Magazine Le Mensuel

Nº 2917 du vendredi 4 octobre 2013

Diaspora

Radwan Ghazi Moumneh. Silence… le rythme l’habite

Le parcours de Radwan Ghazi Moumneh est bien riche. Après la sortie de son album Jerusalem in my heart, Mo7it al-mo7it, il vient de collaborer avec le musicien Sam Shalabi. Retour sur la carrière d’un artiste qui a mélangé, avec perfection, de la musique expérimentale moderne arabe et du chant mélismatique. Du classique avec la production électronique contemporaine.
 

C’est un artiste atypique inclassable. Sa musique est universelle. Sur scène, elle se mélange avec des projections inattendues. Radwan Ghazi Moumneh offre un véritable show architectural avec des projecteurs de 16 mm et des écrans qui structurent l’espace.
 

Fasciner le public
Il arrive à explorer la relation entre la musique, les projections et le public. Il n’est pas alors surprenant que, jusqu’à présent, ses performances ne soient jamais les mêmes et que la scène sur laquelle il se produit soit en constante évolution. Si Radwan Ghazi Moumneh porte le projet Jerusalem in my heart depuis 2005, il a fallu attendre jusqu’en 2013 pour que son premier disque Mo7it al-mo7it (un projet sur lequel l’artiste d’origine libanaise a travaillé avec le musicien français Jérémie Regnier et la cinéaste chilienne Malena Szlam Salazar), qui en découle, soit proposé. Et pour cause, l’artiste et l’équipe avec laquelle il a travaillé ont résisté à la documentation ou à toute sorte de fixité durant toutes ces années. Mais cet enregistrement s’est presque imposé car, dès que les artistes ont voulu partir en tournée présenter Jerusalem in my heart, ils se sont heurtés aux exigences des mécanismes de l’industrie qui font que c’est très difficile, voire impossible, de s’y insérer sans disque. Or, depuis l’annonce de l’album à venir, beaucoup d’agences ont déjà contacté l’artiste. Il devra d’ailleurs partir en tournée en Afrique du Nord et en Europe.
Ce nouvel album a été enregistré dans sa cuisine. Il a voulu le faire chez lui, parce qu’il tenait à s’éloigner de ce qu’il fait habituellement à l’Hotel2Tango pour la musique des autres (voir encadré). Résultat: un album très personnel, profondément émotif et étonnamment subtil. Du buzuk, du zurna, du virginal, de la harpe se mélangent avec de l’électronique. Quant au titre, il est inspiré par La circonférence de l’océan, livre de l’éducateur Boutros Bustani, l’un des premiers chrétiens panarabistes qui ont contribué à une identité arabe nationaliste. Un clin d’œil donc pour le fameux pionnier du panarabisme dont l’œuvre est tant saluée par les historiens arabes. Radwan Ghazi Moumneh admire-
t-il autant le personnage? Cela ne serait pas étonnant, puisque cet artiste est connu pour son engagement pour des causes justes. 


Pauline Mouhanna, Etats-Unis

Jerusalem in my heart – Mo7it al-mo7it, label constellation.
Pour le découvrir, se rendre sur ce site de CBC music.

Radwan Ghazi Moumneh en bref
D’origine libanaise, Radwan Ghazi 
Moumneh a passé une grande partie de sa vie adulte au Québec. Il y est devenu un pilier de la communauté de musique 
indépendante montréalaise, que ce soit grâce à ses débuts dans les différents groupes de punk ou grâce à son 
infatigable activité comme ingénieur du son, producteur et copropriétaire du studio d’enregistrement mythique Hotel2Tango où Arcade Fire, Cœur de pirate et Wolf Parade ont notamment capté des pièces. Moumneh est également actif sur la scène de musique expérimentale beyrouthine où il passe quelques mois chaque année.

Related

Radwan Ghazi Moumneh. Silence… le rythme l’habite

admin@mews

De New York jusqu’à Atlanta. La véritable histoire des Arabo-Américains

admin@mews

Joe Haggar. Le « roi des slacks » n’est plus

admin@mews

Laisser un commentaire