Magazine Le Mensuel

Nº 2980 du vendredi 19 décembre 2014

ACCUEIL

3 questions à Elie Keyrouz

Dans quel but avez-vous adressé une question écrite au gouvernement portant sur l’échange conclu par le Hezbollah pour libérer son otage?
Cette question concerne les informations relatives à un échange fait entre l’un des combattants du Hezbollah en Syrie, otage du Front al-Nosra, et un ressortissant syrien arrêté et déféré devant le tribunal militaire au Liban par l’intermédiaire de la Sûreté générale, ce qui n’est ni normal ni légal.

Ces informations ont été démenties…
Ma question était claire. Il faut s’assurer de l’exactitude de ces informations et savoir si le ressortissant syrien a été remis à la Sûreté générale, puis au Hezbollah sans être jugé et échangé avec l’un des siens se trouvant entre les mains d’al-Nosra. Si ces informations sont avérées, pourquoi l’échange de ce ressortissant n’a pas été fait pour libérer les soldats détenus par al-Nosra? Cela aurait pu servir au gouvernement de carte de négociations.

Le gouvernement devrait-il négocier la remise en liberté de certains détenus, comme l’exigent les ravisseurs?
Pour les uns, la libération de détenus en échange des soldats otages signifie accepter le chantage des ravisseurs. Pour les autres, il existe des Etats souverains qui ont utilisé ce procédé pour libérer leurs otages. Les exemples sont nombreux. La situation est très délicate et celle des militaires otages est très dure. Il faudrait sans tarder trouver le moyen le plus sûr pour les libérer et les rendre à leurs familles.
 

Arlette Kassas

Related

3 questions à Imad Bazzi

3 questions à Fouad el-Saad

3 questions à Hicham Jaber. Général libanais à la retraite, chercheur

Laisser un commentaire


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.