Magazine Le Mensuel

Nº 2945 du vendredi 18 avril 2014

Hommage

La Zayed Book Award. Une reconnaissance de plus en plus confortée

Jaoudat Fakhreddine est l’auteur libanais lauréat de la Zayed Book Award catégorie Livre jeunesse. Outre le Liban, des écrivains de la Jordanie, de l’Egypte, ou encore de la Tunisie ont reçu ce prix cette année. Ce dernier est indéniablement celui qui gagne de plus en plus d’importance dans le monde arabe.
 

Et un succès de plus pour la Zayed Book Award. Selon les responsables de ce prix, et notamment son secrétaire général, environ 1 400 œuvres ont été inscrites à la session cette année.
Une participation de plus de 12% par rapport à l’année dernière. Ce qui confirme l’importance de ce prix et le rôle qu’il occupe sur la scène culturelle arabe. Mais qui sont les gagnants de 2014? Huit lauréats ont été annoncés dans diverses catégories. Celle de la contribution au développement des nations, la littérature spécial jeunesse, celle des jeunes auteurs, la traduction, la littérature, la critique littéraire et artistique, la culture arabe publiée dans une langue étrangère, et enfin l’édition et la technologie. Ce qui est intéressant c’est que, cette année, on a fait une belle part même aux maisons d’édition. Exemple: la maison d’édition, Beit al Hakima, qui publie des livres de littérature, des dictionnaires, ainsi que des traductions, a reçu la Publishing Technology Award. Elle a le mérite de fournir des efforts dans le milieu universitaire et elle réussit à faire revivre le patrimoine culturel. Pour retourner aux autres catégories, c’est Mario Liverani qui a remporté le prix de la culture arabe publiée dans une langue étrangère. Son livre Imagining Babylon explore comment les pays occidentaux ont tenu à imaginer les villes et villages de l’Orient, afin d’avoir une idée plus complète de cette partie du monde. Quant à Abdel-Rachid Mahmoudi, il a reçu le prix de la littérature pour son livre After coffee. Ce roman, situé en 1940, décrit le quotidien au sein d’un village égyptien. L’originalité de cet auteur est d’avoir mélangé la langue classique avec le simple dialecte des personnages. Autre auteur à avoir fait parler de lui, Rami Abu Shihab avec Permanence and Deception: Post-Colonial Discourse in Contemporary Arab Criticism.
Ce livre a le mérite, selon les responsables de la Zayed Book Award, de bien étudier l’ère postcoloniale, d’avoir également bien examiné la terminologie et les doctrines de cette période. Enfin, le Liban peut se vanter du prix qu’a reçu Jaoudat Fakhreddine. Avec Thirty Poems for Children, c’est tout une génération de jeunes enfants arabes qui auront la chance d’avoir accès à une mise en page unique, de belles illustrations,  une simplicité linguistique et une beauté de rythmes. Pour plus d’informations sur ce prix, se rendre sur le site Web de la Zayed Book Award.

Pauline Mouhanna

La Zayed Book Award en Russie
Ce prix est considéré comme la pierre angulaire d’un projet culturel ambitieux inspiré par la vision de Cheikh Zayed Ben Sultan Al Nahyan. Il veut démontrer qu’Abou Dhabi est la destination des créateurs et des intellectuels qui s’y réunissent pour présenter leurs résultats. Cette année, un événement culturel a eu lieu en septembre dernier à Moscou et ce pour mettre en évidence le caractère culturel des Emirats arabes unis, et reconnaître le rôle des éditeurs russes, des universitaires, des intellectuels et des traducteurs.

Related

Drakkar. Hommage aux victimes françaises

admin@mews

Le kamikaze de la photo disparaît

admin@mews

Diplomate et juriste. Nasri Lahoud n’est plus

admin@mews

Laisser un commentaire