin de saison. Quand les points sont prenables sans trop prendre de risques, il faut les prendre, après on verra de quoi l’avenir sera fait», a-t-il précisé.
«Mads Ostberg est clairement le plus performant derrière nous. Il est vraiment sur une courbe ascendante depuis le milieu de la saison dernière, c’est l’un des pilotes les plus rapides du championnat, et il va sans doute y avoir pas mal de bagarres entre nous à l’avenir», a conclu le leader du championnat du monde.

Mohamed Fawaz
 

Classements
Pilotes
1- Sébastien Ogier (FRA) 74 points.
2- Sébastien Loeb (FRA) 43 pts.
3- Mikko Hirvonen (FIN) 30 pts.
4- Dani Sordo (ESP) 27 pts.
5- Mads Ostberg (NOR) 26 pts.
6- Thierry Neuville (BEL) 25 pts.
7- Jari-Matti Latvala (FIN) 15 pts.
8- Martin Prokop (CZE) 14 pts.
9- Bryan Bouffier (FRA) 10 pts.
10- Nasser el-Attiyah (QAT) 10 pts.

Constructeurs/écuries
1- Citroën Racing (constructeur) 87 pts.
2- Volskswagen Motorsport (constructeur) 81 pts.
3- Qatar WRT (écurie M-Sport/Ford) 37 pts.
4- Qatar World rallye Team (écurie Ford) 35 pts.
5- Citroën Racing (écurie) 23 pts.

 


 

Related

Fadi el-Khatib

Ski hors piste. Cherchez les experts

Euro 2016. Le Portugal champion d’Europe!

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.