Magazine Le Mensuel

Nº 2908 du vendredi 2 août 2013

Expositions

Expositions

Urs Lüthi
Lost direction
Jusqu’au 9 août à la galerie Tanit.

Lost direction est la quête d’identité d’un artiste contemporain, anticonformiste jouissant d’une expression artistique moderne pointue. Cette exposition est une espèce d’introspection où l’ironie s’allie à l’humour, la liberté, la drôlerie et la mélancolie. Urs Lüthi a dit: «Le langage de l’art a été inventé depuis longtemps. Je crois que ce qui importe désormais est d’inventer nos propres expressions, puis créer nos propres histoires à partir d’elles». Une phrase démontrée dès ses premiers travaux. Mêlant différentes démarches artistiques, Lüthi utilise la photo comme appoint, pour réaliser ce qu’il désire exprimer. Après plus de trente ans de carrière, il continue d’étonner grâce à ses mises en scène provocantes. A Beyrouth, il présente des sculptures, une installation, une soixantaine de photographies, une vingtaine de disques de «frisbee» colorés. Une illustration d’une liberté certaine! Né en 1947 en Suisse, Urs Lüthi débute sa carrière comme graphiste, tout en réalisant peintures et sérigraphies. Il vit et travaille à Munich, en Allemagne.

Christiane Tager Deslandes
 

Anashar Basbous
Balance and light

Jusqu’au 31 août au Art lounge Beiteddine.

En collaboration avec le Festival de Beiteddine, Art Lounge présente les sculptures d’Anashar Basbous. L’équilibre et l’éclairage sont la base de toutes les œuvres d’Anashar Basbous. Des formes très géométriques en équilibre dans l’espace avec des formes étranges, défiant le poids du métal (fer, bronze ou acier) et les lois de la pesanteur. Ayant travaillé le bois et les pierres, Basbous n’utilise pratiquement que le métal dans ses œuvres récentes. L’artiste préfère «bâtir ses sculptures plutôt que de les sculpter». «Les métaux, dit-il, me donnent la plus grande inspiration et le plus grand confort: la texture, la matière, l’effet visuel, l’approche. Mes structures transpercent l’espace telles de grandes machines astrales emprisonnées dans un dialogue perpétuel avec le soleil. Utilisant un jeu d’ombres, l’étoile éternelle crée leurs mouvements». Anashar Basbous est le fils du grand sculpteur Michel Basbous.

Christiane Tager Deslandes 

Agenda
Journeys through our Heritage: Revisiting Lebanese Modern Artists.
Jusqu’au 4 août au Beirut Exhibition Center.

Profiles: Collecting Art in Lebanon.
Jusqu’au 24 août à la AUB Art Gallery.

Hussein Madi.
Jusqu’au 15 août à la FFA Private Bank.

Heba el-Akkad. Things are still the same.
Jusqu’au 9 septembre à la galerie Tanit.

Palettes syriennes.
Jusqu’au 10 août à la galerie Zamaan.
 

Related

Emma Rodgers. Spiritus

Mohammad Rifaï

Embrace. Les paroxysmes de la condition humaine

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.