Magazine Le Mensuel

Nº 2927 du vendredi 13 décembre 2013

Spectacle

Un show unique à l’Unesco. Pour l’avenir du Liban

Le Liban a dernièrement célébré le 70e anniversaire de son indépendance. Pour commémorer cette date et la marquer de son empreinte exceptionnelle, l’association Diaspora libanaise Overseas (DLO) a organisé, vendredi 22 novembre, à l’Unesco à Paris, un concert remarquable. La cérémonie a eu lieu sous le haut patronage de l’ambassadeur du Liban auprès de l’Unesco, le Dr Khalil Karam.
 

La soirée a débuté par un diaporama sur le Liban en 3D. A la demande de la DLO, Jean-Claude Bejjani, représentant la Fédération des Chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture du Liban, sous l’égide de Mohammad Choucair, s’est rendu à Paris, afin de présenter, en exclusivité, ses magnifiques vues du Pays du Cèdre.
Ce concert a accueilli, outre les Libanais et amis français résidant en France, les représentants de l’ambassade du Liban en France, les personnalités françaises et libanaises, ainsi que les ambassadeurs d’Arabie saoudite, du Koweït, d’Egypte et de Jordanie en poste en France.
L’orchestre dirigé par Charbel Rouhana a présenté des chansons traditionnelles et folkloriques libanaises, accueillies avec ferveur et enthousiasme par l’auditoire composé également de nombreux jeunes Libanais.
La troupe de danse folklorique Dabké à Paris a animé une partie du répertoire de l’orchestre avec des compositions en costume traditionnel.
Les messages du musicien compositeur sont venus renforcer les appels et vœux de Naoum Abi Rached, président de la DLO, pour une société libanaise œuvrant de par le monde, sans concession et au-delà de ses divergences et religions, pour l’avenir du Liban et de son unité.
Abi Rached, amoureux du Liban, a en effet appelé les seize millions de Libanais répartis sur le territoire national et dans le reste du monde à agir maintenant sans attendre pour protéger le pays, ses institutions et sa Constitution.
Par ailleurs, il a assuré l’auditoire que le projet de création tant attendu du premier Centre culturel libanais au monde dans la ville de Paris était en très bonne voie, ayant eu l’aval des autorités libanaises et françaises et la collaboration de la ville de Paris. «Nous avons été très heureux, dit-il, d’organiser ce concert unique de grande qualité à tous les Libanais qui ont souhaité fêter l’indépendance du Liban ensemble, à la maison de l’Unesco, lieu de la culture du monde. Nous espérons pouvoir donner prochainement à tous les Libanais résidant en France et de passage à Paris, ainsi qu’à tous les amis du Liban, un lieu convivial, le Centre culturel, qui permettra à tous de recevoir des formations sur la langue, l’histoire, la cuisine, la civilisation, les coutumes et le patrimoine du Liban. Il donnera aussi à nos historiens, intellectuels un lieu pour l’organisation de conférences à thèmes et permettra à tous les jeunes talents d’exposer leurs œuvres ou de donner des concerts. Nous aurons ainsi réussi à rassembler les enfants du Liban autour de la culture et de l’art», conclut Naoum Abi Rached.

Liliane Mokbel

Related

The third circle. La religion menace-t-elle l’art?

13e édition de Bipod. Entre rêve et réalité

Chroniques d’une révolution orpheline. Pour une réflexion continue

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.