Magazine Le Mensuel

Nº 2952 du vendredi 6 juin 2014

Economie & Finances

Economie et finance

Start-up
Nollo, la nouvelle génération de smartphones développée au Liban

Le système économique libanais n’est pas encore prêt à fournir tout le support nécessaire aux start-up. L’illustration de cet environnement peu propice est évidente lorsqu’on se rend compte que trois accélérateurs basés aux Emirats arabes unis se sont précipités pour héberger le projet de start-up Nollo, prenant une distance d’avance sur tout autre incubateur au Liban. C’est du moins ce qu’a déclaré Adonis el-Fakih, entrepreneur et créateur du premier moteur de recherche arabe ayna.com
Pourtant, la Banque du Liban avait publié, en août 2013, la circulaire No 331, par laquelle elle a injecté sur le marché à travers les banques commerciales 400 millions de dollars affectés à des investissements dans des compagnies dont le corps de métier est les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Ce montant aurait dû permettre le développement du système du capital-investissement (Capital Venture) et une création de fonds pour les accélérateurs. Ces instruments de financement, associés à un développement des industries des softwares, de l’électronique et de l’impression en 3D, auraient permis la simplification du parcours traditionnel d’une start-up. Mais les établissements bancaires semblent être à la recherche d’un retour sur investissement relativement rapide, qui correspond aux échéances à court terme de leurs dépôts, d’une part, et ils ne souhaitent pas prendre de risque en accordant des avances à des entreprises à l’état embryonnaire, qui n’avaient pas encore fait leurs preuves en termes de chiffres d’affaires.
Nollo est la nouvelle génération de smartphones destinée aux personnes âgées et aux enfants. Le produit a été créé et développé au Pays du Cèdre. C’est une ligne de smartphones simple, innovante et facile à manipuler. Des étudiants de l’Université arabe de Beyrouth et de la Lebanse American University (LAU), relevant des facultés de génie, de gestion et de journalisme, ont planché sur le développement de l’idée. «Dans les prochains mois, d’autres étudiants appartenant à d’autres universités et venant de diverses facultés seront mis à contribution pour ce projet», a souligné Adonis el-Fakih, dont l’idée de base du projet a germé lorsqu’il a observé ses parents et d’autres personnes âgées de sa famille en train de «se battre pour réussir à comprendre le menu du portable, à se retrouver sur son petit écran et à tâter les boutons pour composer un numéro».
En ce moment, le projet Nollo se concentre sur la conception de plusieurs designs de combiné (handset). Ces facettes de combiné sont en train d’être testées par des personnes âgées. «Un prototype opérationnel devrait être livré au public avant la fin de l’année», a annoncé Fakih.
Le projet Nollo vise grosso modo à introduire les technologies intelligentes là où celles-ci peuvent apporter une valeur ajoutée pour une meilleure qualité de vie. Dans ce contexte, Nollo œuvre à la création de combinés de smartphone amovibles et dissociés de l’appareil, qui auraient pour caractéristiques de faciliter son utilisation par les personnes âgées et les enfants à travers un visuel qui joue sur le contraste des icones, sur un module tactile, une touche pour le contrôle parental, une batterie de longue vie et un système simplifié de téléchargement des pads. «Les étudiants qui travaillent dans le cadre du projet n’ont pas encore tâté le terrain des fonds d’investissement affectés aux start-up», a conclu le créateur d’ayna.com

Immobilier
Le Liban est-il propice aux investissements aujourd’hui?

Faut-il investir dans le secteur de l’immobilier aujourd’hui au Liban? Il s’agit d’une éternelle question que se posent les Libanais à moyen revenu. C’est que les domaines d’investissement à caractère conservatif ne sont pas nombreux au Pays du Cèdre. Les Libanais ont l’habitude d’investir dans la pierre. Les économistes ne partagent pas tous un même avis. Les chiffres des premiers quatre mois de 2014 ont montré une amélioration du nombre de transactions sur la même période un an auparavant. Néanmoins, il faut souligner que la moyenne de la valeur par transaction s’est appréciée significativement, passant de 499 948 dollars, fin 2013, à plus de 539 882, fin avril 2014. En revanche, la moyenne de la valeur pour une transaction dans la région du Metn a reculé de 213 584 dollars, fin 2013, à 199 476, fin avril 2014. Sur la même période, la tendance baissière a aussi été enregistrée au Kesrouan. Toutefois, celle-ci est moins sensible, passant de 124 664 dollars, fin 2013, à 120 657, fin avril 2013. «L’investissement dans l’immobilier procure un levier et un moindre risque du placement, mais non pas d’une manière optimale, c’est-à-dire de garantir le retour sur investissement le plus élevé», souligne un économiste qui a requis l’anonymat. «Si vous cherchez à obtenir des revenus quelque peu supérieurs à ceux que vous pouvez obtenir grâce aux intérêts sur les dépôts versés par les banques (un placement conservateur et sûr), vous n’êtes pas en train de réellement opérer un investissement», a ajouté la même source, affirmant par ailleurs que lorsque les promoteurs empruntent pour financer leurs activités, ils ont tendance à vouloir vendre leurs actifs le plus rapidement possible, ce qui entraîne une baisse des prix de l’immobilier. Cet expert a dénoncé la pratique actuelle des promoteurs, qui construisent des tours résidentielles les unes adjacentes aux autres dans certains quartiers et régions, ce qui laisse présager un des deux scénarios suivants: soit la zone devient, à des périodes de l’année, plus ou moins longues «un quartier fantôme», parce que les nouveaux acquéreurs sont des ressortissants étrangers, soit elle se transforme en un «ghetto» regroupant des résidants d’une même tranche sociale, ce qui a pour conséquence de créer un effet de densité de population d’un même niveau social et, surtout, une saturation des prix par rapport à d’autres régions moins populeuses. L’expert recommande tout simplement une diversification de l’offre dans le cadre d’un même quartier, mêlant des espaces de bureaux, cliniques et études, en plus de l’offre résidentielle, afin de créer un tissu social diversifié porteur de demandes potentielles pour faire bouger le marché du résidentiel. Selon un autre spécialiste, «l’immobilier au Liban est devenu ces derniers temps une grande industrie. Les gens y investissent beaucoup d’argent dans le but ultime de générer un maximum de profits. Il est vrai que les affaires immobilières représentent un challenge de poids pour l’investisseur, mais elles peuvent marcher pour tout un chacun». Il a considéré que la valeur d’un bien-fonds bâti ou non bâti grimpe plus rapidement que les intérêts bancaires, ce qui aurait pour résultat une croissance de la demande sur les appartements et les terrains. «Chacun devrait s’acheter une maison ou un terrain pour garantir son avenir. Toutefois, le succès de l’investisseur réside dans le bon choix au niveau de la région qu’il doit très bien connaître», a-t-il conclu.

Liliane Mokbel

Related

Economie et finance

admin@mews

Economie et finances

admin@mews

Economie et finance

admin@mews

Laisser un commentaire