Magazine Le Mensuel

Nº 2977 du vendredi 28 novembre 2014

Événement

La marche de l’indépendance. La société civile en sentinelle

Départ: 9h30 du matin. Point de rencontre: autoroute de Baabda. Destination: palais présidentiel. C’est par un temps pluvieux et sous les intempéries que des centaines de Libanais, jeunes, parents, enfants, soldats, figures religieuses et avocats ont effectué la marche de l’indépendance organisée par Offre Joie.

 

L’élection du président de la République n’a pas encore eu lieu. Le 71e anniversaire de l’indépendance du Liban non plus. Les célébrations ayant été annulées pour la première fois depuis la fin de la guerre en raison de la vacance présidentielle et des défis sécuritaires, c’est la société civile qui, dénonçant la situation actuelle dans laquelle sombre le pays, a effectué une marche de l’indépendance vers le palais présidentiel. La pluie et le mauvais temps n’ont pas réussi à entraver cet engagement civique des citoyens. C’est ainsi que malgré la pluie, des Libanais appartenant à toutes les communautés religieuses et à tous les âges ont longé le chemin menant au palais de Baabda. Seul le drapeau libanais flottait dans l’air et résistait à la violence du vent climatique et politique qui s’abat sur le pays. C’est dans une atmosphère de ferveur patriotique et au milieu de chants et de sons de tambour et d’instruments de musique que la marche a été effectuée. Des pancartes sur lesquelles on peut lire: «Nous sommes l’indépendance», «Nous formons le Liban», «Nous voulons une élite de gouverneurs capable de dire aux générations futures: nous avons accompli notre devoir», et d’autres rendant hommage à l’Armée libanaise n’ont pas manqué à cet événement. Les avocats et membres du barreau, vêtus de leur longue toge noire, ouvraient la longue file. Arrivés à destination, non loin du palais présidentiel, les manifestants ont formé un demi-cercle, avec d’un côté des figures appartenant aux différentes communautés religieuses, d’un autre les jeunes, adultes et enfants et au milieu les membres du barreau. Une chorale, formée d’enfants qui enfilaient un foulard représentant le drapeau libanais, a chanté l’hymne national avec la participation de toutes les personnes qui y étaient présentes.
D’autres chants patriotiques ont suivi. A la question de savoir ce à quoi il faudrait s’attendre d’une telle «marche de l’indépendance», le cheikh Ahmad el-Masri répond: «Notre but principal est de prouver que le président de la République, c’est le peuple libanais. Nous sommes ici pour montrer à tous les politiciens que le peuple est là, et qu’il sera toujours bien représenté». De son côté, le pasteur Nicolas el-Kassis déclare que l’objectif de cette marche consiste à rassurer tous les Libanais et à leur affirmer qu’«un président sera élu quelles que soient les circonstances politiques et les interventions étrangères qui essaient d’entraver une telle élection». «Exécutez les articles de la Constitution», a lancé le bâtonnier Georges Jreige. «Cette marche est un appel à tous les députés pour les inciter à appliquer la loi et à nous sortir de cette vacance qui ne fait que nuire au pays», a-t-il ajouté.

 

Natasha Metni

 

 

Echos de l’indépendance

Le «U» de l’unité
1860 enfants et adolescents faisant partie des scouts libanais ont formé le samedi 22 décembre à Beyrouth la lettre «U», symbolisant l’unité. Cette initiative cherche à lancer un cri de paix et de solidarité en dépit des problèmes qui frappent le Liban et à battre le record Guinness de la plus grande lettre humaine. 

La lettre de Barack Obama
Dans une lettre adressée au peuple libanais à la veille de la fête de l’indépendance, le président américain, Barack Obama, déclare que «les Etats-Unis regrettent que cette occasion soit célébrée cette année en l’absence d’un président de la République, un symbole important – mais absent – pour l’unité de la nation et le renforcement de la stabilité du Liban». Il a ajouté que «l’élection d’un nouveau chef de l’Etat devrait émaner d’une décision purement libanaise dans l’intérêt du peuple du Liban».

 Google célèbre l’indépendance
Les utilisateurs de Google ont pu constater, vendredi, que le doodle du moteur de recherche représentait la dabké, danse folklorique libanaise, célébrant ainsi l’anniversaire de l’indépendance du pays.

 

Related

Le collège Notre-Dame de Jamhour se rappelle. Un mémorial consacré aux martyrs

admin@mews

Beytna. Et la porte coince

admin@mews

Audemars Piguet. Une boutique enfin à Beyrouth

admin@mews

Laisser un commentaire