Magazine Le Mensuel

Nº 2894 du vendredi 26 avril 2013

  • Accueil
  • à la Une
  • L’emblématique rue de Phénicie. A minuit, comme s’il était midi
à la Une

L’emblématique rue de Phénicie. A minuit, comme s’il était midi

Dans la rue de Phénicie, cimetière de l’âge d’or beyrouthin, aucun des restaurants, bars et autres night-clubs n’a quasiment survécu à la guerre civile. Rare quartier dans Beyrouth tombé dans une telle décrépitude. Si le restaurant Romano 222 en est l’emblématique survivant, le Quo Vadis, lui, a fermé ses portes juste après la guerre.

«La rue de Phénicie? C’était le meilleur emplacement de tout le Liban, on y marchait à minuit comme s’il était midi», s’exclame Mme Casini, propriétaire du Romano 222. «Il y avait un grand nombre de restaurants et peut-être plus de trente bars, ajoute son mari Luigi. Pas de porte qui n’ouvre sur un bar».
Toutes périodes confondues, à partir de 1950 jusqu’à la guerre civile, dans cette rue emblématique des nuits beyrouthines, on allait manger au Salloum, à la Saucisse joyeuse, aux Quo Vadis, Romano 222, Rhenania, Olympe, Pagoda, Angelo, Alvarado, Hong-Kong, à l’Espagnol, l’Excellence, le Fontana di Trevi, prendre un verre aux Lucky Luke Club Saloon, Whisky à gogo, aux Beam inn, Club 21, Joe’s, Keyhole ou Marabu et danser à l’Epi Club, aux Watergate, Morocco, Crazy Horse Saloon, aux Stéréo Club, Le Roy, Jockey Club ou encore assister à une pièce de théâtre au Six Gales.
Aujourd’hui, dans le quartier des hôtels, les endroits chics flirtent avec des carcasses éteintes depuis bien longtemps. A côté du Palm Beach, qui a toujours fière allure, l’Excelsior n’est pas encore sorti de sa torpeur, ce squelette en forme de bateau accueillait jadis la plus tendance des boîtes de nuit, les Caves du Roy. Sur la rue de Phénicie, faisant face au Grenier, un restaurant tenu par Prosper Gay-Para et le Quo Vadis, restaurant italien quatre étoiles. Ces deux lieux mythiques se trouvaient dans de vieilles bâtisses d’architecture libanaise. Alors que la première a été remplacée par un parking, la seconde agonise, éventrée. L’entrée du Quo Vadis est aujourd’hui murée. De la rue, un petit escalier menait vers le guichet de réception. A l’intérieur, plus rien n’est comme avant. Dans une allée menant aux réserves, un cahier de comptes, datant de la fin des années 80, est ouvert à même le sol. Car, ironie du sort, le Quo Vadis a survécu durant la guerre pour dépérir ensuite, au décès de son emblématique directrice italienne Anna. «Elle trônait dans le lieu comme une Mama, autoritaire, puissante mais adorable, se souvient Gregory, un habitué. Il y avait un salon bar qui donnait sur la rue où on attendait que la table soit prête en sirotant un apéritif. Le restaurant s’étendait sur plusieurs salles au rez-de-chaussée de la maison, poursuit-il, et les murs étaient tapissés d’innombrables cartes de visites d’anciens clients. On pouvait aussi manger dehors, dans le jardin. La cuisine était excellente, plus raffinée que dans les autres restaurants italiens, un peu l’équivalent de Marinella, de nos jours. Nous y allions le dimanche et le déjeuner durait toute la journée. Habituellement lorsque nous quittions, il faisait nuit».

Le poumon des soirées
Plus haut dans la rue, voisin du cabaret Epi Club, le Romano 222, tenu par la famille Casini, est l’un des rares doyens de cette ruelle, jadis poumon des soirées libanaises. Le 222, dit-on, fut l’un des tout premiers restaurants italiens du Liban. C’est d’ailleurs là que prend racine l’histoire du Quo Vadis. Tout commence avec un homme, Julio Gati, propriétaire de deux restaurants dont le Jardin de César dans la région de Mkallès. «Mon père et mon oncle avaient l’habitude d’y manger régulièrement, raconte Luigi Casini. Lorsque Julio Gati a eu des problèmes financiers, mon père l’a aidé en se portant garant et en lui prêtant de l’argent. Finalement, constatant qu’il ne pourrait plus faire face, il a proposé à mon père de reprendre son restaurant, au 222 rue Ahmad Chawki», tout proche de la rue de Phénicie. C’est ainsi qu’au début des années 50, le restaurant 222 ouvre sous la houlette de Mirella, la sœur de Luigi. «Elle a alors fait venir d’Italie un cuisinier et un maître d’hôtel du nom de Manera, continue-t-il. Un an et demi plus tard, ce dernier a ouvert le Quo Vadis». A l’époque, Anna est barmaid. Manera ne tarde pas à en tomber amoureux et lui propose de travailler avec lui. «Il voyageait beaucoup pour ses affaires, se rappelle Mme Casini. Anna lui demanda alors de devenir actionnaire à moitié du restaurant, autrement elle plierait bagage». Ce fut chose faite. Elle dirigea le restaurant avec le fils du propriétaire, Elio Forni jusqu’au milieu des années 70, date à laquelle elle reprit seule l’affaire.

Le harcèlement fait son œuvre
«Chaque jour, durant la guerre, Anna nous téléphonait, ajoute-t-elle. Elle dormait sur les tables du restaurant pour être sûre que personne ne puisse le prendre». «A la fin, les propriétaires de la maison ont voulu la vendre. Anna nous racontait qu’un jour ils ont fait un trou dans le plafond pour l’inciter à partir», se souvient Luigi. Ils auraient même jeté des tomates et des œufs sur les clients du Quo Vadis du haut de leur terrasse. Des informations qui n’ont pas pu être corroborées. Il y aurait eu d’ailleurs un procès entre les différentes parties. A la mort d’Anna, en 1991 ou 1992, son frère est venu récupérer toutes les affaires du restaurant et les a sécurisées dans un appartement voisin. Depuis, le temps a fait son œuvre. Le Quo Vadis n’est même plus l’ombre de ce qu’il a pu être. Dans la cuisine, aux carreaux bleus et aux briques rouges, les éviers sont remplis de feuilles mortes et les étagères sont vides. Jadis, on y confectionnait d’excellents plats. «Il faisait un très bon osso buco», se rappelle May. A lire ses menus trouvés parmi les détritus, il y avait de quoi perdre la tête et affoler les papilles. Pas moins de 128 plats et desserts étaient proposés, des antipasti aux pâtes en passant par toute une panoplie de soupes, poissons, crustacés, viandes importées de France ou encore de grillades. La carte présentait, pour ne citer que certains plats: des fettuccines al Alfredo, spaghettis alla carbonara, paglia fieno Quo Vadis, cannelloni, risotto alla marinara, ravioli piémontais, taglierini à la «gigetto», soles meunière, crevettes à la diable, tournedos rossini, trippa alla parmigiana, bœuf émincé à la florentine, bocconcin maison ou cassata sicilienne et zabaglione pour les desserts, mais également entrecôtes Mirabeau, canards à l’orange, suprêmes de poulet maréchal, escargots à la bourguignonne, rouleau de foie gras ou steak tartare. Dans les salles, les papiers peints tombent en lambeaux, on en devine encore les couleurs, un dégradé de marron et un bleu gris, aujourd’hui auréolées d’humidité. Quelques carreaux traditionnels des maisons libanaises jonchent encore le sol, décollés de leur place initiale. Le plafond, éventré, montre à l’étage supérieur d’anciennes peintures murales. Quelques archives laissent encore à l’histoire quelques noms: Antoine Khana qui fut jadis second chef cuisinier, Guido Marinetti, Katchig Mardinian ou encore Carlo di Gironimo, chef pâtissier. Dans le jardin, quelques bougainvilliers vagabondent librement, le dattier lui, a périclité.
«Autrefois, les gens attendaient deux semaines pour avoir une table au Quo Vadis ou au Romano, nous étions les deux restos italiens chics en ville», souligne Mme Casini. Pour la petite histoire, en 1966, le propriétaire de la maison où officiait le «222», décide de vendre, obligeant la famille Casini à trouver un nouvel emplacement pour son restaurant. Ce sera rue de Phénicie, à la place de l’ancien restaurant Espagnol, jadis ambassade de Grande-Bretagne.

Affaires de famille
«Nous avions une clientèle étrangère, note Mme Casini. Nous étions moins chers que le Quo Vadis. Bon marché et bon, c’est ce qu’aiment les étrangers, les Libanais ont une mentalité différente». A l’instar de son voisin italien, politiques, présidents et acteurs s’y succèdent pour se délecter de leurs délicieux mets. «Durant la guerre, les journalistes et les ambassadeurs mangeaient chez nous. Après une réunion au Bristol, ils venaient prendre un irish coffee au Romano 222», précise-t-elle. En 1985, ils décident de partir à Sin el-Fil pour ouvrir un nouvel établissement du même nom. Mais si aujourd’hui la rue de Phénicie semble bien morte, Sandro, l’aîné de la famille Casini, a décidé, lui, d’y ouvrir à nouveau le restaurant familial où viennent s’attabler les habitués. «Ma vie est là, lance-t-il. Alors en 1991, nous avons retapé le restaurant de la rue Phénicie en gardant l’atmosphère d’antan, peu de choses ont changé», explique-t-il. Logé au 1er étage, le Romano 222 a repris vie dans une ambiance chaude et charmante, ses tables bien dressées, attendant les gourmets. Et, surprise, ses couverts et nappes sont tous estampillés «Quo Vadis», achetés jadis au frère d’Anna. La boucle est ainsi bouclée. «Si les jeunes ne peuvent imaginer ce que cette rue a pu être, nous l’avons vue, nous y avons vécu et tout a disparu. Nous la regrettons beaucoup», avoue Mme Casini. La rue de Phénicie, hier fleuron, aujourd’hui oubliée, possède néanmoins selon Sandro une forte capacité. «Elle ressuscitera un jour», assure-t-il. Quant au Quo Vadis, son sort est scellé. Les propriétaires de la bâtisse ayant bien l’intention de ne pas la réhabiliter.

Delphine Darmency
 

Le Romano 222
La famille Casini est présente au Liban depuis plus de 100 ans. Spécialisée tout d’abord dans la soie au Akkar, elle se lance dans la gastronomie italienne au début des années 50 à Beyrouth pour ne plus s’arrêter depuis. Le Romano 222 se décline en deux établissements, rue de Phénicie (03 652 622) et Sin el-Fil (01 496 927).

Related

Nada Boustani. La réhabilitation du secteur électrique est sur la bonne voie

Saad Azhari, Pdg de Blom Bank. Les prêts reprendront d’ici la fin de l’année

CNSS. Le gouffre

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.