Magazine Le Mensuel

Nº 2936 du vendredi 14 février 2014

Moyen-Orient

Moyen-Orient

 Moyen-Orient

Jordanie
L’immobilier performant en 2013     

La valeur des transactions immobilières en Jordanie a enregistré une hausse de 15% sur un an, passant de 7,9 milliards de dollars en 2012 à 8,9 milliards en 2013. Les revenus du Trésor du royaume hachémite, relevant du secteur de 
l’immobilier, ont progressé de 11% sur un an, passant de 319 millions de dinars jordaniens en 2012 à 354 millions de dollars en 2013. Les chiffres officiels ont montré que 30380 unités résidentielles ont été vendues l’an dernier, alors que ce nombre était de 25 434 en 2012, soit une croissance de près de 19%. Environ 90% des appartements ont été achetés par des Jordaniens, tandis que seulement 3 180 unités résidentielles ont été acquises par des étrangers. Le président de l’Association des promoteurs immobiliers jordaniens, Kamal Awamlé, s’est félicité des résultats de 2013, affirmant qu’ils se sont inscrits dans la lignée des perspectives des investisseurs. Par ailleurs, il a insisté sur la stabilité des prix du résidentiel en dépit de la forte demande. Interrogé sur ses attentes pour l’année en cours, il a 
souligné que les performances se maintiendraient si les prix n’augmentaient pas, exprimant 
toutefois sa crainte que la hausse des prix du ciment ne représente une pression sur les 
promoteurs immobiliers qui se verraient contraints de majorer les prix de vente. Selon la même source, la demande s’est concentrée sur les petits appartements, les deux tiers des unités vendues en 2013 avaient une superficie de 150 mètres carrés. Cette catégorie de demandes a été boostée par le désir des acheteurs de bénéficier des subventions accordées par le gouvernement. Conformément à la loi, les acheteurs 
d’appartements résidentiels d’une superficie maximale de 150 mètres carrés sont exemptés partiellement du paiement des frais 
d’enregistrement et des taxes sur la propriété. Le nombre des  transactions de vente de terrains a régressé de 21% sur un an à fin 2013 par rapport à 2012. Ce recul serait dû à une hausse des prix des terrains dans toutes les régions du royaume hachémite et non seulement à Amman où les prix ont grimpé de près de 40% entre 2012 et 2013.

Related

Monde arabe

admin@mews

Monde arabe

admin@mews

Moyen-Orient

admin@mews

Laisser un commentaire